Synthèse de la consultation 2022
Refuser la misère

Synthèse des réponses à la Consultation sur le Thème pour la Journée Mondiale du Refus de la Misère 2022/2023

INTRODUCTION

  • Quelques statistiques :

Suite à la Consultation sur le choix du thème pour les années 2022-2023, le Forum du Refus de la Misère a reçu 157 contributions, émanant soit de personnes individuelles, soit de groupes / associations, ce qui correspond à 81 réponses. Derrière ces 157 contributions se cachent donc même plus de 200 personnes...ces réponses représentent les contributions de 40 pays.

Les thèmes proposés, pour rappel, sont les suivants :

  • Thème 1 : Rétablissement inclusif post Covid-19 pour des moyens de subsistance durables, une éducation de qualité, le bien-être et la dignité pour tous.

  • Thème 2 : Ce que nous nous donnons mutuellement pour atteindre la dignité pour toutes les personnes à l’intérieur des limites de notre planète.

En termes de choix de Thème,

le Thème #1 a recueilli 62 suffrages et le Thème 2 a recueilli 96 suffrages.

  • Importance des mots employés :

« Nous étions unanimes à penser que les noms des thèmes sont beaucoup trop longs et complexes pour intéresser les gens » ATD Londres

Limites (boundaries)

« La limite de notre planète, qu’est-ce que cela veut dire et pour qui ? Les plus pauvres sont toujours relégués dans des terrains inondables et autres. Alors que des milliardaires vont dans l’espace. Ils sont en train de détruire les générations futures. Il ne faut pas que cette question des limites de la planète se retourne contre les pauvres. » Bernard M et Jean T, France

THÈME 1

Récupération du COVID-19 pour des moyens de subsistance durables, une éducation de qualité, le bien-être et la dignité pour toutes les personnes.

Constats

  • Un thème qui touche à la vie de tout le monde et qui met en évidence la fragilité des politiques publiques et des limites des sociétés

« Je vote pour cette approche positive d'une situation désastreuse. » Florence E., Haïti

« Même si la situation sanitaire s’améliore d’ici octobre, la société souffrira quand même des conséquences de cette crise. » Darlène C. , Luxembourg

« Ce thème nous montre que face à la fragilité des politiques mises en place il est primordial de construire des politiques qui fassent appel à l'intelligence de tous et plus particulièrement des plus pauvres. » Blaise N., Cameroun

« La crise n’a fait qu’accentuer les failles et les décalages entre les riches et les pauvres, entre une minorité et une majorité, au sein même des sociétés nanties. Ce fut à la fois un papier de tournesol des injustices sociales, mais encore et surtout elle accentua, par la manière dont elle fut gérée, ces injustices. Or, la sortie de crise va définir le modèle de société qu’on aura demain. Or, traiter les choses comme avant ne fera qu’empirer la situation. » Ionut, Roumanie

  • Les dégâts sur la vie des très pauvres : aggravation des inégalités et de la persistance de la pauvreté

« La pandémie mondiale a eu un impact négatif sur la vie des personnes, dont les plus pauvres ont été beaucoup plus touchées et cela à tous les niveaux. Jusque-là, aucune assistance pour essayer de relever leur niveau de vie. Il existe également le problème de la sous-information liée au Covid, surtout dans les milieux reculés. » Crispin N., RDC

« Les populations du monde entier sont aujourd'hui confrontées à des défis encore plus grands qu'avant la pandémie et à des problèmes encore plus complexes. Le spectre de la guerre menace à nouveau le monde et des conflits de moindre ampleur font toujours rage dans de nombreux pays. De nouvelles tendances très conservatrices s'installent partout, et l'inégalité est la règle dans les pays comme le Guatemala. Il n'existe pas d'État providence, qui vise une plus grande redistribution des richesses afin d'améliorer les conditions socio-économiques et sanitaires de la population générale (la garantie des droits de tous à une vie digne, y compris l'accès à la santé, à l'éducation, à la justice, à la sécurité alimentaire, à un logement stable, à l'eau et aux ressources, entre autres). » Carolina E., Guatemala

  • Renforcement des discriminations et des inégalités. L’éducation est mise en danger. La dignité humaine en a pris un coup.

« Ici les enfants, les femmes, les filles-mères, et les familles en général sont victimes des toutes formes des violences. Ces violences entraînent de graves conséquences physiques, économiques, sociales, culturelles et psychologiques, entravant la participation pleine et égalitaire à la vie en société. La pandémie avec les mesures de isolement et les restrictions a accrue la pauvreté, la misère, l'analphabétisme, le stress et l'incertitude économique et a provoqué une flambée alarmante de la violence domestique et à d'autres formes de violences, par exemple (le mariage d'enfants) ou le harcèlement moral et sexuel. » Astrid M. et Jean M., RDC

« Le COVID n’a fait qu’exacerber les inégalités déjà existantes à travers la planète. Ces inégalités sont au cœur de la Journée Mondiale de Lutte contre la Misère. Ce thème met en lumière la question de l’accès aux soins et l’accès à une éducation de qualité. » (Collectif France)

« Certaines personnes sont exclues de jouir des moyens de subsistance suite à des pratiques discriminatoires. Par exemple, il existe dans beaucoup d’environnements professionnels, des postes de responsabilité où tu ne peux pas accéder si tu n’appartiens pas à telle ethnie/tribu. Cette pratique maintient beaucoup de personnes dans la pauvreté de génération en génération et crée des frustrations. » Justin B., RDC

Propositions

  • Opportunité de construire un monde plus juste

« La pandémie du Covid 19 a transformé le monde, et nous devons profiter de cette situation pour que le retour à la "normalité" soit de construire un monde plus juste, en paix, sans extrême pauvreté, avec des chances égales pour tous les êtres humains, dans le respect de la faune, de la flore et du cosmos. Que la défense des droits de l'homme soit la bannière de la nouvelle ère, ainsi que le respect et la défense de l'environnement. » Max A., Guatemala

  • Oser s’en parler

« On ne peut avoir vécu cette pandémie durant ces dernières années, et ne pas prendre le temps d'y revenir tous ensemble. Si on fait comme si de rien n’était, on va répéter les mêmes erreurs et se seront toujours les mêmes qui vont payer : Les plus pauvres ! On se doit en tant que mouvement solidaire de réunir nos voix et de s'assurer que la leur soit entendue. » Marie-Line B., Canada

  • Apprendre à vivre avec le virus et développer une politique sanitaire adaptée

« Le thème 1 serait très idéal pour que les gens discutent de la façon dont nous pouvons concourir et laisser ce virus et la pauvreté qu'il a ajouté dessus » Edwin, Malawi

« Il est possible de conscientiser et responsabiliser les communautés à intégrer les mesures barrières parmi les valeurs sociales et de vivre avec la pandémie du COVID-19 sans beaucoup de peine comme c’est le cas du VIH/SIDA. » Stanislas, Burundi

  • Apprendre les uns des autres comment surmonter

« Que devons-nous faire pour nous entraider et aider les gens autour de nous, que ça soit au niveau de la sauvegarde de l’environnement ou la gestion de l’après Covid ? Il nous faut renouer avec les familles ; entreprendre une sensibilisation ; les invitant par exemple à ne plus jeter la poubelle depuis leurs balcons. Les Jeunes peuvent aider à cette sensibilisation. »  Maya, Liban

« L’avènement de la pandémie du Covid-19 nous a permis de voir la vie autrement, de prendre conscience de l’importance d’être solidaire. Pendant cette période difficile, nous avons aussi appris à épargner. C’était le seul moyen de survivre avec nos enfants, même si on avait peu pour le faire. Nous avons développé une certaine éducation. Nous avons pris conscience de la valeur humaine. C’est sur cette voie que nous devons continuer. » Louis M., RDC

  • Une éducation de qualité pour améliorer les conditions de vie

« Ce thème parle d'éducation, une question très importante en Bolivie aujourd'hui, et il parle aussi de la dignité des personnes. Je pense que d'autres maladies vont apparaître, et je pense que nous devons nous préparer. En nous éduquant, en améliorant nos conditions de vie. » Demetrio, Bolivie

« L'éducation à vie devrait être aussi intensifiée dans les ménages plus pauvres, c'est à dire renforcer la sensibilisation en matière de prévention et protection contre le Covid. Et apporter un appui aux personnes vulnérables pour assurer leur bien-être et leur dignité. » Crispin, RDC

  • Promouvoir la dignité comme boussole et comme axiome de base

« La dignité humaine est la chose la plus précieuse à préserver avant tout autre considération. Elle doit être la priorité ultime de l’humanité et des nations. » Filippe Savadogo, Burkina

« La dignité n'est pas seulement un concept, mais une façon de vivre et d'entrer en relation avec les autres. » Carolina E., Guatemala

« Ce thème rejoint nos préoccupations et nos actions, et constitue, selon moi, une garantie d’avenir. Je crois qu’il faut pouvoir assurer ce « vivre dans la dignité » à toute personne humaine, et qu’assurer la subsistance et l’éducation, c’est poser les bases. » Ionut, Roumanie

  • Les moyens de subsistance durables sont indispensables pour mettre à l’abri des incertitudes

« Les personnes les plus pauvres ont besoin des moyens de subsistance durables, ceux qui les mettent à l’abri des incertitudes et des crises comme celles créées par la pandémie de COVID-19 et le dérèglement climatique. Ce sont ces moyens qui sont d’ordre financier et non financier qui leur permettront d’offrir une éducation de qualité à leurs enfants et d’aspirer à un bien-être auquel toute personne a droit pour vivre dignement. » Justin B., RDC

« L'impact du Covid sur les moyens de subsistance des personnes ayant une expérience vécue de la pauvreté a été continu et important. La campagne de notre collective autour de la fracture numérique s'inscrit dans les actifs physiques des moyens de subsistance durables. » Katy, UK

  • S’unir pour refaire l’équilibre et ne laisser personne de côté

« Le monde actuel est caractérisé par l’égoïsme et, pour mettre fin à cette situation, il va falloir que nous nous unissions. La société a besoin de retrouver un équilibre, et les personnes en situation de pauvreté ont besoin de se sentir des membres à part entière de cette société. D’où la nécessité que toutes les couches des personnes, toutes les idées soient rassemblées ; afin de bâtir un monde où chaque personne, chaque peuple ait sa place. » Grâce, RDC

« La pandémie du Covid-19 a bouleversé l’équilibre social et a fait reculer les projets de développement dans toutes les sociétés. C’est aujourd’hui que nous nous devons d’être plus unis, forts et déterminés à travailler pour le bien-être socio-économique de tous, en pensant primordialement aux plus fragiles d’entre nous. C’est une question de l’heure qui concerne toutes les couches de nos sociétés, riches ou pauvres, du sud ou du nord, … Lors de la prochaine commémoration, il sera nécessaire que chacun (autorité, citoyen, médecin, entrepreneur, …), au niveau où il se trouve, puisse s’interroger sur sa responsabilité par rapport à la période d’après la pandémie de Covid-19, et surtout par rapport au monde que nous rêvons léguer à nos enfants. » Saleh K., RDC

THÈME 2

Ce que nous nous donnons mutuellement pour atteindre la dignité pour toutes les personnes dans les limites de notre planète

Constats

  • Thème plus positif et universel ; plus mobilisateur ; qui donne plus d’espoir

« Le thème est plus porteur, plus positif dans le sens qu’il nous emmène dans le futur. C’est aussi plus universel » Catherine L., Canada 

« Ce thème nous interpelle directement et nous invite à participer activement à la réalisation de la dignité de tous les habitants de la planète » Elvira C., Colombie

« Ce thème va nous entraîner vers d'autres choses parce que d'autres maladies vont arriver, mais c'est plus large que ça, nous devons être plus larges. » Martha C., Bolivie

« Il touche et invite toutes les couches de la société à une action responsable pour que chacun contribue à l’éradication de la grande pauvreté. » Crispin A., RDC

« C'est « le thème des événements-clés de l'ONU en 2022. Il s'agit de rester connecté avec le monde entier. » Sister Edel B., Kenya

  • Il relie bien les deux dimensions de pauvreté et d’environnement

« La croyance que la planète est infinie existe encore, c’est une idée fausse à combattre. Les personnes en situation de pauvreté ont quelque chose à dire sur ce qui n’est pas infini, ce qui est rare, ce qui coûte beaucoup d’efforts » Collectif France

« Il joint bien les deux dimensions de pauvreté et d’environnement. Le lien entre la dignité et la préservation de la planète, la construction d’un monde plus sobre où chacun peut vivre dignement.

Ce thème permet de converger avec des thématiques soutenues par d’autres associations. » Collectif France

« La pauvreté et la planète sont actuellement liées ! Nous ne pouvons donc pas parler de la misère sans parler de la planète. La destruction de l’environnement, écosystème et biodiversité font souffrir les familles vivant dans la misère. Célébrer le 17 Octobre c’est prendre des grandes décisions pour éradiquer la misère sous toutes ses formes. Actuellement le changement climatique est l’une des formes de misère, du fait que les inondations forcent les familles à faibles revenus de quitter leurs maisons et vivre à la belle étoile avec les enfants. » Christian R, RDC

  • La dignité au cœur de Droits de l’Homme, cela nous remet dans les fondements de notre engagement

« Nous devons lutter pour la dignité ensemble car ma dignité n’est rien si mon voisin n’en a pas. »

Bertine, ATD Burkina

« Chacun a droit à une existence digne, indépendamment de son lieu de naissance, de la communauté dans laquelle il vit ou du pays dans lequel il vit. La dignité des personnes n'est pas quelque chose qu'elles gagnent en raison de leur classe sociale, de leur couleur ou d'autres avantages. C'est quelque chose que chaque être humain possède à la naissance. Toute personne a droit au respect du simple fait d'être humaine. » Mati, Bangladesh

« Ce thème est un appel à la protection et la sacralisation de la dignité humaine en tant que valeur inaliénable et fondamentale. Il intervient comme une interpellation sur le caractère déshumanisant des politiques publiques conçues en marge des réalités sociales que vivent les personnes faisant face à la pauvreté. C’est un questionnement sur l’engagement individuel, collectif, institutionnel pour promouvoir, protéger et garantir une vie digne à tous sans distinction de sexe, d’âge, de pays, de convictions religieuses ou politiques. (…) Parce que nous sommes tous les gardiens de la nature, nous sommes tous concernés par la garantie d’une vie décente pour tous. » Martinien M., Cameroun

« La reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde comme le dispose le premier article de Déclaration Universelle des Droits de l’Homme : 

« Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité. » Manal, Algérie

  • Les plus pauvres pratiquent déjà la solidarité au quotidien mais cela ne se voit pas de l’extérieur.

« Les plus pauvres donnent depuis toujours. On est dans la solidarité entre nous, mais cela ne se voit pas de l’extérieur. C’est notre lutte pour la dignité. » Bernard M. et Jean T., France

Propositions

  • Solidarité et responsabilité

« D’après notre expérience de cette période critique, nous avons remarqué que les choses les plus puissantes qui nous maintiennent ensemble sont la "dignité" et la "solidarité". Des êtres humains avec de la dignité, des droits et une planète agréable. » Mati, Bangladesh

« La solidarité est la plus grande de toutes les richesses du monde. Elle renforce l’amour du prochain et préserve la dignité humaine. Ce thème met également l’accent sur notre responsabilité envers la nature. Notre bien-être dépend énormément de notre comportement envers la nature. » Hassimi S., Burkina Faso

« J'aime l'accent mis sur la nécessité de construire de bonnes relations humaines et planétaires. Je considère qu'il s'agit d'une condition préalable fondamentale pour que nous puissions avoir un avenir sans pauvreté. Le point concernant notre responsabilité les uns envers les autres en tant qu'êtres humains est également très important ». Gideon A., Nigeria

  • Prendre en compte l’apport de tous les membres de la société dans la promotion d’un bien-être durable au sein de la société

« C’est un appel à la mobilisation collective contre la misère. Ces actions collectives doivent impliquer tous les acteurs (personnes ayant l’expérience de la misère, les organisations des populations des quartiers précaires, les leaders communautaires, les élus locaux, les organisations de la société civile) pour favoriser une cohésion sociale, un dialogue, un partage d’expérience enrichissant et une collaboration. Cette prise en compte de tous les acteurs dans la construction d’un développement durable favorise un sentiment de responsabilité et de dignité en tant qu’acteur social capable de changer son environnement avec ses idées et actions. C’est pourquoi il est important de ne laisser personne de côté dans la lutte contre la misère car nous avons tous un rôle à jouer pour garantir une vie agréable à nos futures générations. » Martinien, Cameroun

« C’est une invitation à participer (…) en permettant à l'action quotidienne de chacun d'entre nous de renforcer cette communion = communauté initiée par Joseph Wresinski. » Elvira C., Colombie

  • Sensibilisation des jeunes / familles / communautés

« Si la question de l’environnement va continuer à être marginalisée telle qu’elle est aujourd’hui, je pense que l’humanité aura à faire face à plus de catastrophes ; de maladies… Si la jeunesse n’est pas suffisamment sensibilisée à ce niveau, le futur ne peut pas être prometteur. Quand je vois des brasseries et des usines pharmaceutiques qui déchargent leurs déchets dans les cours d’eau et contaminent les eaux potables et d’irrigation causant des cancers de tout genre, je me demande quel sera le futur de la planète ! Il faut encourager toutes les initiatives qui peuvent protéger l’environnement. (…) Cela fait partie de la construction de la dignité humaine. » Sayyed, Liban

« La sensibilisation qui mène à l’adoption d’un comportement qui respecte les limites de notre planète fait de nous des êtres responsables capables de changement et d’engagement. En assumant nos responsabilités nous construisons notre dignité humaine. » Georgia, Liban

  • Redonner le pouvoir d’agir

« Les difficultés auxquelles notre planète est confrontée aujourd'hui sont nombreuses et interdépendantes, notamment celles liées à la pauvreté, aux inégalités, au climat et à la dégradation de l’environnement. Il est indispensable que les personnes aient la possibilité d’agir sur leur vie et leur avenir, de participer aux processus décisionnels et d’exprimer leurs préoccupations, et ce, afin de parvenir à un avenir meilleur et plus durable pour tous. » Manal, Algérie

  • Un nouveau Contrat Social

« L’être humain a toujours besoin de l’autre pour vivre et cette solidarité doit être faite en dignité et en droit. Et la planète Terre est notre seule maison commune, nous avons intérêt de prendre soin d’elle. Ses ressources doivent être gérées de façon rationnelle et équitable pour une terre viable et vivable. » Daniel, RDC

« La communauté c'est le ‘munus’ apporté par chacun. Le ‘munus’ c'est la contribution. Le démuni c'est celui qui est empêché de contribuer. La réciprocité dans le temps, je donne aujourd'hui et les autres reçoivent, tu donnes demain et je reçois, cela construit la communauté cela construit les relations durables.

C'est différent du contrat : on exécute chacun sa part et on ne se doit plus rien. Quand tout est contrat, marché, il n'y a plus de relations, plus de communauté, chaque individu est une particule élémentaire. C'est la victoire totale du marché, le mythe de l'autonomie -- je n'ai besoin de personne, la négation de l'interdépendance, la fin de l'Etat. » Bruno T., France

« Nous voulons mieux comprendre le rapport entre société, institutions et personnes vivant la pauvreté, pour en tirer des enseignements et contribuer à ce que la pauvreté ne se répète plus de génération en génération. Qu’est ce qui rend possible que les personnes en situation de pauvreté soient reconnues et soutenues comme acteurs à part entière dans leur combat quotidien et particulièrement dans leurs interactions avec les institutions ? » ATD Suisse

« Ce que nous nous donnons les uns aux autres nous concerne tous, en tant que société et en tant qu'individus. Elle reconnaît également ce que nous faisons déjà ou avons déjà fait. » Fundacion Oasis

  • Remettre en question un système inefficace et déshumanisant par des actions responsables

« Le Covid est lié à la destruction de notre planète, le réchauffement climatique va obliger les gens à quitter leurs terres à cause de la montée du niveau de la mer. Si on arrive à avoir plus d'économie solidaire et de façon circulaire on aura pour tout le monde de façon rationnelle. » Sylvie D., Pérou

« Je souhaiterais qu'une réflexion de fond s'amorce pour que nos revendications deviennent plus porteuses : parler de justice sociale, de capitalisme, de mondialisation, d'inégalités, remettre en question notre système économique, qui crée inévitablement la pauvreté. Sans le remettre en question, nos luttes sont vouées à échouer. » TACAE, Canada

« La Covid 19 n'est pas la seule tragédie à laquelle nous sommes confrontés en tant qu'humanité, car les problèmes climatiques, sociaux et économiques continueront à générer des catastrophes aux noms et aux effets différents. » Fundacion Oasis

« Le premier thème est très large et semble attendre des changements dans les grands systèmes collectifs comme l'éducation ou les soins de santé. Même si c'est nécessaire, cela peut donner un sentiment d'impuissance, comme si c'était trop vaste pour tout changer, mais donner de la dignité aux gens autour de soi est quelque chose que nous pouvons tous imaginer et faire de notre mieux. » Annelies, Pays-Bas

« Lutter contre la pauvreté veut dire lutter contre la maladie. Même si tu as une maison pour dormir, c’est comme si tu dormais dehors car toute la nuit tu penses au lendemain et cherche des solutions à tes problèmes. Notre dignité c’est la compassion. La compassion qu’on a les uns pour les autres sera un exemple pour nos enfants et cela les poussera à aimer et à protéger l’environnement. Lutter pour la dignité signifie vivre dans un lieu sain : donc nettoyer chez nous, notre quartier ou être propre nous-même. Ceci faisant, nous contribuons en même temps à la protection de notre planète. » ATD Burkina

Mots clés :