Chaque attitude, chaque geste compte pour combattre la misère et l’exclusion. Il existe de multiples manières d’agir, quelles que soient nos compétences et notre disponibilité. Ces messages, ces témoignages sont l’expression d'un engagement personnel autant que collectif avec d'autres citoyens. N’hésitez pas à apporter votre contribution.

Les témoignages sont publiés sous la responsabilité de leur auteur. Ils sont soumis à validation : ils ne seront publiés que s’ils respectent, sur la forme et sur le fond l’esprit de cette journée tel que défini dans la Charte internationale 17 octobre.

 

Témoignages
République centrafricaine

Ce que représente la Journée mondiale du refus de la misère...

Quelques membres du Mouvement ATD Quart Monde exprime par de courtes interviews en quoi la Journée mondiale du refus de la misère est importante pour eux.

Ecoutez Grace, Guillaume, Herbert, Jean-Louis, Louise et Parfait exprimer le sens du 17 octobre pour eux en cliquant sur le lecteur audio situé en dessous des photos.

11/10/2013
ATD Quart Monde Centrafrique
France

Maurice Dubois : « Quand vous parlez, cela encourage d’autres »

Article publié dans Feuille de route n°427 (avril 2013)

Lors de la Journée mondiale du refus de la misère le 17 octobre, Maurice Dubois, militant ATD Quart Monde du Val d’Oise, s’est exprimé au nom des participants de l’Université populaire Quart Monde d’Île-de-France.

« Aujourd’hui, il y a beaucoup de personnes qui ont la vie difficile et j’ai peur qu’il y en ait beaucoup plus qui auront la vie difficile demain. On ne sait pas où l’on va. La vie difficile, c’est quand vous n’avez pas de logement. Il y a des gens qui sont ainsi sans logement pendant des années. Quand on est sans logement avec des enfants, on nous propose de nous payer un hôtel en attendant. Mais pour un gamin, la vie à l’hôtel, c’est difficile. Il est enfermé dans une chambre. Il ne peut rien faire. À l’école, il cache qu’il habite à l’hôtel. Alors on nous propose de le placer à l’Aide Sociale à l’Enfance. Pour nous, être sans logement, c’est la galère, mais être sans nos enfants, c’est encore pire. On accentue la misère finalement. Pour ceux qui nous aident, un placement, c’est normal, c’est une solution. Ils ne voient pas les choses comme nous. Pour l’enfant qui sera placé, il aura tout matériellement mais il aura un manque affectif. Il va se sentir seul, sans ses parents, sans ses frères et sœurs. Il va se poser des questions. Pour lui aussi, on accentue la misère finalement. Il y a des enfants, quand ils ont 15, 16 ans, ils ne supportent plus les foyers, ils fuguent, se retrouvent à la rue. C’est dramatique. Il y a des mairies qui chassent les pauvres de leur commune. On envoie les policiers pour chasser les personnes qui dorment devant la gare. On envoie les engins de travaux publics pour chasser les voyageurs ou les Roms. On démolit des logements, mais on ne construit pas de logements avec un loyer à prix réduit. Quand vous êtes dans les difficultés, on vous fait beaucoup de reproches, on vous traite de tous les noms. À force, ça peut rendre méchant. Quand on a vécu cela, on ne peut pas se taire. Il faut le dire. Personne ne peut le dire à notre place. À l’Université populaire Quart Monde, on ose prendre la parole. Au début ce n’est pas facile, mais quand vous parlez, cela encourage d’autres dans leur combat. Vous savez que ce que vous avez à dire est important, alors vous ne pouvez pas vous taire. Vous vous lancez. Dire la violence de la misère, c’est le début du changement. L’Université populaire est un endroit où on est écouté. Ceux qui écoutent, ils com­prennent et après ils font comprendre à d’autres. Si certains arrivent à comprendre, alors, un jour, tout le monde comprendra le fond des choses. Il y aura plus de gens derrière ceux qui sont dans les difficultés. Il y aura plus de solidarité. »

05/04/2013
Maurice Dubois
Burkina Faso

« Wakat fãa wĩntoogã sãn pukdẽ tõnd segd n baoo laafɩ. »

« Wakat fãa wĩntoogã sãn pukdẽ tõnd segd n baoo laafɩ. »

ATD Quart Monde Gãnzurg sullã zo-rãmb tagsgo Bulwãado zĩ-likr kiuug rasem 21 yʋʋm 2012

Beoog sãn vẽegdẽ tɩ fo sãn dɩ tɩ seke, fo tara laafɩ f mengẽ, fo sãn dɩ tɩ kambã pa paam n dɩ, fo ka tar laafɩ ye. Fo biig a ye sãn lʋɩ bãaga, yaa nebã fãa n bẽeda, ba tɩ fo sãn tar laafɩ, t’a yĩins sãn zabdẽ yaa wala yãmb fãa yĩins n zabde. Fo sãn tar tõogo, tɩ laafɩ sãn ka beẽ, fo ka na n dɩ a yõod ye. Tõnd sãn be zak pʋga, tɩ wʋm-taab sãn ka be, laafɩ f m sã n ka  be, laafɩ ka tõe n zĩnd ye, ba yãmb sẽn dɩ a soaba. Wẽgbo yaa wɩdbo, yaa bʋʋd kaoobo, yaa kẽer sẽn nan tagsdẽ tɩ neb kẽer yõod n yɩɩda, tɩ ned kam fãa yaool n tar yõodo. * Laafɩ ka yam yãkr ye , rendame tɩ fo reng n tall laafɩ f mengẽ, n yaool n tʋlg tɩ f taab paam laafɩ. Fo sãn ya rao wa bɩ paga, ned kam fãa segd n baoo laafɩ, la wʋm-taaba. Fo zak pʋga fo sãn tar laafɩ, tɩ fo kambã tar laafɩ b tõe n deemame bala b tara laafɩ. Laafɩ yaa ned fãa sẽn nan tar laafɩ a zak pʋga, woto sũ-noog beeme. Sũ-noog ka tõe n be fo zak pʋga, tɩ foom a zakã soab pa rɩk nao-kẽnd sõng ye. Fo yaa naong soaba, bɩ tõog soaba, ned kam fãa segd n maoome n vɩɩmd laafɩ ne a menga, la ne a zakã rãmba. Fo sãn ka nong f menga, la fo ka tar bas-yard ne f menga, n biligdẽ tɩ fo gomd tõe n sõnga f taaba, tɩ fo gomd tar yõodo, yaa toogo tɩ fo tõog n bao laafɩ. Fo sãn ka sik-m-meng soab me, fo na n tagsda daar fãa tɩ fo n mi n yɩɩd f taaba, woto fo yaool n ka le tõe n zãmes n paas ye. Paam f meng laafɩ yita ne fo tagsgo, fo tagsgã sãn ya sõma n kõ foom ne f taaba, yẽ yaa tags sõngo. Laafɩ sãn be ne neda, a zĩndida ne a taabã me. Ba tɩ kom sãn tar tõndo, tõnd sãn wʋmd sẽn maan tẽns a taabã, nebã sẽn vʋi zabr pugẽ, tõnd tara laafɩ. * Wakat fãa wĩntoogã sã n pukdẽ tõnd segd n baoo laafɩ. • Yaa tõnd sẽn nan tigim taaba la laafɩ be. Neda ye ka tõe n paam laafɩ ye. Ba tõnd zag-gãasa pʋsẽ zak soab ya a yembre, la yaa sẽn tũ ne wʋm taaba la zagsã nim-buiid waooga, la ne wʋm-taaba la nebã tigimd taaba, yaa wa b sẽn yet tɩ « haya, haya n zẽkd sugri ». Fo sãn p akos f yags sõngre fo ka tõe n me f roog ye. Tõnd sãn pa lagem taab noor a ye , ka sõngd tõnd tɩ d vɩɩmd ne tab ye. Wʋm-taab sãn bẽe tõnd tõe n diga zu-loeesã fãa. Tõnd sãn zoe n mi taaba, ba tɩ wẽngã watẽ, tõnd tõe n dig-a lame n zãage. • D gãd taab nusi yẽ me yaa laafi baoobo. Tõnd sãn lagem-taaba, wẽnd kõta tõnd laafɩ daar fãa. Mam sãn ya m yembre, tɩ mam tagsgã ya wusgo, mam tõe n tagsame tɩ woto ka kõt maam laafi ye. Tõnd sãn ya wusgo, tõnd kõta taab sũ-noogre. Laafi yaa tõnd sẽn nan  tar zo-rãmba, yaa tõnd sẽn nan tigimd taaba, yaa tõnd sẽn nan kelgd taaba. Tõnd sãn tigimd taaba, n pʋit taab yam zu-noog ka le be n yɩɩd woto ye. Laafɩ ka tar yẽgre, tɩ ka fo sẽn nan kelg f to zu-loɛɛg ye ; fo sãn sõng f to a beoog vʋɩɩm na yi neere, yaa rẽnda la laafɩ. Laafɩ la nonglem yaa fo ton sẽn na n tar zu-loeese, tɩ fo yik ne f naongã n nan tɩ kaaya. Laafɩ yaa fo sẽn na n tar bas-yard ne f to, tɩ yẽ me tar bas-yard ne foom. Laafɩ yaa kõ taab sugr me. Tõnd segd n kisa d mense, n bao laafɩ, la d bas-yardo ne bũmb la nina tõnd sẽn maand ne taaba. Tõnd sẽn maand ne taaba, yaa tɩ d tagse t’a yaa sõma la a sõngd-d fãa gilli. Laafɩ tõnd paamd-a-la tõndo, a ne kambã fãa sʋka. Tõnd sã n kõ kambã kibare, b tõe n wegs-a lame la b leoke tɩ sʋkr sãn beẽ yẽ me tõe n waa ne laafɩ tõnd sʋka. • Paam laafɩ yaa sake, tɩ ned kam fãa sẽn togsde la a tagsdẽ, tara yõodo, tɩ ya yõod a ye. Ninsaal pa zĩ a yembr ye : fo wɩk-m-mengã fãa tɩ neb sãn pa wʋmd a võore, yẽ ka laafɩ ye. Fo sãn ya f ye , n yaool n dat n me laafɩ, yẽ ka tõe n zems ye. B sãn yeel tɩ b toor pa be ne foom la b welgd foom kɛɛnga .. fo nan paama tagsgo la yam b sẽn pa nan lagem b taab ye. D sãn dɩk makre, d segdame n teeg sãka neb fãa, d ka segd n yeele « Yãwä soabã yaa mam bɛ ye ... ». Nebã fãa sãn lagem taaba, n nan yɩlẽ n da bas ned kɛɛnga rẽ tõe n zemsame. Ne sullã pʋgẽ seg-taabã, tõnd baoodame n nan me laafɩ. Sullã pa yete tɩ yẽ nonga a zagl dãmba, ka rẽ bɩ a ka nong a zagl dãmb ye. La a nonga nebã fãa. Sullã modgda a kõ yĩm ned ba a yembr yell ye. Nebã fãa sãn ya vuk a yembre, nebã fãa tara laafɩ. Ba tɩ fo sãn nong f menga, tɩ fo sãn nong neb a yiibu bɩ a tãab n paase, yãmb sõorã lebgda wusgo, yãmb sẽn tõe n teel taaba, n me laafɩ duniyã pugẽ. * Wẽnd na kõ-d laafɩ, n yaool n kõ-d pãnga ! Tõnd sãn deng laafɩ n paam pãnga, pãngã rɩkda weere, tɩ tõnd pa tõe n paam laafɩ ye.

Journée du refus de la misère
19/11/2012
Témoignage collectif des membres du Mouvement
Burkina Faso

« Chaque fois que le soleil se lève, nous devons chercher la paix. »

« Chaque fois que le soleil se lève, nous devons chercher la paix. »

Témoignage collectif des membres du Mouvement ATD QUART MONDE du Ganzourgou 21 octobre 2012 – Boulwando

Quand le jour se lève, si tu manges à ta faim, tu as la paix en toi. Quand tu manges et que les enfants ne mangent pas, tu n’as pas la paix. Si l’un des enfants tombe malade, c’est tout le monde qui est malade. Même toi qui a la santé, le fait qu’il soit malade, c’est comme si c’est nous tous qui sommes malades. Si tu as la richesse et que tu n’as pas la paix, tu ne vas pas pouvoir en profiter. Si nous sommes assis dans une cour et nous ne nous entendons pas, il n’y a pas la paix, quel que soit ce que vous avez mangé. La violence, ce sont les critiques, les jugements, quand  certains pensent que l’on a besoin de l’un plus que de l’autre alors que c’est de chacun d’entre nous dont on a besoin. * La paix n’est pas le choix de quelqu’un, il faut d’abord avoir soi-même la paix pour que les autres aient la paix. Si tu es un homme ou une femme, chacun doit chercher la paix, tout le monde doit s’entendre. Dans ton foyer, si tu as la paix, les enfants aussi l’ont. Ils  peuvent s’amuser parce qu’ils sont en paix. La paix c’est quand tout le monde a la paix dans sa concession.  Alors la joie est là. Mais la joie ne peut pas être dans ta concession, si toi-même le chef de famille tu ne donnes pas le bon exemple. Pauvre ou riche, chacun doit faire des efforts pour vivre la paix avec lui-même et dans sa famille. Si tu ne t’aimes pas toi-même, que tu ne te fais pas confiance pour te dire que ta parole aide les autres et que ce que tu dis a un sens, tu ne pourras pas chercher la paix. Si tu n’es pas humble aussi, tu croiras toujours que tu sais plus que les autres et que tu n’auras rien de nouveau à apprendre. Avoir la paix pour toi-même, cela vient de ta pensée ; si ta pensée c’est pour ton bien et le bien de ton prochain, c’est une bonne pensée. S’il y a la paix dans l’homme, cela descend sur les autres. Même si on a faim, quand on entend ce qui se passe ailleurs, les gens qui vivent la guerre, nous on a la paix. * Chaque fois que le soleil se lève, nous devons chercher la paix. La paix est la première richesse, mais elle a plusieurs chemins : *C’est quand nous nous unissons qu’il y a la paix. Une seule personne ne peut avoir la paix. Même les maisons où nous habitons, le chef de famille, il y en a un seul. Mais c’est parce qu’il y a l’entente que nous avons pu construire la famille. C’est parce qu’il y a l’entente que les constructions sont regroupées. Et comme on dit, «  Hay hay zek id sugri »  Si tu ne fais pas appel à tes voisins tu ne peux pas construire ta maison. Si nous nous mettons d’accord, cela aussi aide à vivre. S’il y a l’entente nous pourrons chasser toutes les difficultés. Si nous nous connaissons déjà, même si le malheur doit venir, nous allons nous unir pour mettre le mal à l’écart. *Se donner les mains  c’est aussi aller vers la paix. Si nous nous unissons, Dieu nous donne la paix chaque jour. Si je suis seul et que j’ai beaucoup de pensées, je peux penser et cela ne m’apporte pas la paix. Si nous sommes nombreux, nous apportons la joie. La paix c’est avoir des amis, se réunir, c’est quand nous nous écoutons les uns les autres. Quand nous nous rassemblons et que chacun  partage son intelligence avec l’autre et  prend l’intelligence de l’autre, il n’y a pas de plus grand bonheur que ça. La paix n’a pas de fondement si ce n’est le souci de l’autre ; si tu aides quelqu’un pour qu’il ait un avenir, c’est cela la paix. La paix et l’amour, c’est quand ton prochain a des problèmes et que tu vas lui rendre visite avec ta pauvreté. La paix, c’est quand toi-même tu donnes confiance à l’autre et l’autre aussi te donne confiance. La paix, c’est aussi se pardonner. On doit se donner nous-mêmes pour chercher la paix et se donner confiance de ce qu’on fait ensemble. Ce qu’on fait ensemble, c’est croire que c’est bien et que ça aide les uns et les autres. La paix, on la trouve entre nous et les enfants. Si on raconte une histoire, chaque enfant peut expliquer, répondre si on le questionne. La paix, c’est permettre aux enfants de s’exprimer. Et quand il y a les enfants, cela peut amener la paix entre nous. *Avoir la paix, c’est accepter que ce que chaque personne dit et pense est intéressant, que ça a la même valeur. L’homme ne s’assoit pas seul : tous les efforts que tu fais, si on ne les reconnait pas, ce n’est pas la paix. Si tu es seul et que tu veux bâtir la paix, ça ne peut pas aller. Si on dit qu’on s’en fiche de toi, qu’on te met à l’écart ... tu vas avoir des pensées, des idées qu’on ne va pas mettre ensemble.  Par exemple il faut compter sur tous dans son quartier, il ne faut pas dire  « celui-là est mon ennemi... ». Si tout le monde se met ensemble pour ne mettre personne à l’écart, peut-être que ça peut aller. Avec les rencontres dans le Mouvement, on cherche ensemble à bâtir la paix. Le Mouvement ne dit pas qu’il aime ceux- là ou qu’il n’aime pas ceux-là. C’est tout le monde.  Le Mouvement essaie de n’oublier personne. Si tout le monde est englobé, chacun a la paix. Même si tu t’aimes et que tu aimes deux ou trois personnes de plus, cela fait une masse  de personnes sur lesquelles s’appuyer pour te bâtir et bâtir le monde de paix. * Que Dieu nous donne la paix avant de nous donner la force ! Si nous avons la force avant d’avoir la paix, la force prendra toute la place et nous n’aurons pas la paix.

Journée du refus de la misère
19/11/2012
Témoignage collectif des membres du Mouvement
Madagascar

Je m’appelle Voahangy....

Je m’appelle Voahangy

J’habite à Antohomadinika IIIG Hangar

J’avais deux ans quand j’ai perdu ma maman. J’ai un frère. Nous avons habité à Ankadivoribe. Quand la douleur s’est un peu estompée nous avons quitté ce village ; à ce moment-là notre grand-mère paternelle vivait encore avec nous. Nous étions logés chez la sœur de notre grand-mère aux 67 ha, et c’était agréable car toute la famille était réunie là. Malheureusement la mort de celle qui nous avait hébergés nous a obligés à partir de la maison. Un frère de notre papa (qui n’était pas issu de la même mère) habitant à Ampitatafika nous a accueillis. On y était bien, seulement il n’a pas pu nous héberger longtemps. Alors nous sommes allés à Andravoahangy chez quelqu’un qui était encore de la famille de papa. Partout où nous sommes allés c’était bien, mais tout avait une limite. Nos pérégrinations ont duré 3 ans durant lesquels nous avons subi beaucoup de violence.

Papa a trouvé du travail, mais son salaire ne pouvait pas assurer le vivre et le couvert alors nous avons dû passer nos nuits dans la rue, et le jour nous déambulions avec les passants. Quand on habitait chez des gens, souvent les enfants des propriétaires me menaçaient, me terrorisaient, me chassaient, me pinçaient… Je n’osais rien dire, encore moins réagir car si je ne le supportais pas et que j’en avais parlé à mon papa il était fort probable que l’on nous jette dehors avant le délai prévu, alors j’ai préféré subir en silence.

Plus tard, notre papa s’est remarié et nous avons loué une maison… Il a loué une autre maison pour nous trois, à savoir notre grand-mère, mon grand frère et moi. C’était une toute petite maison. Mon papa m’a inscrite à l’école, et c’est lui qui pourvoyait à nos besoins à nous trois. Au bout de même pas une année notre grand-mère est morte d’épuisement. Mon grand-frère a refusé de déambuler dans la rue avec moi et s’est installé chez des gens à Antohomadinika.

J’ai tout de même continué à aller à l’école, seulement avec mes pauvres fournitures scolaires l’enseignant ne m’appréciait pas comme il le faisait avec les autres, j’avais senti cela. Il ne s’intéressait pas à moi, il ne m’expliquait jamais ce que je ne comprenais pas, je sentais que j’étais exclue mais mon papa n’y pouvait rien. Souvent on ne mangeait rien le matin ainsi qu’à midi, le soir on mangeait juste un peu de riz qui n’apaisait point notre faim.

A 18 ans on m’a demandée en mariage et j’ai accepté car je croyais que là je trouverais le bonheur que je n’ai jamais connu, et puis comme je suis orpheline, je ne voulais pas être déçue alors autant faire les choses dans les règles. Pendant longtemps nous avons vécu avec mes beaux-parents. Je sentais que nous n’aurions jamais notre indépendance tant que nous vivrions aux dépens de nos parents. Alors nous avons construit une maison en bois indépendante, la toiture était faite de sachets-plastique, le sol intérieur n’avait pas de revêtement. Nous n’avions qu’une seule marmite, un seul foyer, un seul lit, et on avait emprunté ce qui nous servait de couverture. Là, j’ai constaté que j’étais vraiment pauvre, alors que j’allais bientôt accoucher, je n’avais pas de sandales pour mes pieds, il n’y avait pas un seul linge pour le bébé. Mon mari n’avait pas un métier précis, il gagnait de l’argent en allant attraper du poisson à mains nues dans les étangs. Il savait faire un peu de menuiserie, il savait aussi retaper les batteries, mais cela ne rapportait pas de l’argent quotidiennement comme le poisson. Souvent on échange le poisson qu’il attrape avec du riz, ou on le vend quand il faut donner un peu d’argent au propriétaire de l’étang. C’était toujours ainsi pendant des mois. Un jour il nous restait un peu d’argent, alors j’ai pris 100 ariary pour acheter du bois de chauffe que j’ai vendu en tas et j’ai obtenu un bénéfice de 250 ariary. J’ai continué à vendre du bois de chauffe et avec les 100 ariary j’ai acheté des oranges, des mangues et des tamarins car ils se vendent facilement et n’occasionnent pas beaucoup de frais. Les, marchandises que je proposais augmentaient et j’ai pu glisser de l’argent dans ma tirelire.  Après un mois, j’ai cassé la tirelire et on a pu acheter un tissu très simple pouvant servir de couverture, un lamba pour que je puisse en changer, des sandales, et des brassières pour le bébé.

Notre vie s’est améliorée petit à petit, nous avons eu trois enfants. A son neuvième mois notre premier enfant est tombé malade. Habituellement, je le laisse jouer dans la cour lorsque je vais acheter du bois de chauffe. Et Chantal, une volontaire du Mouvement est passée juste à ce moment-là. Et elle a demandé : « Pourquoi cet enfant ne bouge-t-il pas ? » Je lui ai expliqué qu’il était sous alimenté et qu’il avait mal à la gorge. Elle m’a prodigué des conseils sur la santé de l’enfant.

Plus tard, mon mari nous a quittés me laissant seule avec nos trois enfants. Loin de me décourager, cela m’a incitée au contraire à continuer les activités que j’avais faites pour faire vivre les enfants. Mes enfants doivent aller à l’école, me suis-je dit, pour qu’ils soient comme tous les autres enfants.

Actuellement, mon petit commerce du début est devenu une petite épicerie. Mes enfants fréquentent des écoles privées. Le Mouvement m’a aidée à améliorer et à accroître mes connaissances par des formations professionnelles. Ce qui m’a beaucoup aidée aussi c’est le fait que le Mouvement m’ait acceptée comme membre de la coopérative MMM (Travailler et Apprendre Ensemble)

12/11/2012
Voahangy