Thème pour 2019
Agir ensemble pour donner aux enfants, à leurs familles et à la société les moyens de mettre fin à la pauvreté

Vous trouverez sur cette page :

  • Témoignages: prises de parole de personnes vivant la grande pauvreté, ...
  • Présentation: le sens de la Journée, son esprit, ...
  • Moments forts: activités, prises de paroles, gestes significatifs, ...
  • Contactez-nous: pour toute question liée au 17 octobre.
  • Boîte à outils: affiche, note explicative, textes de référence, vidéos, ...

Pour voir plus d'événements en France, c'est ici: https://www.atd-quartmonde.fr/17oct2019/

Sélectionnez un pays pour voir ce qui s’est vécu les années précédentes

Beyrouth, Borj Hamoud - Jeudi 17 Octobre 2013 - Journée mondiale du refus de la misère à Beyrouth

Compte-rendu de l'événement

A l'occasion de la célébration de la Journée mondiale du refus de la misère par le centre «Beitouna»,  Soeur Thérèse, membre de ce centre, exprime à travers cette vidéo la violence de la misère subie par les personnes qui vivent dans la grande pauvreté et leur courage quotidien.

Janine est une amie du centre «Beitouna» à travers ce texte elle exprime comment il a passé cette Journée:
Depuis le temps que je fréquente le centre «Beitouna» situé dans le quartier de «Nabbaa», c’est pourtant la première fois que je participe à cette manifestation qu’est la journée du «Refus de la misère ou du combat contre celle-ci». C’était une très belle manifestation festive, l’après midi du samedi 19 octobre. En fait, c’est plus qu’un simple après midi, car c’est un long parcours qui a permis de faire éclore ces moments de fête. Un parcours qui a commencé il y a 10 ans.
Parmi les pas sur ce chemin:

  • Les nombreuses réunions à «Nabbaa» qu’ont dû faire Sœur Thérèse, Sako et quelques autres personnes pour réfléchir ensemble à la mise sur pied d’un centre d’écoute (qui deviendra «Beitouna»);
  • Les multiples visites à des familles de «Nabbaa» par les quelques personnes concernées afin de cerner les situations difficiles de ces familles;
  • Les débuts de « Beitouna » dans une pièce minuscule qu’il a fallu remettre en état.

Après dix années, les choses ont changé:

  • «Beitouna» est un peu plus grand;
  • Plusieurs activités s’y déroulent (réunions, animations pour enfants, bibliothèque pour ces derniers, coopérative …) d’autres y sont préparées (camp pour les familles, journées de fête ...);
  • Des bénévoles s’impliquent;

Mais le plus admirable c’est le fait que les gens du quartier se sont organisés autour de ce centre, ont créé des comités et s’entraident magnifiquement pour créer des événements festifs et porter de l’aide aux plus démunis d’entre eux. Ces comités se sont réunis plusieurs fois pour la préparation de l’événement du 17 octobre avec quelques bénévoles qui ne font pas partie du quartier. Ils ont ainsi superbement organisé un défilé jusqu’au jardin public du quartier où devaient se dérouler diverses manifestations liées au thème.
Cet après midi m’a émerveillée. Je crois bien que mon sourire était aussi grand que celui des habitants du quartier. Il ne reste plus qu’à féliciter tous ceux qui ont contribué au succès de l’événement, tant par les activités, la préparation, l’outillage sonore ... que par la mobilisation des citoyens et responsables publics (ces derniers ont veillés à la sécurité)
OUI
“ils ont fait entendre la voix des plus démunis”.
Malheureusement trop peu de gens de l’autre bord sont venus témoigner de leur solidarité. Ce serait un point à travailler car il faudrait à l’avenir donner beaucoup plus d’ampleur à ce mouvement.

Voici quelques photos significatives de la marche :

See video

Description de l'événement

A Beyrouth nous célébrerons la journée du refus de la misère le samedi 19 dans l’après-midi par une marche allant de Beitouna dans le quartier de Nabaa au jardin public du quartier voisin de Sin El Fil où aura lieu la commémoration.

 

Les enfants témoigneront de leur refus de la discrimination en portant les fleurs qu’ils ont réalisées et les plus grands porteront les éléments de leur village de la paix où l’école, la maison et l’amitié, les couleurs sont très présentes.

 

Les mamans ont calligraphié ces mots qui leur donnent du courage «  l’union » « la foi » «  la paix » «  la famille » « la solidarité » « la dignité » « la sincérité » «  l’amour » et aussi «  la patience » «  la capacité de donner » «  le sacrifice » «  la persistance ». Durant la marche, les couleurs et les chants exprimeront notre recherche constante de vivre ensemble, de fraternité et de joie.

 

Les papas témoigneront de leur solidarité vécue envers les plus faibles par un sketch.

 

La marche et la célébration seront accompagnées par des chants exprimant nos convictions que tout homme a du prix pour l’humanité tout entière.

 

 

 

بصباح الالف الثالث بعد في جوع

في اطفال مشردين وبكي ودموع

خلينا ننهي الحروب يا دول القوية

لا للحرب .. لا للقهر .. لا للعنصورية

 

انت مين انا ما بسال

لكن حزنك  قلي مين

ولا بعرف اي لون اي دين

.. بعرف انك خي .. خي بالانسانية         (كارول  سماحة)

 

mso-bidi-language:AR-LB"> 

les enfants répètent les chants
les mamans écrivent les mots significatifs
Nabaa Beitouna
Beyrouth, Borj Hamoud
Liban

Cyanika - Jeudi 17 Octobre 2013 - "l'homme est le remède de l'homme"

Compte-rendu de l'événement

Les activités de la journée ont débuté par une messe en l’église de Cyanika célébrée par le Curé de la Paroisse Catholique de Cyanika en l’occurrence Monsieur l’Abbé Augustin NDIKUBWIMANA. Pendant le sermon, le curé a interprété les lectures des Saintes Ecritures appropriées à la circonstance en expliquant que la clé du refus de la misère réside dans le labeur, l’amour de l’autre et le partage.

L’office religieux a été suivi par un défilé durant lequel, dans l’allégresse, les bénéficiaires de l’APROJUMAP, marchaient en exhibant des produits des champs et d’artisanat ainsi que le bétail acquis grâce à l’APROJUMAP au concours de ses différents partenaires.

La journée fut ensuite égayée des chants et danses des groupes d’animation des Amis d’ATD Quart Monde, des bénéficiaires du Projet de Valorisation des Compétences des Exploitants Agricoles (PROVACEA) et du Projet Solidarité pour la Lutte Intégrée Contre la Vulnérabilité et l’Exclusion Sociale (SOLIVES), tous regroupés dans l’actuel projet Régression de la Précarité par le Renforcement des Coopératives (REPRECO). Lesdits groupes alternaient chansons et danses avec les allocutions et exprimaient la reconnaissance envers l’APROJUMAP et ses partenaires qui se sont investis en leur faveur dans le combat de lutte contre la pauvreté. Ils faisaient également montre de leur enthousiasme pour leur sort qui les satisfait au point de vue psychologique et socio-économique.

Le moment fort de la journée fut le temps imparti aux témoignages des bénéficiaires de l’APROJUMAP et le don des vaches. Ceux qui livraient leurs messages dépeignaient leur situation antérieure de dénuement total caractérisé par l’état de sans-abri, la faim, la malnutrition et la pénurie pécuniaire. «Actuellement, disaient-ils, nous n’habitons plus dans des huttes couvertes de pailles où nous étions exposés aux intempéries de toutes sortes. Nous ne sommes plus affamés. Nous ne portons plus de haillons. Nous ne sommes pas exposés aux maladies. Nos enfants ne sont plus privés de l’instruction. Nous habitons plutôt dans des maisons couvertes de tôles ondulées ou de tuiles. Nous mangeons à notre faim. Nous sommes propres et bien habillés. Nos familles bénéficient des soins médicaux parce que nous sommes à même de souscrire à la mutuelle d’assurance-maladie. Nous pouvons payer les frais de scolarisation pour nos enfants. Nous élevons vaches, chèvres, porcs, lapins et poules. Nous sommes couturiers, apiculteurs, maçons, …. Nous savons lire et écrire, … Nous avons atteint ce stade grâce aux formations, à l’encadrement et au coup de pouce de l’APROJUMAP. Nous vivons dans la dignité humaine. Nous ne sommes plus isolés. Nous nous sentons épanouis dans la société. Nous refusons la misère».

(Extrait du compte-rendu- télécharger le document pour lire la suite)

Description de l'événement

COMMEMORATION DE LA JOURNEE MONDIALE DU REFUS DE LA MISERE DANS LE SECTEUR CYANIKA-DISTRICT NYAMAGABE

Le 17 0ctobre 2013 sera célébré dans le Secteur Cyanika- District Nyamagabe le vingt-sixième anniversaire de la Journée Mondiale du Refus de la Misère dont le thème pour l’année 2013 est: «Ensemble vers un monde sans discrimination», en s’appuyant sur l’expérience et la connaissance des personnes dans la grande pauvreté. Les cérémonies sont organisées par l’Association pour la Promotion des Jumelages et de l’Amitié entre les Peuples (APROJUMAP) avec l’appui du District de Nyamagabe, du Secteur Cyanika, du Jumelage Kraainem – Cyanika, de l’ONG belge Auto-Développement Afrique (ADA) et du Noyau de Paix – Isoko ry’Amahoro.

Cyanika
Rwanda

BOA VIAGEM - Jeudi 17 Octobre 2013 - CIAF RECIFE - PE - BRASIL

Compte-rendu de l'événement

Em anexo o nosso relatorio das atividades em Ribeirao Preto e Recife.
É simples porem é o que podemos fazer.
É importante frisar que tudo foi feito com recurso de amigos doadores.
Não temos verbas para fazermos mais.
Agradeço a oportunidade de trabalharmos junto pela conscientizacao do fim da miseria.

Description de l'événement

No dia 17 de outubro o CIAF Recife - PE fara:

Atividades informativas em vias publicas e na praia para esclarecimento da populacao.

AV. BOA VIAGEM, 3114
BOA VIAGEM
Brésil

COLMAR - Jeudi 17 Octobre 2013 - Cercle de parole

Compte-rendu de l'événement

Le Cercle de Parole formé à l'occasion de la journée mondiale du refus de la misère sur une place du centre de Colmar a été un moment fort. 80 personnes ont ainsi pu entendre les témoignages de concitoyens qui vivent des situations d'exclusion, de précarité ou de non droits.

Le collectif associatif, des femmes et des hommes engagés dans différentes associations, en lien avec des personnes qui galèrent, a donné le courage à certains d'écrire les difficultés recontrées quotidiennement mais aussi les espoirs et ressources qui permettent de les dépasser...Vous pourrez lire quelques témoignages ci-dessous.

Les passants, invités à réagir et à dialoguer, pouvaient aussi laisser leurs réactions par écrit, voici quelques p'tits papiers :

« C'est pas parce qu'on vit avec très peu de revenu qu'on doit nous mettre de côté (école, travail, origine, etc...) on est tous humain. »

« Je retiens que discriminer c'est éliminer »

« Nous devons toucher les gens indifférents et trop loin de la misère : politiques, showbiz, sportifs etc... »

« Ils ont arrêté l'assistance pour les pauvres mais pas aux riches »

« A vous êtres vivants la misère n'existe qu'en l'engendrant dans l'indifférence de votre vie. Pourquoi ne pas vous ouvrir à l'autre en l'invitant à manger »

Description de l'événement

17h : "Cercle de parole" avec témoignages de personnes en situation de pauvreté, poèmes, chansons.

De 16h à 18h : Mur d'expression pour collecter les paroles et les idées des personnes présentes ou passantes sur le thème de la discrimination pour origine sociale.

Interpellation des passants sur le thème des "idées reçues sur la pauvreté".

Place des Martyrs devant la Bibliothèque des Dominicains
COLMAR
France

Moscou - Jeudi 17 Octobre 2013 - Table ronde à la Douma

Compte-rendu de l'événement

- A la DOUMA, le matin,  rencontre avec Mme la Députée Karelova et des échanges ont eu lieu ainsi que des témoignages

Durant les interventions des travailleurs sociaux venant de divers Etats de la Fédération de Russie, il y a eu le témoignage d'une femme retraitée, qui a précisé ses graves difficultés d'existence avec une retraite mensuelle de 176€  : elle a travaillé toute sa vie mais aujourd'hui elle souhaiterait continuer "à gâter" ses petits enfants, ses faibles moyens l'obligeant  à faire appel aux travailleurs sociaux qu'elle a remerciés pour leur aide efficace, quotidienne et de proximité dans le cadre du maintien du lien social.

Par ailleurs, lors de cette rencontre les travailleurs sociaux ont soulevé les difficultés qu'ils rencontraient et le peu de moyens financiers dont ils disposaient pour faire face aux situations de pauvreté de la population. Dans sa réponse, Mme Karélova a précisé qu'elle était bien consciente de la situation et qu'elle espérait beaucoup de la mise en place d'une nouvelle loi sur l'aide sociale et du travail de terrain des travailleurs sociaux.

Ce projet de  loi sera soumis aux travailleurs sociaux qui pourront faire des propositions et l'améliorer eu égard à leur expérience concrète auprès des personnes vivant en situation de grande pauvreté et par rapport à leurs droits sociaux et économiques.

Les actions et les instruments du Conseil de l'Europe, en particulier la Charte Sociale Européenne, sont pris en compte dans les travaux de la Douma.

- L'après midi, rencontre à l'Ambassade de France, avec une 'intervention de Mme Maritchu Rall, représentant la Conférence des OING du Conseil de l'Europe, disponible ci-dessous en Français et en Russe.

Description de l'événement

LA CONFERENCE DES OING DU CONSEIL DE L'EUROPE est invitée à la DOUMA dans le cadre de la Journée mondiale du refus de la misère

ainsi qu'à l'AMBASSADE DE FRANCE à MOSCOU, représentée par Maritchu RALL, membre du BUREAU de la Conférence des OING

ulitsa Okhotnyy Ryad, 1
Moscou
Russie