Chaque attitude, chaque geste compte pour combattre la misère et l’exclusion. Il existe de multiples manières d’agir, quelles que soient nos compétences et notre disponibilité. Ces messages, ces témoignages sont l’expression d'un engagement personnel autant que collectif avec d'autres citoyens. N’hésitez pas à apporter votre contribution.

Les témoignages sont publiés sous la responsabilité de leur auteur. Ils sont soumis à validation : ils ne seront publiés que s’ils respectent, sur la forme et sur le fond l’esprit de cette journée tel que défini dans la Charte internationale 17 octobre.

 

Témoignages
Jordanie

Vivre le 17 octobre dans un pays – où je suis de passage, où personne ne connait cette Journée…Comment ?

Vivre le 17 octobre dans un pays – la Jordanie – où je suis de passage, où personne ne connait cette journée… Comment ? Toute seule ? Voilà que j’apprends qu’un groupe de personnes souffrant de maladies chroniques va se rassembler pour une marche proposée par les dispensaires de quartiers où ces malades sont suivis. Je sais bien ce que la maladie chronique signifie de sentiment de perte, perte de la santé qui ne sera plus jamais comme avant. Et aussi, angoisse pour le malade pauvre : se soigner, se soigner au long des années, comment ? Avec  quelles ressources ? Malgré la santé diminuée, il faut se montrer fort pour éviter de glisser dans la misère avec les siens. Le jour de la marche, environ 150 personnes étaient présentes à la cité sportive de Amman. Des petits bus avaient acheminé ceux qui venaient de loin. La maladie rassemble : nous étions ensemble musulmans et chrétiens, jordaniens et réfugiés de Syrie ou d’Irak, gens âgés mais aussi d’autres plus jeunes et même des enfants. Avant que ne commence la marche, j’ai pu parler avec plusieurs et je leur demandais : « qu’est-ce qui vous a motivé pour venir participer à cette marche ? » On me disait : -« il faut marcher, c’est nécessaire pour la santé », -« si je reste chez moi sans marcher, ce n’est bon ni pour le corps, ni pour l’esprit », -« marcher ensemble avec d’autres, c’est stimulant, on s’encourage ».

Je vivais cette marche comme une toute petite communion à la « journée internationale du refus de la misère ». Tous ces gens pauvres affirmaient leur détermination de faire ce qui est dans leurs moyens, c’est à dire sans argent : marcher, c’est à la portée de toutes les bourses (sans renoncer de se faire suivre au dispensaire !) . Marcher, c’est sortir de l’enfermement sur soi, chez soi, dans le découragement et le sentiment d’impuissance. Et puis, en marchant, on va rencontrer d’autres sur le chemin et même, peut-être, on va se mettre à marcher à plusieurs ensemble. Un groupe de femmes d’une banlieue de Amman m’a dit qu’elles sortent chaque jour marcher ensemble. Et finalement, cela peut devenir une joie, une fête, comme cette grande marche où tous se retrouvent. Dans l’émerveillement d’avoir encore des jambes qui marchent et une pensée pour ceux qui ne peuvent ou n’ont jamais pu marcher. C’est un pas, des pas… dans le « refus de la misère ».

Thérèse. R, Amman, Jordanie, 17 octobre 2018

06/11/2018
Thérèse R.
Tanzanie

Le combat d'une casseuse de Pierres

Témoignage ASHURA : Je m'appelle Ashura Onesmo, je suis une mère de cinq enfants, je suis une casseuse de pierres à la carrière de « cambodia ». La source de ma pauvreté est le conflit familial entre mon père et ma mère. Ma mère faisait des petites activités génératrices de revenus. J'ai réussi à étudier jusqu'à la septième année de l’école primaire. Je n'ai pas réussi à aller à l'école secondaire. Je pense que si j'avais eu une bonne éducation, j'aurais un bon travail et pourrais lutter contre la pauvreté. Pour nous les femmes, le moyen de lutter contre la pauvreté est de casser les pierres. C’est un travail qui ne demande d’autre investissement que notre propre force. Cependant casser les pierres est un travail dur et très dangereux, mais nous le faisons parce que nous n’avons pas d’alternative. Je me lève d'habitude à quatre heures du matin, je prépare quelques jus à vendre ainsi que le déjeuner pour ma famille. Après je pars travailler à la carrière. J’arrive là-bas à 6h du matin et commence tout de suite à casser les pierres. J’arrête vers 3h de l’après-midi et commence à mesurer les tas de pierres cassés (remplir les seaux). Pendant une journée, je peux remplir 7 à 20 seaux, je peux gagner entre 2000 à 5000 TSH par jour. Ce n'est pas suffisant pour les besoins de la famille, mais nous continuons à nous battre. Nous ne désespérons pas car nous espérons qu’un jour les choses vont changer. Le travail de casser les pierres est un travail qui peut être fait par chacun car nous n’avons besoin d’aucun capital, sauf de notre propre force, mais c’est un travail à risque, comme les maladies de tuberculose à cause de la poussière, travailler sous le soleil toute la journée et ne pas avoir une bonne alimentation. Pour nous, les femmes, nous avons des problèmes particuliers : le fait de soulever et transporter les grosses pierres à casser entraîne des conséquences comme les avortements.. Les problèmes de la pauvreté sont nombreux. Nos enfants sont avec nous tous les jours à la carrière et grandissent là-bas. Ils commencent eux-mêmes à casser les pierres au jeune âge et certains prennent l’habitude de l’argent. Cela fait que certains n’aiment pas l’école, car ils préfèrent gagner de l’argent. Je termine ici en remerciant ATD de nous avoir rendu visite aux carrières et nous avoir donné l’opportunité de participer à la recherche sur les indicateurs de la pauvreté. Nous en avons grandement bénéficié car nous avons eu une idée plus large sur la pauvreté.. Les femmes travaillant dans les carrières vous remercient beaucoup, que Dieu continue de vous bénir. Ashura

30/10/2018
Equipe Tanzanie
République centrafricaine

Mon ami, je t'écoute...

Un certain jour je suis allé vendre des marchandises, j'ai rencontré mon gars et ami qui revenait du champ. On commence à causer et dans cette causerie il commence à me raconter sa vie difficile. Il me dit que quand autrefois, quand il est dans le travail public, il vit bien avec sa famille, sa femme, ses enfants, ses frères. Il vit en paix. Il n'y a pas de difficultés dans leur foyer. Mais maintenant il a des problèmes dans son travail, on l'a mis dehors, on l'a renvoyé du travail.

Quand il est renvoyé du travail, la vie devient difficile, pénible. Il souffre avec sa famille. La vie c'est comme ça. Sa femme le quitte avec ses enfants ; un seul enfant, pas en bon état, reste avec lui. Il reste avec lui dans cette souffrance. Ses frères qu'il avait mis à l'école jusqu'en terminale, même à l'université, le quittent aussi.

L'un de ses frères avait aussi une femme mais ils vivaient dans la cour des parents de sa femme. C'est mieux pour lui de venir habiter dans ma cour, habiter dans la cour des parents de sa femme, ce n'est pas bon. Mais il refuse de venir habiter dans ma cour parce que je restais encore dans la vie difficile. Celui qui était à l'université a pris la bourse mais il abandonne son frère définitivement et ne veut plus lui rendre visite ; toujours à cause de la souffrance.

Moi je le conseille : « Il ne faut pas beaucoup penser, c'est le Dieu qui va te bénir de plus parce que c'est le travail de Dieu qu'il a fait. » Sa réponse : « Mon ami, je t'écoute. J'ai écouté tes conseils mais si on te met à ma place, tu vas penser aussi comme moi. Ça m'arrive brusquement et toute la famille a disparu et ça me fait triste. C'est comme ça la vie des hommes.

Témoignage de Mr Parfait N. pour le 17 octobre 2018

08/10/2018
Parfait N.
France

Il faut favoriser le droit à la parole et au savoir

La Misère abîme celui qui la vit. Elle n'a pas de nationalité ni de frontière.

Je pense qu'on doit changer tous notre regard, et se dire un bonjour, avec un sourire, et favoriser le droit à la parole et au savoir.

Parce que une personne qui vit "partout et nulle part" (je dis ainsi car je n'aime pas dire "pauvre"), il faut bien l'accompagner dans le respect.

Je suis maintenant avec une moblité réduite, mais j'ai dans mon coeur toujours la même détermination.

01/10/2018
Gérard L.
France

Être exigeant nous les pauvres

Voilà un an environ que je cherche un logement, non qui semble être trop grand celui que j'ai, mais pour ne plus à avoir à me sacrifier de me chauffer l'hiver (chauffage électrique).

Refusant un petit studio, l'organisme HLM ne voulait plus me faire de proposition. Je n'ai pas cédé à leur chantage. J'ai juste changé le lieu de ma recherche, c'est-à-dire changé le choix de mon vœu pour cela. Et c'est tout un art pour faire une modification sur une demande de logement.

Une chose est certaine, c'est que je suis peut-être exigeante comme me l'avait fait remarqué une conseillère de l'organisme HLM. Je suis bien contente de l'apprendre car si nous ne pouvons pas l'être nous n'arriverons à rien pour lutter contre des abus ou des exclusions.

J'aimerais bien que celles ou ceux qui vivent encore plus dur que moi, puissent être exigeant, c'est important car nous avons tous-tes droit à être exigeant, pour gain de cause.

Lucienne

19/07/2018
Lucienne S.