Thème pour 2018
S’unir avec les plus exclus pour construire un monde où les droits de l’homme et la dignité seront universellement respectés.

Cette année quelques changements ont été apportés à la page 17 octobre.

Vous y trouverez :

  • Témoignages: prises de parole de personnes vivant la grande pauvreté, ...
  • Présentation: le sens de la Journée, son esprit, ...
  • Moments forts: activités, prises de paroles, gestes significatifs, ...
  • Contactez-nous: pour toute question liée au 17 octobre.
  • Boîte à outils: affiche, note explicative, textes de référence, vidéos, ...

Pour voir plus d'événements en France, c'est ici: https://www.atd-quartmonde.fr/17oct2018/

Sélectionnez un pays pour voir ce qui s’est vécu les années précédentes

Kinkole et Isampulu - Mercredi 17 Octobre 2018 - Partage avec des orphelins et construction d'une école

Compte-rendu de l'événement

CADF-ONG "Compagnon d’Action pour le Développement Familial" a célébré la journée mondiale du refus de la misère dans deux lieux:

QUAND CADF-ONG TEMOIGNE SA SOLIDARITE AUX ENFANTS DE L’ECOLE PRIMAIRE « MAMAN NZUMBA » POUR UNE EDUCATION POUR TOUS DANS LE VILLAGE BAUMBU II

Maman Nzumba est une école de l’Etat qui existe depuis 9 ans. Des enfants et des jeunes du village et ceux des villages voisins y étudient. Elle compte actuellement 6 classes qui accueillent 120 élèves dont 27 sont orphelins d’un parent ou des deux. Les conditions d’étude ne sont pas faciles ni pour les élèves et leurs parents ni pour le directeur d’école et les enseignants. La plupart des parents paient difficilement les frais scolaires pour leurs enfants, d’autres n’ont carrément pas de possibilité pour payer. Le directeur d’école est tolérant face cette situation et ne peut exclure un (e) seul (e) élève des cours au risque de le (la) voir rater les leçons, l’année scolaire. Certains enseignants sont payés par l’Etat, d’autres ne le sont pas. Ces derniers attendent leur octroi de salaire par l’Etat, processus qui prend entre 3 à 4 ans.

Au côté de l’école Maman Nzumba existe une autre école. A leur sortie, les élèves de cette dernière sont passés devant la cours où les élèves de Maman Nzumba étaient rassemblés pour chanter. En passant, ils ont crié sur les autres dans le lingala Eté’élo ya sima ya ndako » traduit du français, « école de derrière la maison » Une maman d’un élève de l’école Nzuba a réagit : « makambo eza te » traduit du français « pas de problème ». Au lieu de répondre violemment aux provocations de ces élèves de l’école Maranatha, ceux de Maman Nzumba et leurs parents ont adopté une attitude de paix et de tolérance. Cela m’a rappelé combien la paix est gravée dans le cœur des personnes parmi les plus pauvres, elles qui savent donner place à la tolérance.

Le mot du Directeur d’école et du Chef coutumier était de satisfaction parce que pour une fois, ils venaient de découvrir à travers CADF-ONG qu’il existe une Journée mondiale du refus de la misère, une journée où toute personne peut prendre la parole pour s’exprimer et être réellement considérée comme personne.

LA PREMIERE ECOLE AU VILLAGE FAIT RENAITRE L’ESPOIR DES ENFANTS ET DE LEURS PARENTS A ISAMPULU

La célébration de la journée mondiale du refus de la misère a consisté en un rassemblement entre les membres de CADF-ONG et la population du village Isampulu pour réfléchir ensemble sur la possibilité d’installer une école dans ledit village.

Monsieur Jean, Chef du village, a tout d’abord rappelé qu’une école n’a jamais existé dans son village et que d’autres écoles se trouvent à une longue distance en ville où les enfants ne peuvent accéder parce que cela suppose non seulement l’argent de transport chaque jour mais aussi des dangers encourus en temps de crue où les eaux du fleuve Congo inondent tout le village. Ce qui fait que tous les enfants en âge scolaire pratiquent de la pêche. Le bon côté en faisant cela ce que les enfants offrent du poisson et de l’argent à leur famille à travers leur implication dans la pêche, ce que nous ont confié les mêmes enfants présents.

C’est ce souci de voir les enfants du village Isampulu avoir la chance de savoir lire, écrire et calculer qui a fait se réunir tous les membres du village autour de leur Chef et des représentants de CADF-ONG. Ainsi, le Chef du village a offert le terrain sur lequel l’école sera construite, les parents ont promis de construire l’école bénévolement et de contribuer un montant de 2000 Francs Congolais chaque mois par enfant afin de motiver l’enseignant. Les parents ont proposé de se choisir un comité de trois personnes avant le démarrage des activités de l’école pour une gestion quotidienne efficace, avec bien sûr le devoir de rendre compte aux autres parents. On pouvait lire sur les visages des parents, toute la joie à voir leurs enfants apprendre comme tous les autres enfants de la ville en vue de préparer leur avenir et de le réussir. Et comme l’année scolaire 2018 a démarré en septembre 2018 sur toute l’étendue de la RDC, l’enseignant de la seule classe de première année qui doit démarrer devra faire de son mieux pour que les cours prennent fin en juillet 2019, période à laquelle débuteront les grandes vacances de fin d’année scolaire selon le programme national du ministère en charge de l’éducation.

Madame Lydie, Coordonnatrice de CADF-ONG a quant à elle rappelé à tous les participants que son organisation s’inspire de la vision du Père Joseph W., celle de se mettre ensemble pour combattre la misère. Elle a insisté que ce combat se concrétise à travers les valeurs de CADF-ONG notamment l’amour, le partage, la solidarité et la dignité de la personne humaine.

Cette deuxième journée s’est clôturée par le mesurage du terrain sur lequel l’école sera implantée ; ce qui a marqué un passage de la parole à l’acte de la part du Chef de village. Les adultes se sont engagés à construire la première salle de classe le plus rapidement possible et les enfants de leur côté étaient très contents de pouvoir visiter le site de leur nouvelle école. Compte rendu rédigé par Justin Byamungu, membre du Comité international 17 octobre qui s'est joint aux célébrations organisées par CADF-ONG Pour lire l'entier du compte rendu, voir ci-dessous.

Description de l'événement

CADF-ONG (Compagnons d'Action pour le Développement Familial) a l'habitude de célébrer la Journée mondiale du refus de la misère chaque 17 Octobre, elle a souhaité que cette année elle la commémore de manière ci-après:

1) Avec les Orphelins de l'Ecole primaire de Kinkole. 

Les Enfants participeront avec de petits discours adressés aux adultes, des chansons, sketchs et autres démonstrations. Le Directeur de l'Ecole et ses Enseignants s'occuperont de la mobilisation et de l'encadrement des enfants pendant la manifestation. Nous allons aussi partager des fournitures scolaires pour chaque élève. 

Cela est une façon pour nous de nous associer aux enfants marginalisés de la société, pour mobiliser enfants, proche-parents et membres des communautés locales, afin qu'ils participent collectivement à l'éducation de tous.

Que les orphelins découvrent qu'ils ne sont pas seuls, abandonnés à leur triste sort, mais que tout le monde est disposé à les accompagner pour les aider à construire leur avenir à partir de l'éducation qui garantit les droits au savoir et à la dignité en tant que droits universels de l'homme. 

2) Participer à la construction d'une école d'urgence des enfants des pêcheurs à Isampulu au Fleuve Congo.

Cette activité fait intervenir les pêcheurs, parents d'élèves, pour la collecte des sticks et des planches à base d'épaves d'anciennes coques ou baleinières abandonnées. 

Les enfants plus âgés participeront au transport des matériels et à l'entretien de l'endroit prévu pour accueillir l'école. Les autres membres de la communauté apporteront leur savoir-faire pour la construction du bâtiment en hauteur, sur pilotis, afin que les enfants puissent étudier en période de crue du Fleuve. Les membres de CADF contribuent dans l'apport des bâches, clous et autres matériels de construction.

Ainsi, même si les eaux du Fleuve gonflent en saison pluvieuse, les enfants n'auront plus à recourir aux pirogues comme pupitres et pourront étudier plus en sécurité sans crainte de tomber ou de perdre leurs objets classiques dans l'eau. Leurs droits à la protection et à l'éducation seront de ce fait garantis. 

http://www.cadf-ongd.populus.ch

Kinkole et Isampulu
Congo (Kinshasa)