Le Forum du refus de la misère appelle chacun à enrichir l’échange de ses propres découvertes, expériences et questions. En entrant dans ce partage, les correspondants du Forum gagnent en conviction et en certitude que ce soutien mutuel permettra de mettre fin à la misère. ( Cliquez sur un pays pour découvrir l'engagement de ces correspondants )

Des moments de fraternité du refus de la misère en Centrafrique

Je suis Mr Jean-Louis S. alias Tigre allié du mouvement international ATD quart monde depuis 28 ans, je travaille dans le domaine d’urgence humanitaire délocalisé au nord de mon pays la Centrafrique vers la frontière avec le Tchad. Plus des déplacements réguliers dans le pays selon les cas d’urgence. Là où les gens ne vont pas c’... Lire la suite

Ce qui manquait à ma vie.

Norman est nouvellement diplômé du Collège « Politeknik ATMI Surakarta » en Indonésie. En tant qu'étudiant, il a bénévolement participé à des activités auprès d'enfants vivant dans des communautés défavorisées. Il les soutenait au niveau scolaire.  Il témoigne, dans ce texte, des activités bénévoles d'un... Lire la suite
Traduit en :

L’agriculture biologique peut-elle être une alternative à la pauvreté?

« Les agriculteurs représentent les deux tiers des plus pauvres de la planète »... Dans la vallée du Mékong en Asie du Sud-Est, au nord de la Thaïlande, 85% des agriculteurs ne peuvent vivre de leur production… Aujourd’hui, pour l’Asie, l’agriculture biologique n’est pas le seul défi : il s’agit d... Lire la suite
Traduit en :

Pour changer les choses il faut s’adresser à tous

En Afrique du Sud, Jean E. mène avec Afrika Tikkun un programme d’éducation, de la petite enfance à la formation professionnelle des jeunes, dans les townships* et les quartiers très pauvres du centre de Johannesburg où sont concentrées pauvreté et tensions. Afrika Tikkun avait constaté que les programmes d’aide scolaire et à la... Lire la suite
Traduit en :

Le « mur de la honte »

Au Portugal des familles roms démolissent le « mur de la honte » : il a entouré pendant presque 10 ans le ghetto du « Quartier des Pedreiras » et matérialisé la séparation entre la plus nombreuse communauté rom de Beja et le reste de la société de l’Alentejo. Long de 100 mètres et haut de 3, il avait été construit... Lire la suite
Traduit en :