Thème pour 2018
S’unir avec les plus exclus pour construire un monde où les droits de l’homme et la dignité seront universellement respectés.

Cette année quelques changements ont été apportés à la page 17 octobre.

Vous y trouverez :

  • Témoignages: prises de parole de personnes vivant la grande pauvreté, ...
  • Présentation: le sens de la Journée, son esprit, ...
  • Moments forts: activités, prises de paroles, gestes significatifs, ...
  • Contactez-nous: pour toute question liée au 17 octobre.
  • Boîte à outils: affiche, note explicative, textes de référence, vidéos, ...

Pour voir plus d'événements en France, c'est ici: https://www.atd-quartmonde.fr/17oct2018/

Sélectionnez un pays pour voir ce qui s’est vécu les années précédentes

Moka - Samedi 13 Octobre 2018 - Se former à penser et travailler ensemble

Compte-rendu de l'événement

Inclure les plus démunis dans la réflexion sur l'éradication de la pauvreté

Le combat contre la pauvreté a longtemps été au centre de débats passionnés à Maurice et ailleurs. Intellectuels, politiciens, étudiants, travailleurs sociaux et experts de toutes sortes ont tous donné leur avis sur la question depuis des dizaines d’années. Certaines personnes ont cependant toujours été maintenues hors de ce débat, pourtant d’une importance capitale pour la construction de la société de demain. Il s’agit, paradoxalement, de ceux-là même qui souffrent de ce mal aveugle et rampant qu’est la pauvreté. 

Afin de donner une voix aux sans-voix, et de permettre à ceux qui le souhaitent de rencontrer, d'échanger et de montrer leur solidarité avec les plus démunis, le Comité 17 octobre a tenu une journée de réflexion, ce samedi, à l'Université de Maurice, sur le thème “Respecter les droits et la pensée de chaque être humain: apprendre à penser ensemble”, en marge de la Journée Mondiale du Refus de la Misère. 

Durant la matinée, des groupes de travail ont été institués pour réfléchir sur différents mots-clés ayant trait à l'éradication de la pauvreté. Ces groupes étaient composés d'étudiants de l’UoM, de professeurs de l’Université, de travailleurs sociaux, de représentants de ministères ou de familles vivant sous le seuil de pauvreté. 

“Au départ, chaque groupe a réfléchi séparément sur les différents thèmes, explique Jean Toussaint d’ATD Quart Monde Maurice, l’une des associations-membres du Comité 17 octobre. Puis, nous nous sommes rassemblés et nous avons comparé les conclusions de chaque groupe. Au vu des résultats, il est certain, et cela nous le savions déjà, que chaque personne réfléchit différemment selon son background social, ses convictions personnelles, etc. Toutefois, tout l'objectif de cette journée était de montrer qu’il est plus que nécessaire que nous réfléchissions tous ensemble au problème, et que nous trouvions des solutions pour briser ces barrières.” 

Les enjeux restent en effet d’une importance primordiale pour l’avenir du pays et pour de nombreux Mauriciens. “C’est d’ailleurs la raison pour laquelle nous souhaitons que ces familles soient véritablement incluses dans le débat. En les écoutant, en dialoguant avec elles, nous pouvons nous rendre compte de la situation inacceptable dans laquelle elles vivent, de leurs besoins, et ainsi mieux nous adapter pour trouver des solutions au problème”.

Après les ateliers de la matinée et la mise en commun du travail de chacun, les participants ont partagé leurs conclusions : “Le pays avance, mais la situation des familles les plus pauvres n’avance pas. Cela veut dire que nous avons failli. En tant que travailleur social, avons-nous reçu une bonne formation ? Quand on écoute les personnes qui vivent les situations de pauvreté, comme nous l’avons fait aujourd’hui, nous apprenons plus que dans les livres.”

Parole d’un étudiant. “Droit et dignité vont ensemble, comme le rappelle le slogan de la journée “Anou respekte drwa ek dinite sak dimounn”. 

« Nous avons parlé pas seulement d’abri, mais de logement décent, nous avons parlé de travail décent avec un salaire qui permette de vivre, nous avons parlé d’une éducation qui soit vraiment pour tous les enfants. Mais quand on parle de pauvreté, on pense souvent à l’argent. Mais les familles en pauvreté ont peu parlé de cash aujourd’hui, elles ont parlé de respect, de dignité, de discrimination, de justice. Nous parlons d’argent et elles parlent de valeurs !” a repris M. Cassam Uteem, president de ATDQM international.

Les travaux de la journée sont rassemblés en un certain nombre de recommandations, qui seront rapidement transmises aux autorités. 

A propos du Comité 17 octobre 

Le Comité 17 octobre est un regroupement d’associations mauriciennes qui a pour but de promouvoir la Journée Mondiale du Refus de la Misère, qui a lieu tous les ans le 17 octobre. Cette journée a été créée par Joseph Wresinski, le fondateur du mouvement mondial ATD Quart Monde. La première édition a eu lieu en 1988, et elle a été officialisée par les Nations-Unies en 1992. Cette année, cette Journée est doublement importante, puisque 2018 marque le 70e anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. Le thème retenu par l’ONU est “s’unir avec les plus exclus pour construire un monde où les droits de l’Homme et la dignité seront universellement respectés”.

Pour voir plus de photos: https://www.facebook.com/pg/caritasmaurice/photos/?tab=album&album_id=1962296430527383&__tn__=-UC-R

Groupe

Description de l'événement

A l’occasion du 70ème anniversaire de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme, la Journée Mondiale du Refus de la Misère sera célébrée cette année le samedi 13 octobre en partenariat avec l’Université de Maurice.

Cette Journée de travail aura pour thème : « Pour éradiquer la misère et réaliser les Droits de l’Homme pour tous : se former à penser et travailler ensemble, personnes en situation de pauvreté et personnes d’autres horizons et responsabilités. »

Cette Journée sera basée sur des ateliers de travail et d’approche du Croisement des Savoirs.

(Le « Croisement des savoirs » est une dynamique permettant de créer les conditions pour que le savoir issu de l’expérience de vie des personnes qui connaissent la pauvreté puisse dialoguer avec les savoirs scientifiques et professionnels. Ces différents savoirs produisent une connaissance et des méthodes d’actions plus complètes et inclusives.)

Moka
Maurice

Dakar - Mercredi 17 Octobre 2018 - Sàmm sunu akk ak yellef Warna ku Nekk fo Nekk

Protéger nos droits est un devoir de tous et en tout lieu

Nous avons prévu entre autre lors de cette journée, des prises de paroles des autorités, des échanges, des causerie sur des thèmes, tels que:
Droit des femmes;
Droit de logement;
Droit des enfants;
Droit et Environnement;
Droit à la santé.

Un point central de la journée est une pièce de théâtre qui sera jouée par les adolescents de Grand Yoff avec qui nous travaillons. L'idée de cette pièce vient de leurs activités de Savoir Dans la Rue. Le thème des activités est: "Qu'est-ce qu'il nous faut pour bien vivre ou encore de quoi avons-nous besoin pour bien vivre?"
Vous pouvez voir le lien http://www.atd-quartmonde.org/dakar-jeunes-revent-leur-quartier-ideal/.

Également nous aurons la prestation d'une troupe culturelle d'un jeune papa de Grand Yoff  et la troupe  théâtrale Kaddu Yaraax qui ont participé les deux années précédentes.

Programme détaillé ci-dessous.

Organisé par ATD Quart Monde Sénégal, avec des partenaires.

Dakar
Sénégal

Kyabondo - Mercredi 17 Octobre 2018 - Echanges et réflexions sur le thème "Comment lutter contre la misère et la pauvreté"

Compte-rendu de l'événement

RAPPORT DE LA JOURNEE MONDIALE DU REFUS DE LA MISERE CELEBREE LE 17 OCTOBRE 2018 DANS LE VILLAGE DE KYABONDO GROUPEMENT DE MUFUNYI SHANGA, TERRITOIRE DE MASISI.

I.              INTRODUCTION

La coordination du Réseau d’Actions pour la Paix et le Développement Communautaire « RAPDEC » en sigle vient d’organiser une rencontre ce mercredi 17/10/2018 avec la communauté membre de différentes couches de la société civile du village Kyabondo en vue d’échanger et réfléchir sur la journée mondiale de lutte contre la misère. Pour cela, nous avons réuni 30 leaders de la société civile de Kyabondo dont 13 femmes.

Objet de la mission

Il est évident de souligner que la mission visée dans cette rencontre était d’échanger avec cette communauté sur le bien-fondé de la journée du refus de la misère, son impact à la communauté de Kyabondo, les défis et la planification des petites Activités faisables dans ce milieu.

II.             EQUIPE PEDAGOGIQUE

La Coordination du RAPDEC a choisi 3 personnes pour animer cette activité. Il s’agit de :

1.    Mr KAYENGA MATUMO Jean : chargé de programmes et communication ;

2.    Mr AMANI SHAMAVU Alex : Secrétaire-adjoint ;

3.    Mr MUHINDO KIRIYO Sylvain : Animateur de terrain 

III.            DEROULEMENT DE L’ACTIVITE

Pendant cette activité, il sied de rappeler que la communauté a échangé suffisamment autour de la question « comment lutter contre la misère dans le village de KYABONDO » une question posée par le facilitateur. Toutefois plusieurs réponses ont été émises par les hommes et les femmes présents dans la salle pour réduire le taux de la misère. Nous pouvons citer par exemple :

1.    Faustin B. : il s’est exprimé en ces termes : « Pour lutter contre la misère dans le Village de KYABONDO, la population doit organiser des activités d’élevage ; faire le commerce, organiser la population de Kyabondo en AVEC (Association Villageoise d’Epargne et de Crédit) et les appuyer mais aussi les regrouper en associations locales pour qu’ensemble ils puissent se soutenir mutuellement »

2.    KAVIRA K. : Cette dame pense que pour lutter contre la misère « il faut former les femmes en coupe et couture, tissage des tricots cela pourrait les aider à diminuer la misère. Nous voulons que RAPDEC et ses partenaires puissent voir comment initier un atelier de coupe couture pour que nous femmes puissions-nous prendre en charge ainsi que nos familles ».

3.    OLAME S. : « Le milieu de Kyabondo connaît une abondance de production des bananes plantains mais la population manque comment évacuer leur production vers le centre de consommation. Si toutes ces bananes étaient bien écoulées, nous ne serions pas dans une telle misère. Enfin, il a déploré l’état d’analphabétisme accentué dans le milieu qui bloque l’épanouissement de la population. Il souhaite que des centres d’alphabétisation soient initiés pour apprendre à la population comment lire et écrire ».

IV.            QUELQUES RECOMMENDATIONS DE LA POPULATION DE KYABONDO

  • Selon PATRICK B., l’un des participants : « la pauvreté est la source de toute complication de vie dans la société ; ainsi nous pensons que si RAPDEC pouvait organiser des activités de micro crédit dans le village de kyabondo comme les AVEC, cela nous permettrait de faire des petits commerces pour diminuer tant soit peu la misère ».
  • La population souhaite des initiatives comme des centres de menuiserie, des ateliers de coupe et couture pour aider les jeunes du village kyabondo à se prendre en charge.
  • Création d’un dépôt pour permettre à la communauté d’évacuer les produits agricoles à un prix raisonnable. 

En résumé quelques réflexions clés des participants pendant l’échange

PREOCCUPATIONS (Quelles préoccupations les gens ont-ils cités) ?

  • La pauvreté est une menace merci à RAPDEC pour nous faire comprendre comment quitter cette situation,
  • Le renforcement des capacités des leaders d’opinion sur la lutte contre la misère doit se poursuivre.

ESPOIRS (Quels espoirs ont-ils exprimés ?)

  • Actuellement il y a surproduction des bananes plantains dans le milieu mais nous avons des difficultés pour évacuer nos productions vers le centre de consommation.
  • Nous avons une parcelle où nous pouvons construire ou installer notre centre de métiers (atelier de menuiserie et de coupe couture. Ce sont les moyens qui nous manquent.

FORCE (Quels force ont-ils identifiées ?)

  • Travailler ensemble avec l’autorité locale ;
  • Le Partenariat avec RAPDEC peut nous aider d’aller vers l’indépendance financière.
  • Nous devons renforcer le partenariat avec le Forum de lutte contre la misère pour plus d’orientations et d’appui.

FACON DE TRAVAILLER (Quelles ont été les approches utilisées par l’équipe RAPDEC ?)

  • La communauté s’est exprimée librement afin de découvrir son problème et proposer des pistes de solutions au problème de la misère.
  • Le brainstorming nous a aidé pour que les gens s’expriment librement.
  • Travail en équipe pour qu’ils discutent leurs problèmes et comment les résoudre.

V.- CONCLUSION 

                 En guise de conclusion, nous trouvons que la misère perdure par manque de connaissance. Nous pensons que si de telles rencontres se multipliaient et que les gens se mettaient régulièrement ensemble pour discuter leurs problèmes, ils trouveraient eux-mêmes des solutions à leurs problèmes. Compte tenu des recommandations de la population du village de Kyabondo et compte tenu de la modicité des moyens de RAPDEC, nous sollicitons au Forum de nous aider à trouver des organisations qui peuvent venir en aide ces gens. 
 

                                                                      Fait à Goma, le 18 octobre 2018.
Le Coordinateur du RAPDEC,
KAKULE MUSUBAO Jean 

Description de l'événement

Le Réseau d’Actions pour la Paix et le Développement Communautaire, RAPDEC en sigle, dans sa mission d’accompagner les communautés pour un monde respectant les droits et la dignité de chaque être humain, en ce jour du 17 Octobre 2018 dans la chefferie de Bahunde, Territoire de Masisi, précisément dans le village Kyabondo, groupement Mufunyi-Shanga, organise une activité d’échange et de réflexion dans le souci de faire des droits de l’homme une réalité pour les personnes qui vivent dans l’extrême Misère.

Ainsi, le 17 octobre, Journée mondiale du refus de la misère :

1-Trente leaders d’opinion de diverses origines du village Kyabondo vont échanger autour du thème « S’UNIR AVEC LES PLUS EXCLUS POUR CONSTRUIRE UN MONDE OU LES DROITS DE L’HOMME ET LA DIGNITE SERONT UNIVERSELLEMMENT RESPECTES » là où des hommes sont condamnés à vivre dans la misère où le droit de l’homme est violé régulièrement. Ils veulent s’unir pour les faire respecter.

2- Le RAPDEC organise aussi ce jour de lutte contre la misère une activité d’échange et de réflexion sur l’état de pauvreté avec une communauté des plus démunis du village Kyabondo en Territoire de Masisi au Nord Kivu en République Démocratique du Congo.

L’objectif est de récolter les avis de cette population sur « comment lutter contre la misère et la pauvreté ».

Partout on voit des associations, des groupes humains rejoindre les personnes les plus rejetées pour que celles-ci s’intègrent dans leurs groupes. « Pour l’avoir expérimenté, nous savons que lorsque ces personnes ont l’opportunité d’appartenir à un groupe, dans lequel elles se sentent libres et respectées, elles osent parler, réfléchir et donner leurs avis. 

Lire les termes de référence en pièce jointe.

Kyabondo
Congo (Kinshasa)

Manéga et Méguet - Mercredi 17 Octobre 2018 - Rassemblement et dialogue

Compte-rendu de l'événement

17 octobre: Quelques photos du rassemblement citoyen dans le village de Manéga et autour de la Dalle Africaine Sacrée du Quart Monde

Description de l'événement

ATD Quart Monde et ses partenaires au Burkina Faso organise deux moments de commémoration:

Le 17 octobre, à 10h, rassemblement citoyen au village de Manéga et marche vers la Dalle Africaine Sacrée du Quart Monde.

Le 20 octobre, de 9h à 17h, salle de conférence de la mairie de Méguet, témoignages, causeries et expressions artistiques.

Voir les invitations ci-desous.

Manéga et Méguet
Burkina Faso

Région de Fizi - Mercredi 17 Octobre 2018 - Journée de réflexion sur la pauvreté

Nous pensons réunir quelques femmes le 17 Octobre dans un village et réfléchir avec elle sur la pauvreté.

Région de Fizi
Congo (Kinshasa)