Thème pour 2019
Agir ensemble pour donner aux enfants, à leurs familles et à la société les moyens de mettre fin à la pauvreté

Vous trouverez sur cette page :

  • Témoignages: prises de parole de personnes vivant la grande pauvreté, ...
  • Présentation: le sens de la Journée, son esprit, ...
  • Moments forts: activités, prises de paroles, gestes significatifs, ...
  • Contactez-nous: pour toute question liée au 17 octobre.
  • Boîte à outils: affiche, note explicative, textes de référence, vidéos, ...

Pour voir plus d'événements en France, c'est ici: https://www.atd-quartmonde.fr/17oct2019/

Sélectionnez un pays pour voir ce qui s’est vécu les années précédentes

Limite et Nsele - Jeudi 17 Octobre 2019 - Lancement d’un centre d’apprentissage des métiers

Compte-rendu de l'événement

A l’occasion de la célébration de la journée internationale de l’élimination de la pauvreté, le 17 octobre 2019, CADF-ONG a organisé deux grands événements notamment le lancement d’un centre d’apprentissage des métiers pour les jeunes démunis de Kingabwa dans la Commune de Limite et les consultations préscolaires dans le Centre de Santé et Maternité FAMILIA à Mpasa dans la commune de Nsele. Ces deux communes sont parmi les 24 communes de la Ville-Province de Kinshasa en RD Congo.

Le Quartier Kingabwa est un site industriel mais actuellement habité par des familles qui, pour la plupart, sont venues s’y installer pour se trouver un travail. Avec le temps et à cause des crises économiques, politiques et sociales qu’a connues la RD Congo, certaines usines ont fermé leurs portes. Beaucoup de parents et des jeunes sont donc restés sans emploi et d’autres encore finissent les études sans l’espoir d’en trouver un. D’où le taux de chômage élevé non seulement chez les adultes mais aussi chez les jeunes intellectuels et non intellectuels.

C’est pour faire face à cette situation et permettre aux jeunes issus des familles très démunies de Kingabwa de s’insérer dans la vie active que CADF-ONG a démarré le Centre pour métiers où les jeunes vont apprendre un métier, chacun(e) selon son choix, afin de partager cette joie d’apprendre en équipe et d’avoir plus tard un revenu issu de l’exercice de son métier. Les métiers qui seront appris dans ce centre sont l’informatique, la coupe et couture, la conduite automobile et accompagnés par l’alphabétisation pour ceux parmi les jeunes qui ne savent ni lire ni écrire. Un jeune présent aux cérémonies de lancement du centre d’apprentissage des métiers a déclaré : "apprendre un métier rend un jeune utile, il se sent fier de lui-même parce qu’il devient productif, il évite la dépendance familiale et ne peut rejoindre les groupes des malfaiteurs."

Selon Madame Lydie, Présidente de CADF-ONG, ce centre d’apprentissage de métiers va répondre à cet appel du 17 octobre 2019 « d’agir ensemble pour donner aux enfants, à leurs familles et à la société les moyens de mettre fin à la pauvreté » en favorisant l’implication des membres de CADF-ONG, des autorités locales, des parents et des jeunes eux-mêmes, tous représentés à cet événement. Le Représentant Provincial de l’Eglise Kimbanguiste de Kinshasa et le Chef de Quartier Kingabwa ont pris la parole pour relever le questionnement sur comment donner plus de chance aux jeunes de manière à ce que ceux qui ont moins de moyens financiers puissent accéder à l’apprentissage et soient insérés, autant que les autres, dans la vie active et sociale, question à laquelle CADF-ONG devra se concentrer afin que la formation soit inclusive et profitable à tous. Madame Nelly, présidente des rizicultrices, a quant à elle, accompagnée d’autres rizicultrices, présenté un sketch illustrant comment une femme pauvre a su quitter son état de pauvreté, nourrir sa famille et faire étudier ses enfants grâce à l’apprentissage du métier agricole. Ce sketch a mis en évidence tout le courage de ces femmes qui mettent deux heures dans une pirogue motorisée sur la rivière Ndjili pour rejoindre leurs champs rizicoles ou qui, parfois, passent des nuits aux champs quand la rivière est exagérément en crue.

Mpasa, dans la Commune de Nsele, est un village rural autour de la Ville de Kinshasa. Il est moins peuplé et les activités des habitants consistent en l’agriculture, la pêche sur le Fleuve Congo et le petit commerce. C’est à cause de l’accès difficile des habitants aux soins de santé de bonne qualité que CADF-ONG s’était décidé, il y a 6 ans, d’y installer le Centre de Santé et Maternité FAMILIA. Actuellement, cette structure de santé fonctionne normalement et permet à des personnes issues de diverses couches sociales d’accéder aux soins de santé en réduisant non seulement la distance mais aussi le coût lié aux soins.

L’activité s’est déroulée dans le Centre de Santé et Maternité FAMILIA. Au total, 130 enfants et mères ont été présents aux consultations préscolaires ; les enfants ont été vaccinés contre la poliomyélite et la tuberculose ; 37 enfants ont été enregistrés à l’Etat Civil ; grâce à la collecte organisée par les membres de CADF-ONG, chaque mère a reçu un kit composé d’un savon de toilette, d’une boîte de poudre, d’une boîte de lotion et d’une cache couche. Plusieurs catégories de personnes étaient présentes notamment les mamans, les enfants, les responsables de la Zone de Santé, le chef du village, l’Officier Communal de l’Etat Civil à Mpasa ainsi que quelques membres de CADF-ONG. Se confiant à Monsieur Dieudy après l’activité, une mère a parlé de l’importance de ces consultations, en déclarant que « toute maman aime ses enfants, riche ou pauvre, raison pour laquelle elle a amené son enfant à la vaccination ». Prenant la parole, l’Officier Communal de l’Etat Civil à Mpasa de sa part a reconnu que dans un milieu rural où les gens vivent au taux du jour, il n’est pas facile que les mamans se donnent du temps pour les consultations préscolaires ni du moins pour l’enregistrement des nouveau-nés à l’état civil, raison pour laquelle il a salué le courage de ces mamans et des responsables du centre de santé.

Ces consultations préscolaires avaient été précédées, au mois de septembre 2019, par une campagne de vaccination des enfants en réponse à l’épidémie de la rougeole qui sévit dans plusieurs agglomérations de l’Aire de Santé de Mpasa. Cette campagne a duré 5 jours et s’est appliqué même aux enfants de plus de 10 ans car certaines personnes âgées ont été aussi victimes de la rougeole dans certains milieux. Etant donné des cas de rougeole fréquents dans les îlots du Fleuve Congo à partir du Beach Ngwele loin des structures formelles de santé, il a été négocié avec le Bureau de la Zone de Santé de Kinkole que la campagne de vaccination des enfants soit élargie à ces îlots sous la coordination de CADF-ONG. Il convient de rappeler que la rougeole avait été éradiquée en RDC il y a quelques années mais l’épidémie a refait surface et fait plusieurs victimes parmi les enfants, selon les rapports de différents bureaux de la Zone de Santé.

Dans les deux événements, chaque participant pouvait lire le thème du 17 octobre 2019, inscrit sur un grand tissu suspendu à un endroit accessible à tous.

Fait à Kinshasa, le 10 novembre 2019

Dieudy Makano et Justin BYAMUNGU

Description de l'événement

A l’occasion de la célébration de la journée internationale de l’élimination de la pauvreté, le 17 octobre 2019, CADF-ONG (Compagnons d'Action pour le Développement Familial) organise deux grands événements notamment le lancement d’un centre d’apprentissage des métiers pour les jeunes démunis de Kingabwa dans la Commune de Limite et les consultations préscolaires dans le Centre de Santé et Maternité FAMILIA à Mpasa dans la commune de Nsele.

Limite et Nsele
Congo (Kinshasa)

Bangui - Jeudi 17 Octobre 2019 - "Agir ensemble pour donner aux enfants, à leurs familles et à la société les moyens de mettre fin à la pauvreté."

Compte-rendu de l'événement

Vous pouvez trouver ici deux témoignages lus à l'occasion du 17 Octobre, préparés avec des adultes et avec des enfants.

" Les enfants sont comme les semences des champs. Il va falloir arroser les semences avec de l’eau pour espérer les cueillir à la récolte. C’est comme l’eau que nous devons offrir aux enfants. Les enfants ont un rôle spécial dans nos familles et dans nos communautés. Ils nous interrogent, ils nous questionnent, ils nous donnent leurs confiance, ils nous apprennent à aimer. "

" Aujourd’hui, c’est une occasion de dire que nous nous sentons, nous aussi, responsables pour le développement de notre pays. Mais pour y arriver il faut que la société, le gouvernement, nos familles se mettent ensemble pour que demain nous pouvons réaliser une vie meilleure pour tous. "

Description de l'événement

Dans le cadre de la commémoration de la Journée mondiale du refus de la misère, A Bangui, plusieurs membres et amis du Mouvement vont organiser des activités. Cette année les activités auront lieu dans une salle de stade de 20000 places. Les invités viendront des organisation œuvrant dans la promotion de droits de l'homme, des personnalités différentes ( familles qui vivent dans la misère, enfants Tapori et de la bibliothèque), des autorités étatiques, des ambassadeurs, des enfants du centre la voix du cœur (enfants de la rue), des amis, les enfants sourds muets.
Tous les participants seront invités à écrire un message en rapport avec le thème de cette année et le déposer dans l’arbre du 17 octobre, appelé : « Arbre des engagements ».
Au programme :
13h10 : lecture des strophes « Je témoigne de vous du Père Joseph Wresinski ».
13h15 : Introduction de la journée mondiale du refus de la misère : Note explicative sur le 17 octobre
13h30 : Temps de témoignages des familles et des enfants et une petite scénette en rapport avec le thème.
14h15 : Temps de témoignages des organisations qui oeuvrent dans la promotion de droits de l’homme et institutions publiques, privées.
14h55 : Chant ‘O Freedom’
15h00 : Animation, action de tous
15h30 : Arbre des engagements c’est-à-dire c’est le moment où chaque personne mettra son message dans l’arbre du 17 octobre,
16h00 : Conclusion finale
16H15 : Collation
17h00 : Fin de la commémoration

Bangui
République centrafricaine

Kinshasa - Jeudi 17 Octobre 2019 - Soutien des enfants pour lutter contre la pauvreté

Sous le thème le "Soutien des enfants pour lutter contre la pauvreté", l’association Atelier Théâtre Action « ATA » organisera à l’occasion du 17 octobre de cette année une rencontre avec les écoles de la ville de Kinshasa, membres de l’association. Les enfants seront invités à s’exprimer.  

Kinshasa
Congo (Kinshasa)

Luxembourg - Jeudi 17 Octobre 2019 - Journée Mondiale du refus de la misère

Compte-rendu de l'événement

« Agir ensemble pour donner aux enfants, à leurs familles et à la société les moyens de mettre fin à la pauvreté »…

Tel était le thème de la Journée Mondiale du Refus de la Misère qui fut célébrée cette année en présence de nombreuses personnalités et de sympathisants, dans le cadre du 30ème anniversaire de la Convention des Droits de l’Enfant.

Après une brève introduction de Mme Joëlle Christen, Présidente du Mouvement ATD Quart Monde Luxembourg, Mme Andrée Birnbaum, Vice-présidente de l’Ombudscomité fir d’Rechter vum Kand a pris la parole et a mis en évidence le travail de l’ORK.

L’ORK a plusieurs missions :

  • Faire connaître les droits de l’enfant

  • Veiller à ce que les droits de l'enfant soient mis en œuvre et respectés

  • S’occuper des cas individuels dans lesquels les droits des enfants ne sont pas appliqués ou lorsqu'il y a un sentiment que l'intérêt supérieur de l’enfant n'est pas suffisamment pris en compte.

  • Informer et conseiller

  • Assurer la médiation entre deux parties

  • faire des recommandations au gouvernement

Une fois par an, généralement pendant la Journée des Droits de l’Enfant le 20 novembre, le rapport officiel de l'ORK est présenté. S’ensuivent ensuite toute une série de réunions politiques dans la Chambre et dans les Ministères pour discuter du le rapport.

Les principales raisons des consultations chez l’ORK étaient les suivantes:

  • Les divorces et les séparations : les enfants sont souvent dans une position très difficile.

  • Les problèmes rencontrés à l'école ou dans le monde de l'éducation par les enfants à besoins spécifiques : Comment les intégrer au mieux à leur école ? Qu’est-ce qui est bien et important pour les enfants ? Il est primordial d'associer les parents. Ils ne se sentent souvent pas suffisamment impliqués.

  • Les enfants issus de l'immigration: il existe un certain nombre d'enfants qui n'ont pas de carte d'identité et qui n'ont pas les mêmes droits que les autres enfants. Souvent ils doivent retourner dans leur pays pour se voir délivrer un passeport, mais cela n’est souvent pas possible à cause des conflits ou d’autres dangers. Il faut donc regarder au cas par cas ce qui peut être fait et la coopération avec tout un éventail de ministères est très importante.

  • Dans notre pays aussi il y a des enfants victimes de violence, des enfants qui doivent vivre avec un minimum et qui ne disposent pas d'un logement adéquat…Même si nous vivons dans un pays où les droits des enfants ont déjà considérablement progressé par rapport à d'autres pays, il reste encore beaucoup de travail à faire pour l’ORK et toutes les autres associations et ministères qui s'occupent des droits des enfants.

p { margin-bottom: 0.25cm; direction: ltr; line-height: 115%; text-align: left; background: transparent none repeat scroll 0% 0%; }p.western { }

Le discours de Mme Birnbaum fut suivi par les témoignages des enfants et des parents.

Témoignage d’Israël - 11 ans

« Les enfants ont besoin de nourriture et d'une bonne éducation. Ils ont également besoin de bon matériel scolaire. Ils ont besoin de parents qui s'occupent d'eux. »

Extrait du témoignage des parents

« Nos chers enfants, nous sommes fiers de vous. Nous vous souhaitons d’être en bonne santé, d’avoir de quoi vous nourrir et vous vêtir, de recevoir une bonne éducation scolaire et d’être respectés et aimés, que vous soyez riches ou pauvres, blancs ou noirs, handicapés ou en bonne santé. Nous vous souhaitons d’être bien intégrés dans vos écoles, afin que vous ayez de meilleures chances pour réussir……. ».

La présentation et les témoignages des jeunes ont également plu à l’assistance.

Les jeunes dévoilèrent "Le mur des Graffitis", qui fut présenté la première fois lors de la parade des enfants en juin dernier. Ce mur symbolise la pauvreté, l'exclusion, le manque de contacts et l'obstacle à la participation sociale des personnes en précarité. Le mur fut démonté et reconstruit en un escalier, qui présente le développement d'un arbre comprenant des valeurs alternatives enracinées, comme l'égalité des chances, la dignité, la solidarité et l'égalité.

Témoignage des jeunes :

Tamara: "In meinen Bildern habe ich Obdachlosigkeit und Abhängigkeit gezeichnet, es ist für mich wichtig ein normales, geordnetes Leben zu führen, eine Arbeit, eine Unterkunft und Arbeit zu haben und ein Teil der Gesellschaft zu sein…."

Les interludes musicaux de la chorale « Home Sweet Home » et la chorale infantile « Heemelsdéiercher » du Limpertsberg ont égayé la soirée. Les nombreux enfants présents ont créé une ambiance joyeuse et conviviale.

Pour clôturer ce moment festif, tous les enfants ont déposé un photophore autour de la photo de Joseph Wresinski, fondateur du Mouvement ATD Quart Monde. Une minute de silence fut observée en mémoire des personnes absentes ou disparues.

p { margin-bottom: 0.25cm; direction: ltr; line-height: 115%; text-align: left; background: transparent none repeat scroll 0% 0%; }p.western { }

Description de l'événement

La Journée Mondiale du Refus de la Misère de cette année s’inscrit dans le cadre du 30ème anniversaire de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant. …/…

Elle rassemble tous ceux qui s’engagent, tout au long de l’année pour refuser la misère avec celles et ceux qui la subissent au quotidien. La misère est une violence pour ceux qui la vivent et pour ceux qui sont solidaires. Chacun de nous peut agir à son niveau de compétence, de disponibilité, car chaque geste compte pour combattre la misère et l’exclusion.

Le 17 octobre 2019 à 18:30 heures

au CCRN Neimënster, Luxembourg-Grund

Accueil par Mme Joëlle Christen
Présidente d’ATD Quart Monde Luxembourg

Allocution de Mme Andrée Birnbaum
Vice-Présidente de l’Ombudscomité fir d'Rechter vum Kand (ORK)

Prises de parole par des
militants Quart Monde et des personnes solidaires

Intervention du Groupe Jeunes ATD Quart Monde

Encadrement musical par
HEEMESLDÉIERCHER Kanner a Jugendkouer vum Lampertsbierg

Chorale HOME SWEET HOME and Friends

Verre de l'amitié

Luxembourg
Luxembourg

Bujumbura - Dimanche 20 Octobre 2019 - Echanges autour des droits de l'enfant

Compte-rendu de l'événement

Le mouvement ATD Quart Monde a célébré le 17 Octobre a Burundi, avec l'association HAGURUKA BA KENYEZI BA KAJAGA.

Différentes associations et organisations œuvrant dans le domaine de protections des droits de l’enfant ainsi que quelques institutions du gouvernement ayant dans leurs attributions la protection des droits de l’enfant ont pris part à ce grand événement. Il sied de signaler aussi que quelques membres de l’Association des Amis d’ATD Quart Monde de la RD Congo, en l’occurrence Déogracias Kankele et SHAIDI étaient présents dans la salle pour témoigner de leurs expériences et offrir un coup de pousse à l’équipe du Burundi.

Au nom de l’Association HAGURUKA BAKENYEZI BA KAJAGA II, Mme CONSOLATE a rappelé que La Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE), déclara que « L’humanité doit donner à l’enfant ce qu’elle a de meilleur » et elle a invité à chacun invite à partager et à échanger des expériences afin de tirer le maximum de leçons concernant l’éradication de la pauvreté.

M. Deogratias KANKELE, invité du Mouvement ATD Quart Monde de RD Congo a expliqué les fondements du Mouvement.

« ATD Quart Monde veut mettre fin à l’extrême pauvreté en y associant les personnes qui la subissent. Il fait appel à l’engagement de tous pour transformer les mentalités et nos sociétés.

La violence de l’extrême pauvreté, l’ignorance, le dénuement et le mépris isolent les personnes et les enferment dans le silence jusqu’à les faire parfois douter de leur appartenance à la communauté humaine. Unir nos forces pour atteindre ceux qui sont exclus dans nos sociétés et reconnaître la contribution indispensable des personnes vivant dans la pauvreté sont des étapes essentielles pour mettre fin à la misère et bâtir la paix. »

Les participants ont pu écouter l’historique de la journée avec le sens de celle-ci :

« Le 17 octobre n'est pas seulement l'occasion de mettre l’accent sur les efforts entrepris en vue d’éliminer la pauvreté ou les luttes que mènent celles et ceux qui vivent dans la pauvreté ; la journée permet à ces populations de faire entendre leur voix et offre un temps de réflexion pour reconnaître que les pauvres sont les premiers à lutter contre la pauvreté. La participation des pauvres eux-mêmes est au cœur de la célébration de la journée depuis qu'elle a été instituée. La commémoration du 17 octobre témoigne également de la volonté des populations vivant dans la pauvreté d'utiliser leurs compétences pour contribuer à l'élimination de ce fléau. »

Les enfants TAPORI ont présenté une dance, une chanson et un message :

« Les enfants TAPORI ne veulent pas entendre d’être grand pour agir contre la pauvreté. Chers parents, agissons ensemble pour nous donner, à nos familles aussi et à la société toute entière les moyens de mettre fin à la pauvreté.Nous les enfants nous voulons que nos droits sois respecté, nous demandons : la paix, l’amour, la santé, études pour tous, bien manger, dormir en paix, danser et chanter. »

Vous pouvez consulter le rapport complet de la commémoration ici.

Description de l'événement

Le 20 octobre à 14h, le groupe "Gutera Intererano" va se retrouver avec les organisations œuvrant dans le domaine de protection des droits de l'enfant, dans la salle Porta Sion à Mont Sion Gikungu à Bujumbura, au Burundi.

Bujumbura
Burundi