Chaque attitude, chaque geste compte pour combattre la misère et l’exclusion. Il existe de multiples manières d’agir, quelles que soient nos compétences et notre disponibilité. Ces messages, ces témoignages sont l’expression d'un engagement personnel autant que collectif avec d'autres citoyens. N’hésitez pas à apporter votre contribution.

Les témoignages sont publiés sous la responsabilité de leur auteur. Ils sont soumis à validation : ils ne seront publiés que s’ils respectent, sur la forme et sur le fond l’esprit de cette journée tel que défini dans la Charte internationale 17 octobre.

 

Témoignages
Côte d'Ivoire

La misère sous toutes ses formes

La misère nous l'avons vécu et senti sous toutes ses formes.

vivre à 5 dans une seule pièce, avoir peut être un seul repas par jour, ne pas avoir de savons ni de brosse à dent pour prendre soin de son corps. aller à l'école avec des tenues déchirées. Être abandonné par ses proches qui vous mettent à la porte à 23h vous et toute votre famille.

17/10/2017
Matrix
France

Journée internationale pour l'élimination de la pauvreté

Bravo à tous pour cette journée, pour ce combat de tous les jours. Je me considère moi même comme un pauvre, depuis des années.

je partage volontiers le discours de Madame Irina BOKOVA, que je salut pour sa fonction à l'UNESCO. Je me suis donc impliqué en tant que simple citoyen.

je vais écrire à Monsieur LEMAIRE, Ministre de l'économie pour qu'il s'engage à réformer le système bancaire, un système diabolique qui laisse sur la paille, un nombre croissant de pauvres gens déjà en situation de paupérisation, ne pouvant faire face à des frais bancaires pour le moins abusifs. (voir l'association française des usager des banques pour comprendre le phénomène).

Je me servirai de mon cas personnel pour justifier ma requête d'ordre générale. je vous tiendrai informer de sa réponse et des dispositions qu'il envisagera de prendre. Il sera aussi informé que je viens de témoigner par ce commentaire sur le présent site.

Oh.. je sais mes amis pauvres, qui suis-je pour faire changer la loi ? Rien, je suis rien. mais au regard de Dieu, je pense être beaucoup... et les petits ruisseaux font de grandes rivières.

le Père Joseph WRESINSKI a bien réussi a faire bouger les choses. Savez-vous comment ? C'est grâce à sa très grande foi en Jésus et sa capacité sans faille à vouloir travailler pour Dieu au service de la Justice envers les plus démunis... A très vite mes amis......

16/10/2017
PHILIPPE
France

Le RSA est une façon de mourir

J'ai été durant 3 ans au RSA une première fois, j'ai cherché du travail pendant très longtemps, par chance j'ai retrouvé une formation malheureusement cela s'est mal passé, j'ai été harcelé durant toute ma formation pour des raisons que je n'ai connu qu’à la fin de mon contrat.Donc rupture amiable du contrat, je suis retombée au RSA, comme j'ai beaucoup de chance.... j'avais trouvé un logement proche de mon travail, 2 minutes à pieds au lieu de 120 kms par jour. Donc, ayant beaucoup de chance dans ma vie( je rigole jaune) je suis tombée sur un propriétaire très comment dirais-je? Vendeur de rêve ou véreux, comme on veut, qui m'a dit qu'il ne ferait aucun travaux même la peinture, aujourd'hui mon logement a été déclaré non décent' humidité, pas de VMC etc) et je dois chercher d'urgence un autre logement, sauf que.....au RSA personne ne veut de vous, les logements sociaux sont pour les salariés avec petit salaire , les émigrés, les familles et j'en passe et si par bonheur on vous enregistre votre demande de logement social on ne vous présente rien au bout d'un an et demi.Le RSA était à la base pour rebondir après une courte ou moyenne durée de chômage sauf qu'aujourd'hui à 50 ans vous êtes personne non grata dans les entreprises toutes confondues en France, je vous passe les effets "indésirables" de ce tourbillon infernal, vous grossissez, vous déprimez vous vous isolez de jour en jour...

Je signale aux mauvaises langues qu'en travaillant j'ai cotisé pour prétendre au RSA donc....CHUT

23/06/2017
géraldine
Congo (Kinshasa)

Message du Consortium pour le refus de la misère, CREM

Les preuves ne sont plus à démontrer que la misère est un crime commis par notre incapacité de partager, c’est une violation grave des droits de l’homme. Les acteurs du refus de la misère sont interpellés chaque 17 octobre en vue d’accroître les efforts pour éliminer l’extrême pauvreté  et la discrimination, et de s’assurer que chacun de nous puisse jouir pleinement de ses droits fondamentaux.

La lutte doit permettre aux victimes de la misère (les oubliés, les abandonnés, ou les populations défavorisées) de se débarrasser de la misère.

La misère tue plus que toute autre guerre ou catastrophe que l'humanité a déjà connu.

Pacifique Birindwa

Coordonnateur du CREM

Consortium pour le refus de la misère.

RD Congo

Exposition sur le 17 octobre
11/11/2016
Pacifique Birindwa
France

Témoignage lu pour le 17 octobre 2016

Je ne connaissais pas la journée du 17 octobre, des amis me l'ont fait connaître. Cela fait 4 ans que je participe à cette journée qui me touche beaucoup, car j'ai connu la misère dans mon passé. Cela me touche car la pauvreté il y en a encore dans le monde entier.

J'étais seule, une amie m'a parlé et m'a emmené à Beaux Quartier. C'est un feuilleton qui a été réalisé par le quartiers des Aubépins et d'autres quartiers, pour montrer les belles choses du quartier; et comment vivent les habitants de ces quartiers. Être ensemble cela m'a donné la force et l'envie de participer au feuilleton. Il n'y avait pas de différence entre nous, on était tous pareil car la culture se partage. Depuis que j'ai participé dans le film, j'ai changé de caractère et je me suis fais des amies. Je ne suis plus seule. 

07/11/2016
Soulier Lucienne