Chaque attitude, chaque geste compte pour combattre la misère et l’exclusion. Il existe de multiples manières d’agir, quelles que soient nos compétences et notre disponibilité. Ces messages, ces témoignages sont l’expression d'un engagement personnel autant que collectif avec d'autres citoyens. N’hésitez pas à apporter votre contribution.

Les témoignages sont publiés sous la responsabilité de leur auteur. Ils sont soumis à validation : ils ne seront publiés que s’ils respectent, sur la forme et sur le fond l’esprit de cette journée tel que défini dans la Charte internationale 17 octobre.

 

Témoignages
Allemagne

Naila - Samedi 17 Octobre 2020 - Gemeinsam soziale Gerechtigkeit beim Klimaschutz erreichen

Contribution d’un homme en situation de pauvreté lors de la cérémonie à Naila/Haute-Franconie sur le thème « Gagner ensemble la justice sociale dans la protection du climat ! » :

Si l’espèce humaine continue à se multiplier et à s’étendre de manière incontrôlée, la nature n’aura aucune chance. Dans ce cas, ce sera aussi la fin pour l’homme qui fait partie de la nature. Avant, j’avais pris vaguement conscience de cela, à côté du travail. Maintenant j’ai du temps pour y réfléchir. La Terre, la nature te donnent tout ce dont tu as besoin. Tu te nourris bien de la Terre ! Il est difficile de faire comprendre cela aux gens. Ils ne voient pas qu'ils détruisent leurs propres bases d’existence. Les enfants de « Fridays for Future » ont raison. Ce sont eux qui vont trinquer. Et que peuvent faire les Indiens d'Amérique du Sud lorsqu'on vient forer le sol de chez eux pour le pétrole et qu'une fuite pollue tout ? Ou bien lorsque leur forêt tropicale est défrichée et remplacée par des plantations d'huile de palme ? Chez nous, les petits paysans doivent souvent payer les pots cassés.

C’est un cercle vicieux – il faudrait une dixième Merveille du Monde pour l'arrêter. Et nous contribuons tous à ce cercle vicieux – chacun de nous, même celui qui n'a pas grand chose...même la mobylette dont j'ai besoin parce que je n'ai plus assez de souffle pour marcher ou pédaler. Certains ont même « besoin » de deux véhicules. Mais pourquoi avoir un SUV ? Pourquoi pas une voiture normale ? Mais celui qui a de l’argent, peut le dépenser comme il le souhaite. « La justice climatique » ? « Que chacun ait le même droit d'utiliser l'atmosphère sans trop la polluer » ? Ce sont des rêves ! Comment pourrait-on imposer cela ? Ce serait une atteinte aux libertés individuelles. Quand j'étais dans la rue, je suis bien allé recevoir un bon alimentaire du curé. Mais sinon ? Tu ne peux pas me dire ce que je dois faire. Chacun doit décider par lui-même comment il se débrouille avec ses sous.

Le revenu minimum est de toute façon trop bas. Il ne te suffit pas pour participer à la vie sociale . Dans les sondages, beaucoup disent qu'ils s'en sortent pour ne pas se découvrir, ne pas être embarrassés. Beaucoup n'osent même pas aller demander les minima sociaux. Le personnel soignant qu'on a tant acclamé doit faire grève pour toucher plus de blé. On ne se soucie même pas d'eux. Les petits, on les tient en laisse courte/trop serré, et les grands, on leur fourre plein/ tout dans le sac (question de privilégier les grands au détriment des petits). Tu ne peux rien contre ça. Ou alors il faudrait renverser le système social. Dans ce cas, même celui qui n'a rien ne sera pas de la partie. Car il pense : Alors je ne toucherais plus rien du tout. Car les riches n’hésiteraient pas à mettre leur argent à l'étranger. Et l'État n'aurait plus de rentrées d’argent.

Si on ajoute une taxe carbone au prix du carburant, alors les personnes démunies ne pourront plus se servir de leur véhicule. Cela va encore toucher les mauvaises personnes. Le grand manitou / Le grand ponte s'en fiche. (ou : Pour le gros bonnet, ça ne changera rien.) Car il en a les moyens. J'entends par là le chef d'entreprise dictant aux hommes politiques ce qu'ils ont à faire, avec comme moyen de pression les emplois.

Chez moi il fait froid l'hiver. Car au-dessus de moi, il y a le grenier qui n'est pas isolé. En été, c'est le sauna, en hiver, la cave – c'est comme ça que je vis. Si je pouvais faire comme je voudrais… Je ne m'y suis toujours pas habitué. Mais je dois faire de mon mieux avec ce que j'ai. C’est une lutte pour la vie.

14/01/2021
Monsieur à Haute Franconie( NAILA°
Congo (Kinshasa)

A Nous l'Avenir:Comment Nous Résistons au COVID 19

Pendant cette période(en ces temps difficiles qui nous sont imposés par la COVID 19), notre organisation ne baisse pas les mains. Nous faisons beaucoup car beaucoup de nos membres se lancent dans  la culture maraîchère. Et comme d'habitude, nous avons disposé de semences de légumes de qualité que nous partageons gratuitement surtout aux ménages démunis.

Nous sommes unis pour le combat de la misère peu importe les temps que nous prendront.

14/12/2020
ASBL A NOUS L'AVENIR
France

JOURNÉE MONDIALE DU REFUS DE LA MISÈRE À DOLE le 17 octobre 2020

L'environnement, je pense que ce doit être une priorité universelle.(...)

L'environnement, ça ne devrait pas être pour chaque pays mais le même pour tout le monde car il n'y a pas de frontière : notre maison, c'est la planète !

(...)

Certes, il y a parfois des dégradations, on ne peut pas le nier non plus mais c'est beaucoup moins que dans d'autres quartiers de France. Ca fait 5 ans que j'habite le quartier et je l'ai vu évoluer dans le bon sens. Ici, je ne vois aucun graffiti sur les murs ; les jeunes ne sont pas agressifs et on peut se promener tranquille. La Régie n'a fait qu'embellir le quartier en entretenant les espaces verts, en assurant la propreté et en s'occupant des encombrants depuis 3 ans. On s'appuie sur l'expérience d'Etienne qui est paysagiste ; il sait quel arbre planter là ou là et on a quelque chose d'assez diversifié au final ; ça embellit ! Quand je rentre chez moi après le travail, surtout l'été, c'est chouette ! Le week-end, je vois des gens jouer au criquet sur le terrain près de chez moi et moi, le soir, je fais de la pétanque.

Personnellement, je n'ai jamais eu de retours de la part d'habitants mais je me dis que, tant qu'ils ne disent rien, c'est que tout va bien ! Et puis je vois des gens qui sourient et qui sont heureux de vivre dans un cadre merveilleux. Pour moi, le quartier ne cesse de s'embellir !

14/12/2020
Acteur à Mesnils Pasteur
France

JOURNÉE MONDIALE DU REFUS DE LA MISÈRE À DOLE le 17 octobre 2020

Paroles de militants Quart Monde de Bourgogne Franche Comté

La grande pauvreté et le destin de l’environnement sont liés.

Quand des personnes en grande pauvreté subissent l’injustice sociale, c’est souvent lié à l’injustice environnementale.

Par exemple, c'est ce qui se passe dans un logement mal isolé : la perte énergétique y est considérable et ne fait qu'augmenter la facture de chauffage. C'est aussi le cas quand on doit quitter son pays ou sa terre à cause du changement climatique.

La crise sanitaire et le confinement ont créé un grand décalage (…) Avec l’épidémie de la Covid19, un Français sur trois a subi une perte de revenus ; cette épidémie aurait dû nous donner des leçons pour qu’il y ait plus d’entraide entre les personnes, mais les plus démunis ont été impactés de plein fouet et le frigo reste toujours aussi vide. Arrêtons avec une société où l’argent est roi ; remettons de l’humain au devant de la scène !

Qu’on roule à droite ou à gauche, on roule tous sur le même chemin. A vélo, chacun peut tester ses limites pour voir sa capacité de résistance, ça donne des renseignements pour savoir si, en cas de problème de tous les jours, on abandonne ou si on résiste ; de toute façon ce sera bon pour la planète et ce ne sont pas les étoiles qui vont se plaindre.

Maintenant prenons tous le virage de l’écologie !

14/12/2020
militants Quart Monde de Bourgogne Franche Comté
France

JOURNÉE MONDIALE DU REFUS DE LA MISÈRE À DOLE le 17 octobre 2020

Cette histoire pour dire qu’on peut travailler à la vigne – comme à la ferme en général- de jour comme de nuit, toute l’année, tous les jours, qu’une tâche terminée en amène toujours une autre, que le travail se fait parce qu’il n’y a pas d’autres solutions, gelées tardives ou non, confinement ou non, récolte et salaire, ou non.........

C’est un choix. Je suis surement écologiste.

ENsavoir plus? Cliquez ici:

14/12/2020
Saisoniere viticole de Dole