Chaque attitude, chaque geste compte pour combattre la misère et l’exclusion. Il existe de multiples manières d’agir, quelles que soient nos compétences et notre disponibilité. Ces messages, ces témoignages sont l’expression d'un engagement personnel autant que collectif avec d'autres citoyens. N’hésitez pas à apporter votre contribution.

Les témoignages sont publiés sous la responsabilité de leur auteur. Ils sont soumis à validation : ils ne seront publiés que s’ils respectent, sur la forme et sur le fond l’esprit de cette journée tel que défini dans la Charte internationale 17 octobre.

 

Le droit au logement décent - la voix des enfants

Droit au logement décent : la voix des enfants (extraits)

« J’ai dessiné une maison (pour dormir), des gens, un lapin, c’est comme un ami, la voiture dans le garage, pour aller partout, la route, des papillons et des fleurs : c’est important, s’il n’y a pas la nature on va mourir. »

Natalia, 13 ans, communauté manouche, Alsace, France

« Notre chambre est petite, mon père, ma sœur et moi dormons dans la même chambre. »

« Eh oui, Les règles sont très strictes. Quand les lumières s’éteignent, nous allons tous nous coucher en même temps... » « Le pire, c'est que vous n'êtes pas autorisé à avoir des amis dans votre chambre. »

Dans un « centre en vie » en Irlande

"Chaque enfant a le droit de vivre dans un logement où il y a de l’eau, de l’électricité et de la nourriture, et c’est aux adultes de le leur permettre. Cependant, il y a beaucoup d'enfants sans abri et mendiants dans les rues en Serbie, ils ont une vie très difficile". (Serbie)

Appel d’un groupe d’enfants du Portugal :

«Honorables Chefs d'Etat,

Au Portugal on n’entend pas beaucoup parler de pauvreté, mais malheureusement, la pauvreté n’a pas été éliminée. Parfois, on entend parler de quelqu'un qui est décédé parce qu'il ou elle n'avait rien à manger ou pas de logement.

Le fait que les loyers ont augmenté a fait exploser le nombre de sans-abri, car ils n’ont pas d’argent pour payer leur loyer : en effet le montant des loyers est presque équivalent au salaire minimum que la plupart des Portugais reçoivent. Nous souhaitons que cela change, que le droit d’avoir une maison et d’aller à l'école soit respecté et pris en compte pour tous les enfants.

Le lieu où nous vivons nous permet de recevoir l'éducation, la sécurité, la protection. Il faut un espace accueillant, doté d’équipements, mais surtout avec de bonnes relations humaines et de l'affection. Cela permet d'être très heureux.

Nous souhaitons que tous les enfants du monde vivent bien, qu’ils soient heureux : Pour cela il est nécessaire d'aider les plus défavorisés à faire respecter leurs droits en tant que citoyens et en tant qu'êtres humains.

Aider les autres, être attentif aux besoins des autres et apporter ce que nous pouvons est essentiel. Nos gestes peuvent faire toute la différence et nous sommes prêts à le faire. Nous pensons que si tout le monde s’y met, le monde deviendra de plus en plus heureux et les différences sociales cesseront d'exister.

Nous devons maintenant vous demander votre aide pour cela. Nous comptons sur vous !

Ce témoignage est lié à l'événement: 
Le droit au logement décent - la voix des enfants
Des enfants