Thème pour 2018
S’unir avec les plus exclus pour construire un monde où les droits de l’homme et la dignité seront universellement respectés.

Cette année quelques changements ont été apportés à la page 17 octobre.

Vous y trouverez :

  • Témoignages: prises de parole de personnes vivant la grande pauvreté, ...
  • Présentation: le sens de la Journée, son esprit, ...
  • Moments forts: activités, prises de paroles, gestes significatifs, ...
  • Contactez-nous: pour toute question liée au 17 octobre.
  • Boîte à outils: affiche, note explicative, textes de référence, vidéos, ...

Pour voir plus d'événements en France, c'est ici: https://www.atd-quartmonde.fr/17oct2018/

Sélectionnez un pays pour voir ce qui s’est vécu les années précédentes

Sange - Mercredi 17 Octobre 2018 - Se former à l'agriculture en s'engageant avec les plus exclus

Compte-rendu de l'événement

Voici quelques photos du temps d'échange et du temps passé dans le champ de choux pour partager son savoir sur l'agriculture.

Description de l'événement

A l’occasion de la journée du 17/10/2018, IJED (Initative des Jacobins Eleveurs pour le Développement) s’engagera avec celles ou ceux qui sont exclus pour célébrer cette journée sur le terrain, donc, les participants ont tous choisi le champ de choux du groupe Maendeleo où tous sont conviés d’y être formés pour pouvoir produire suffisamment afin de bannir la misère.

L’autosuffisance ab ovo est le garant de la dignité humaine, donc une fois la femme indépendante et autonome financièrement, si bien même que la coutume l’exclut, elle sera dignement respectée par la société.

IJED travaille pour le développement communautaire et coopératif

Sange
Congo (Kinshasa)

Douala - Mercredi 17 Octobre 2018 - « Donnons la parole aux plus exclus »

Compte-rendu de l'événement

Seul un développement qui n’oublie personne est durable

Justification du choix de la zone de manifestation :
Pourquoi le choix d’un quartier précaire ?

Au Cameroun, la représentation des quartiers implique le plus souvent une stigmatisation de la population qui y réside. L’exode rural, la non maitrise des espaces géographiques et des politiques d’urbanisation, sont à l’origine de l’extension anarchique des villes. De ce fait, le label « quartiers précaires » est un concept qui tend à marginaliser les modes de vie de certains acteurs locaux. Cette journée se tient donc dans un contexte où les quartiers précaires sont le plus souvent victime de marginalisation et discrimination.

Programme de la Journée

De l’éducation des élèves à l’appropriation des concepts clés de la Journée Mondiale du Refus de la Misère :
Un éveil de conscience favorable à l’engagement citoyen des jeunes

Un ancien président africain disait dans un discours que : « l’éducation est l’arme la plus puissante qui puisse changer le monde ». C’est aussi un vecteur par lequel on peut briser les barrières et construire un monde où chacun ne sera laissé pour compte. C’est pour cette raison que pour célébrer une journée aussi importante dans un contexte local marqué par des clivages, des clichés et des étiquettes autour du label pauvre, nous avons adopté une approche inclusive faisant intervenir les instituteurs, les élèves et leurs parents.

La méthodologie d’exposé s’est appuyée et courtes phrases sur une analyse d’un ensemble de trente concepts relatifs à la Journée du 17 octobre. Ensuite les élèves ont pu les mettre en pratique dans une mise en scène de geste sur la solidarité, la lutte contre la stigmatisation et la marginalisation, le respect de tout un chacun et le sens du partage. Par ailleurs, l’objectif de travailler avec les élèves dans une perspective progressiste pour ces derniers est de les transformer au quotidien en de véritable ambassadeurs du combat contre la misère dans leur société.

Dès lors, deux intérêts majeurs se sont dégagés lors de cette séance de travail avec les élèves et les instituteurs.

Le premier intérêt est celui de la diffusion du contexte, la justification et le rôle de la Journée Mondiale du Refus de la Misère en milieu local.
Cette diffusion passe nécessairement par une compréhension du combat mené par le père Joseph Wresinski pour les personnes marginalisées. C’est donc un appel à agir face à l’urgence de la misère et la pauvreté. C’est une nouvelle approche humaine qui a pour but d’impulser une dynamique sociale individuelle ou collective dans la lutte contre toutes formes de discrimination, d’exclusion, de clivages dans la société. C’est une action dans la promotion des droits humains et le respect de la dignité de toute personne quels que soient son origine, sa couleur de peau, son ethnie. Bref il s’est agi de transformer les enseignants en instituteurs citoyens engagés dans le combat pour la réconciliation de la famille humaine à travers la solidarité, l’entraide, et l’humanisme comme valeur et principe de vie.

Le deuxième intérêt est sa pertinence en milieu local.
Au Cameroun, la précarité sociale est perceptible qu’on se situe en milieu urbain ou rural. L’inégalité d’accès aux besoins sociaux de bases est une réalité indéniable. La stigmatisation des personnes vulnérables s’observe au travers des indicateurs qui présentent leurs conditions de vie. Ainsi la Journée Mondiale du Refus de la Misère se pose comme un moyen de mobiliser les acteurs locaux dans la transformation du lien social parmi les hommes. Il s’agit de transiter d’un lien inégalitaire vers un lien social inclusif beaucoup plus coopératif et de solidarité. C’est pour cette raison que nous avons introduit dans notre programme les échanges avec les acteurs locaux, afin de les écouter, de comprendre leurs moyens de résiliences à la misère, les stratégies qu'ils mettent sur pieds pour faire face à la pauvreté. A travers le slogan retenu par l’association pour cette journée (« donnons la parole aux exclus ») les échanges ont portés sur deux axes : le respect des droits et la dignité humaine et comment supprimer dans les imaginaires le label et les étiquettes liés à la pauvreté, à la discrimination, aux inégalités. A cet effet au terme de ces échanges, il semble donc évident que l’approche participative et inclusive de tous les acteurs locaux est nécessaire dans la mise en œuvre des projets visant à atteindre les Objectifs du Développement Durable. Par ailleurs, il est important de prendre en compte dans cette approche l’apport de l’éducation des jeunes susceptible d’influencer leur engagement citoyen.

Texte de Rap écrit par un volontaire de l’Association
à l’occasion de la Journée Mondiale du Refus de la Misère

"Stop pauvreté"

S’il y en a pour un, il y en a pour deux
S’il y en a pour deux, il y en a pour eux
S’il y en a pour nous, il y en a pour vous
L’union fait la force, ne l’oublie jamais
La main sur le torse, pensons à demain
Chassons l’avarisme car qui donne reçoit
Arrêtons d’être égoïste et ne penser qu’à soi
A la discrimination disons tous ‘’Non’’
Et à toutes ces victimes demandons ‘’pardon’’
Au travail, mettons-nous avec beaucoup d’ardeur
Détermination pour mettre fin à tous ces pleurs
Faisons tous pour marquer notre passage
En venant en aide à ceux qui vivent dans la misère.
Vivons dans la joie, l’harmonie aussi
Restons dans la voie, pendant que l’on vit

Refrain :
Enfants du monde ! Enfants d’Afrique
Si nous voulons vraiment combattre la pauvreté
Que celui qui a un peu, donne à celui qui n’a pas
Que celui a un peu, donne à celui qui n’a pas.

-*-*-*-*-*

Nous vous encourageons à lire l'entier du rapport, en pièce jointe!

Description de l'événement

C'est avec grand plaisir que nous avons reçu votre courriel en vue de commémorer ensemble le 17 octobre prochain, une date très importante pour l'humanité.

En prélude de la journée, nous avons organisé des rencontres avec les parties prenantes (instituteurs, leaders d'associations, représentants des associations des parents d'élèves, certains chefs de blocs) afin de discuter et de les préparer sur la célébration de cette importante journée.

ACTIVITES: 17 octobre dès 10h

« Donnons la parole aux plus exclus »

1 : PRESENTATION DE LA JOURNEE MONDIALE DU REFUS DE LA MISERE

2 : ECHANGES AVEC LES ELEVES SUR LES CONCEPTS IMPORTANTS DE LA JOURNEE MONDIALE DU REFUS DE LA MISERE

3 : MISE EN SCENE DES GESTES SUR LA SOLIDARITE AVEC LES ELEVES

4 : EXPOSITION DES MESSAGES SUR LA JOURNEE MONDIALE DU REFUS DE LA MISERE

5 : ENTRETIEN AVEC LES POPULATIONS SUR LE THEME : «  DONNONS LA PAROLE AUX PLUS EXCLUS »

Participants : Instituteurs, Parents d’élèves, élèves, associations jeunes

Notre association Des Jeunes Entreprenants de Bonassama (AJE) reconnaît que les personnes vivant dans l'extrême pauvreté ne doivent pas être mises en marge de la construction d'une société humaine, d'égalité, de paix et de justice.

Cette question est d'autant plus importante pour nous que dans notre vaste programme nommé "Living together" nous mettons un accent particulier sur des personnes défavorisées vivant dans la précarité, celles-ci étant considérées comme des personnes vulnérables. Vivre ensemble, c'est aussi dénoncer l'exclusion sociale, reconnaître les droits des minorités, promouvoir un monde où personne ne sera laissé pour compte.

L'extrême pauvreté, la précarité, l'exclusion sociale, la marginalisation des personnes vulnérables etc restent des réalités dans notre pays comme dans beaucoup d'autres de la sous région.

C'est pourquoi notre association ne restera pas en marge de la commémoration du 17 octobre prochain. Ainsi, malgré nos moyens très limités, nous comptons, à notre manière « S'unir avec les plus exclus pour construire un monde où les droits de l'homme et la dignité humaine seront universellement respectés. »

Nous pouvons vous rassurer de notre fierté de commémorer avec le reste du monde cette fameuse journée.

Littoral, Douala IV Bonassama Vallée - Ecole Privée Laïc Bilingue Chrisco
Douala
Cameroun

Koumenke - Mercredi 17 Octobre 2018 - Visite de personnes et musique dans les rues

Compte-rendu de l'événement

PERSONNE N’A CHOISI DE VIVRE DANS LA MISERE

Notre objectif pour cette première cérémonie dans le village Koumenke était de sensibiliser et se rendre compte de l’extrême situation que vit la population. Nous avions fait le tour du village et rencontré des jeunes du village pour partager des moments afin de se rendre compte de leurs situations, la tranche d’âge social était celle des jeunes entre 2 à 14 ans.

L’extrême pauvreté est visiblement dans cette localité: 

- LA NON SCOLARISATION

Dans l’ensemble de notre trajet les jeunes étaient les plus attentif à notre marche nous avons pu répertorier une centaine et parmi lesquels seul 30% ont franchi le cycle primaire soit par manque de frais scolaire ou de tenue scolaire. Notre approche après cela était de rencontrer les parents et pouvoir sensibiliser afin de trouver les solutions pour leurs enfants.

Dans nos différents échanges nous avons relevé comme source :

La polygamie et mariage précoce des jeunes filles

Nous relevons le fort pourcentage de polygamie, près de 90% et chaque ménage peut compter en moyenne trois épouses, cela étant fait à l’âge de 45/50 ans un parent peut prendre une quatrièmes épouse de 16/18 ans ; l’espérance de vie étant maximum de 65 ans la jeune fille se trouvera veuve après quelques années de mariage ainsi donc avec des adolescents à sa charge ne pouvant subvenir à leurs besoins primaires les jeunes vont donc se trouver dans l’impossibilité de terminer des études primaires.

La seul activité ici est l’agriculture pour autoconsommation, les moyens ne sont pas réunis pour une agriculture plus intensive, et cela permet uniquement de pouvoir se nourrir, les efforts physiques sont fournis juste pour survivre.

-NON ACCES AUX SOINS PRIMAIRES

La population de Koumenke est aussi sujet au problème de soins de santé primaire, ne pouvant se permettre du privilège de se déplacer près de 15 km pour un centre de santé plus adéquat, les mauvaises conditions de vie entrainent dans la localité des cas fréquents d’épidémies de choléra et autres maladies notamment celle de 2011 où l’on a dénombré près de 30 décès sur les 30 cas détectés.

L’eau potable est la plus précieuse des ressources manquante puisque le village n’est pas alimenté; la population se débrouille par des sources de ruines construites par regroupements de quartier et la même eau sert dans toutes les taches du ménage. 

Le manque d’eau potable résulte de la très grande distance d’approvisionnement entre la source et le ménage. Principalement activités pour femmes et enfants, ils doivent pendant des heures pour chercher de l’eau dans des réservoirs très lourds avec risque de contamination en chemin.

Quelques recommandations

Au constat de différents cas nous avons proposé aux groupes de femmes quelques recommandations pour palier sommairement à cette situation entre autres :

  • Le regroupement en G.I.C (Groupement d’Initiative Commune) pour une agriculture plus intensive et cela permettra de produire plus et nourrir plus. Des stratégies doivent être mise en œuvre pour une réorientation des systèmes agricoles visant à privilégier le développement durable.

  • Organiser périodiquement des séminaires de conservation et traitement des eaux.

  • La sensibilisation sur l’importance de l’éducation pour enfants

  • Apport soutien au centre médical de la place

Description de l'événement

Nous pensons pour cette journée organiser une visite des personnes isolées ou malades et jouer de la musique dans les rues afin de sensibiliser de plus près les populations.

Nous le ferons dans la localité de KOUMENKE située dans le département du NOUN au CAMEROUN.

Koumenke
Cameroun

Kabare - Mercredi 17 Octobre 2018 - Séance d'échanges et réflexions

A l'Organisations Rurales Unies pour le Développement (ORUD) nous comptons organiser une séance d'échanges et de réflexions avec les jeunes et femmes qui militent pour le bien-être des personnes exclues et enfants abandonnés et vulnérables dans le territoire de Kabare, Province du Sud-Kivu.

Il y aura trois activités:
-Avec les élèves de Miti
-Avec les jeunes et femmes d'Ishungu
-Avec les jeunes et femmes de Miti (eux-mêmes nous ont sollicités pour célébrer ensemble cette journée)

-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-

ORUD est une synergie d'ONG humanitaires et de développement oeuvrant pour le développement humain et social. L'organisation fonctionne à travers différents domaines, à savoir: Droits de l'homme, Education, Santé, Environnement, Paix et Sécurité, Agropastorale et Artisanat.

http://www.adeconsult.net/orud/fr/

Kabare
Congo (Kinshasa)

Namur - Mercredi 17 Octobre 2018 - Ensemble combattons la transparence imposée aux plus pauvres

Compte-rendu de l'événement

Il y a 25 ans, le Mouvement LST participait à une immense analyse collective avec le Rapport Général sur la Pauvreté. Ce 17 octobre 2018, sur la place de l'Ange ainsi qu'au Parlement de Wallonie, ils ont interpellé les décideurs politiques et chaque citoyen sur les avancées… et reculs depuis lors.

Pour lire plus, suivez le lien suivant. Vous y trouverez entre autres une très bonne courte vidéo, l'interpellation sur les 25 ans du Rapport Général sur la Pauvreté, ainsi que des comptes rendus de commémorations dans d'autres lieux. 

http://www.mouvement-lst.org/2018-10-17_journee_mondiale_refus_misere.html

Description de l'événement

A l’occasion de la Journée mondiale du refus de la misère, reconnue par l'ONU, nous nous rendrons avec les personnages transparents au Parlement de Wallonie. Nous y interpellerons les parlementaires. Nous vous invitons à nous accompagner et être ainsi témoins des messages qui y seront portés par des délégués de notre mouvement.

Au programme:
9h à 14h : Stand d'information de LST( Lutte Solidarité Travail), Place de l'Ange à Namur.
9h30-10h30 : Prises de paroles et témoignages au stand. Temps d’échanges à côté des « Personnages Transparents », témoins de ces situations de vie où nous sommes inexistants, transparents, témoins de tous ceux et celles qui ne peuvent pas être là pour témoigner de  leurs luttes et de leurs espérances.
10h30 : Rassemblement et départ vers le Parlement de Wallonie.
11h-12h : Interpellations au Parlement. Etat des lieux de la situation aujourd'hui, 25 ans après le Rapport Général sur la Pauvreté. Quelle évolution, quels sont les reculs et avancées depuis sa sortie ?

Pour connaitre le lieu et l’horaire précis: www.mouvement-LST.org
Tél : 081-22 15 12
Rue pépin, 27 5000 Namur
federation [at] mouvement-LST [dot] org

D'une part, les pauvres sont rendus transparents,  inexistants par diverses conditionnalités qui les poussent hors du droit et hors "les murs".
D'autre part, il leur est imposé de se mettre à nu, de rendre transparente la totalité de leur vie, comme une indispensable condition  pour "exister" à travers diverses formes d'aides,  d'assistances ou de solidarités.

Organisé par le mouvement Luttes Solidarités Travail

Namur
Belgique