Le 17 Octobre au Cameroun cette année.

La journée internationale pour l'éradication de la pauvreté, n'a pas connu une effervescence particulière au Cameroun cette année. Exceptées la cérémonie sobre du Programme des Nations unies pour le Développement à Yaoundé, la marche et les activités annoncées par la Fondation Petit Dan et Sarah du côté de Soa, quelques manifestations tout aussi timorées à Douala, les esprits étaient surtout tournés vers la brûlante actualité politique de l'élection présidentielle du 06 Octobre, dont les résultats sont attendus dans les prochains jours.

D'autres manifestations, en réalité liées à la Journée du 13 Octobre- Prévention des catastrophes- et organisées par l'ONG Plan-Cameroon, en partenariat avec l' UNHCR et la Croix-Rouge, ont effleuré le thème du 17 Octobre. Notamment, en abordant des questions comme celle de la protection des enfants lors des catastrophes, la situation précaire de la jeune fille, assez sous-scolarisée et encore victime de pratiques telles que l'excision ou le repassage de seins dans certaines régions du pays, la lutte contre le choléra dont on signale à nouveau des cas.

Considérant la thématique du 17 Octobre de cette année, passer de la pauvreté à la viabilité en mettant les personnes au centre d'un Développement sans exclusion, au Cameroun, est à inscrire dans un programme gouvernemental appuyé par divers partenaires dont le PNUD, et qui va de 1990 à 2015.

Pendant cette période de référence et conformément aux OMD, il s'agit, entre autres, de réduire de moitié le taux de la population camerounaise souffrant de famine, de ramener à 25% celle des pauvres, de donner à tous les enfants de six à onze ans, les moyens d'achever un cycle complet d'études primaires.

Si des étapes décisives ont été franchies en ce sens, il reste qu'avec 40% de Camerounais -soit quelques 7 000 000 de personnes estimées pauvres, 51 000 enfants de moins de cinq ans qui meurent chaque année de malnutrition d'après l'Unicef, par exemple, le processus d'amélioration des conditions de vie des personnes démunies, afin d'assurer un Développement durable et équitable au Cameroun, a encore de très importants challenges à affronter.