Chaque attitude, chaque geste compte pour combattre la misère et l’exclusion. Il existe de multiples manières d’agir, quelles que soient nos compétences et notre disponibilité. Ces messages, ces témoignages sont l’expression d'un engagement personnel autant que collectif avec d'autres citoyens. N’hésitez pas à apporter votre contribution.

Les témoignages sont publiés sous la responsabilité de leur auteur. Ils sont soumis à validation : ils ne seront publiés que s’ils respectent, sur la forme et sur le fond l’esprit de cette journée tel que défini dans la Charte internationale 17 octobre.

 

Témoignages
Madagascar

Nous souhaitons voir nos droits respectés

17 Octobre 2018

Cela fait 15 ans que nous habitons sur ce lieu d’Andramiarana. Nous sommes des familles qui habitions avant à La réunion Kely et l’État nous a déplacés [à plusieurs reprises]. Nous sommes retournés à Antananarivo à cause de fausses promesses que l’État nous a faites. Et nous nous sommes installés ici. Quand nous venions d’arriver sur ce lieu, nous avons construit des maisons en plastique et travaillé sur la décharge. Disons que nous nous sommes installés là pour pouvoir travailler sur cette décharge. Nous cherchons  des objets à la décharge, nous les réparons, nettoyons, nous fabriquons des tapis avec les chutes des tissus...

Quand le fokontany a vu nos habitations, il nous a demandé de construire des maisons en briques. Plus tard, nous avons reçu des aides « cash transfer » d’ATD Quart Monde et de l’UNICEF et nous avons pu transformer nos maisons petit à petit en brique, nous avons pu envoyer nos enfants à l’école, faire nos cartes d’identité nationale, nous avons cotisé à l’AFAFI pour la santé et cela a fait que nous avons pu nous soigner quand nous étions malades. Nous payons des impôts en étant sur ce lieu et plusieurs parmi nous ont des numéros de logements. Maintenant, il y a la construction de la route qui passe chez nous, c’est un projet de l’État. Nous ne sommes pas opposés aux biens communs mais nous exigeons qu’il y ait une compensation de notre maison, qu’on nous donne des terrains et l’argent qui nous permettront de nous loger dignement.

La route arrive déjà dans nos cours et il n’y a toujours pas de choses bien claires venant de l’État. Ceux qui construisent cette route nous ont dit clairement la semaine dernière « l’état malgache ne va rien vous donner, il nous ont dit de raser vos maisons car vous avez construit illégalement sur ce lieu. Nous sommes des êtres humains comme vous et nous ne pouvons pas vous laisser comme ça, nous allons vous donner des tôles, du ciment, des briques pour que vous puissiez construire vos maisons ailleurs... Nous avons déjà donné le prix des maisons pour 19 familles touchées par la construction de cette route ». Aujourd’hui nous fêtons le 70 ème anniversaire des droits de l’homme et le 17 octobre journée internationale pour l’élimination de la pauvreté.

Face à cette situation, je dirai : On lance les cordes sur les cornes des zébus, on lance les paroles dans les cœurs de ceux qui ont de la connaissance et de la sagesse.

Mesdames et Messieurs, je vous remercie.

Deux jours de célébrations à Antananarivo
17/10/2018
Madame S.
République centrafricaine

Mon ami, je t'écoute...

Un certain jour je suis allé vendre des marchandises, j'ai rencontré mon gars et ami qui revenait du champ. On commence à causer et dans cette causerie il commence à me raconter sa vie difficile. Il me dit que quand autrefois, quand il est dans le travail public, il vit bien avec sa famille, sa femme, ses enfants, ses frères. Il vit en paix. Il n'y a pas de difficultés dans leur foyer. Mais maintenant il a des problèmes dans son travail, on l'a mis dehors, on l'a renvoyé du travail.

Quand il est renvoyé du travail, la vie devient difficile, pénible. Il souffre avec sa famille. La vie c'est comme ça. Sa femme le quitte avec ses enfants ; un seul enfant, pas en bon état, reste avec lui. Il reste avec lui dans cette souffrance. Ses frères qu'il avait mis à l'école jusqu'en terminale, même à l'université, le quittent aussi.

L'un de ses frères avait aussi une femme mais ils vivaient dans la cour des parents de sa femme. C'est mieux pour lui de venir habiter dans ma cour, habiter dans la cour des parents de sa femme, ce n'est pas bon. Mais il refuse de venir habiter dans ma cour parce que je restais encore dans la vie difficile. Celui qui était à l'université a pris la bourse mais il abandonne son frère définitivement et ne veut plus lui rendre visite ; toujours à cause de la souffrance.

Moi je le conseille : « Il ne faut pas beaucoup penser, c'est le Dieu qui va te bénir de plus parce que c'est le travail de Dieu qu'il a fait. » Sa réponse : « Mon ami, je t'écoute. J'ai écouté tes conseils mais si on te met à ma place, tu vas penser aussi comme moi. Ça m'arrive brusquement et toute la famille a disparu et ça me fait triste. C'est comme ça la vie des hommes.

Témoignage de Mr Parfait N. pour le 17 octobre 2018

08/10/2018
Parfait N.
France

Il faut favoriser le droit à la parole et au savoir

La Misère abîme celui qui la vit. Elle n'a pas de nationalité ni de frontière.

Je pense qu'on doit changer tous notre regard, et se dire un bonjour, avec un sourire, et favoriser le droit à la parole et au savoir.

Parce que une personne qui vit "partout et nulle part" (je dis ainsi car je n'aime pas dire "pauvre"), il faut bien l'accompagner dans le respect.

Je suis maintenant avec une moblité réduite, mais j'ai dans mon coeur toujours la même détermination.

01/10/2018
Gérard L.
France

Être exigeant nous les pauvres

Voilà un an environ que je cherche un logement, non qui semble être trop grand celui que j'ai, mais pour ne plus à avoir à me sacrifier de me chauffer l'hiver (chauffage électrique).

Refusant un petit studio, l'organisme HLM ne voulait plus me faire de proposition. Je n'ai pas cédé à leur chantage. J'ai juste changé le lieu de ma recherche, c'est-à-dire changé le choix de mon vœu pour cela. Et c'est tout un art pour faire une modification sur une demande de logement.

Une chose est certaine, c'est que je suis peut-être exigeante comme me l'avait fait remarqué une conseillère de l'organisme HLM. Je suis bien contente de l'apprendre car si nous ne pouvons pas l'être nous n'arriverons à rien pour lutter contre des abus ou des exclusions.

J'aimerais bien que celles ou ceux qui vivent encore plus dur que moi, puissent être exigeant, c'est important car nous avons tous-tes droit à être exigeant, pour gain de cause.

Lucienne

19/07/2018
Lucienne S.
Belgique

Ici c'est chez nous, car ici nous pourrons prendre la parole

"Là, où des hommes sont condamnés à vivre dans la misère, les droits de l'homme sont violés. S'unir pour les faire respecter est un devoir sacré." Père Joseph Wresinski.

Cette année est une année importante dans la lutte contre la misère car le père Joseph Wresinski est né il y a 100 ans, en février 1917 à Angers dans une famille très pauvre.

Il y a 30 ans fut posée la première Dalle à Paris en octobre 1987 à la place des droits de l'homme. Lors de cette inauguration, une femme très pauvre de Pâturage disait à son fils : tu vois fiston, on est chez nous ici, c'est notre famille ici avec le monde entier, on est enfin reconnu. Cette Dalle a été reproduite depuis un peu partout dans le monde et 30 ans plus tard c'est ici à Quaregnon que nous inaugurons cette stèle.

Il y a deux ans, les autorités communales nous ont permis de projeter le film "Joseph l'insoumis" à la salle Allard l'Olivier. A la fin du film, madame Christiane B. a demandé au Bourgmestre qu'elle connaît bien s'il serait possible de mettre une réplique de la Dalle à Quaregon. Et le Bourgmestre a répondu sans hésiter: "Pourquoi pas". Merci monsieur le Bourgmestre, nous pouvons dire aujourd'hui, ici c'est chez nous, nous sommes en famille car ici nous pourrons prendre la parole. C'est ça aussi le 17 octobre, que les pauvres prennent la parole.

Il arrive que souvent dans les médias l'on nous traite comme des assistés et cela nous fait mal. Lorsque l'on nous fait confiance et que l'on est bien entouré, nous pouvons démontrer que nous avons aussi une intelligence et une expérience de la pauvreté qui peut servir à mieux faire reculer la misère.

Changer la société, lutter contre les inégalités et s’ouvrir à des manières de penser différentes, pas simple…

Mais on a une trop bonne idée ! Et si on vous démontrait qu’une société plus juste, ça se construit avec tous, et surtout avec les personnes les plus exclues ? Face aux violences de la pauvreté, les personnes qui la vivent développent des formes de résistance. Que ce soit au sujet des inégalités sociales, de l’éducation ou du climat, leurs voix sont indispensables pour penser le monde de demain.

Et vous, c’est quoi vos bonnes idées ? Merci.

23/02/2018
Christiane B, Octobre 2017