Activités de la Journée mondiale du refus de la misère

ASSOCIATION DES AMIS D’ATD QUART MONDE/AAAQM-RDC

Mouvement ATD QUART MONDE à Goma /Province du Nord-Kivu

A Goma, à l’Est de la République Démocratique du Congo, les membres du Mouvement ATD QUART MONDE se sont mobilisés et ont mobilisé la communauté en vue de la célébration de cette journée depuis le 7 octobre 2019.

Rejoindre les plus exclus dans leur lutte

Les membres du Mouvement ont commencé par rejoindre des personnes qui font des métiers peu honorés par la communauté. Ils sont rencontrés des cordonniers, des casseurs des pierres, des colporteurs des fretins, et bien d’autres,…

Par exemple Maman Jeannette a parlé de son travail de revente de farine : « Moi je travaille et c’est mon petit bonheur. Mais mon travail est source d’ennui. Souvent je me réveille très tôt le matin pour aller me procurer de la farine que je revends chaque soir, et je suis locataire dans une parcelle habitée uniquement par des locataires. Chaque samedi, les mamans de l’enclos se réunissent pour parler de comment organiser la propreté de la parcelle avec nos enfants. Malheureusement je suis souvent absente puisque c’est le jour je vais me procurer de la farine. Cela entraîne une méfiance de mes colocataires et ils maudissent très souvent mon travail. Avec ça, leurs enfants ne me respectent pas et ils sont toujours en palabre avec mes enfants »

Cette action a été pour nous un moment riche d’apprentissage et une occasion de tisser de nouveaux liens avec des gens qui refusent la pauvreté par le travail au quotidien. Toutes ces personnes rencontrées ont été invitées à nous rejoindre pour le clôture des actions, le 20 octobre.

Le jeudi 17 Octobre, journée du refus de la misère, des jeunes du Mouvement ATD QUART MONDE sont allés pendant la soirée rencontrer les parents des enfants Tapori pour échanger avec eux autour du sens de la journée et aussi les inviter à la table ronde qui a eu lieu à la clôture de la série d’activités.

Intervention des enfants Tapori a radio Maria

Quelques enfants de quatre groupes Tapori de Goma sont partis à la radio Maria pour parler aux

auditeurs de cette radio la plus captée de la partie Sud de la province du Nord- Kivu de la dynamique Tapori, de la campagne Tapori « Agir ensemble » et du sens de la journée du 17 octobre pour eux. Ils ont été soutenus dans les explications par Pacifique et Hefsiba, animateurs Tapori qui les ont accompagnés.

« Le 17 octobre c’est la journée de combattre la pauvreté ». Pour les enfants cette journée est une appel au partage. Cette émission était interactive. Ainsi les enfants ont répondu aux questions multiples des auditeurs qui ont été émerveillés.

Les autres enfants étaient réunis dans une de salles de l’École Primaire Katoyi pour écouter leurs amis intervenant à la radio.

Table ronde organisée par les membres du Mouvement ATD QUART MONDE à Goma

La table ronde a réuni quelques militants rencontrés pendant l’action « Rejoindre les plus exclus dans leur lutte », des amis et partenaires du Mouvement à Goma, quelques parents des enfants Tapori, certaines autorités de base et quelques jeunes du mouvement.

Partie 1 : Présentation du Mouvement ATD QUART MONDE au travers le thème :

« Faire marche avec le Père Joseph aux cotés de plus exclus dans nos communautés »

Il y a eu une présentation d’ATD Quart Monde, « La pauvreté n’est pas le simple fait d’être en forte carence matérielle mais c’est surtout le fait de ne pas jouir de sa dignité dans sa communauté » ; la projection de la vidéo sur la recherche des dimensions cachées de la pauvreté ; et une brève explication du mouvement Tapori, « les enfants appelés Tapori partageaient le presque rien qu’ils trouvaient. Cela a poussé le père Joseph à créer Tapori qui est le courant mondial d’amitié entre les enfants de différents milieux à travers le monde »

Partie 2 : TABLE RONDE :

« Quels moyens pour éradiquer la misère ? Comment nous faisons de notre travail

un moyen de lutte contre la pauvreté et de cohésion dans nos familles ? »

Nous avons échangé sur la valeur de nos différents métiers et travaux dans la lutte contre la misère et les efforts des familles pour ne pas être écrasées par la précarité ; éducateurs, petits revendeurs, colporteurs, jeunes étudiants, ouvriers, mères et pères des familles, étudiants et membres du Mouvement, … tous se sont distribués la parole dans un dialogue à égalité constructif.

« Il y avait un jeune qui venait me demander de l’aide chaque fois. Après j’ai compris qu’aider chaque jour ce jeune pouvait l’empêcher de devenir responsable de sa vie. Alors je lui ai donné une somme d’argent pour acheter un bidon de pétrole pour la vente. Aujourd’hui il tient sa vie et est devenu relativement autonome dans son commerce. Le travail rend vivante la dignité »

« j’ai trouvé une dame qui m’a aidé. J’ai pu commencer mon activité. Aujourd’hui, je me sens prête à affronter les difficultés de la vie, alors qu’avant je me résignait et les fuyait directement. »

« Je demande à tout le monde de s’ouvrir de temps en temps et partager son problème avec son entourage et avoir confiance en ses voisins car le dialogue nous ouvre au monde. »

« Je suis un Tchukudeur (des gens qui transportent d’énormes marchandises pour les commerçants sur des petites trottinettes). Je visite mes clients à leurs domiciles et leur donne la braise même à crédit. Après un temps, je repasse pour voir si la braise est finie et pour récupérer mon argent. J’aide ainsi des familles qui n’ont pas des rendements stables. »

Lorsque nous travaillons, nous ne le faisons pas pour nous-mêmes mais c’est aussi pour aider la communauté. Ainsi le travail participe en ce sens à une lutte d’ensemble contre l’extrême pauvreté .

« Il y a des situations qui oppriment notre courage ; je suis vigile ici à l’école primaire d’à côté. Je me suis battu malgré le très maigre salaire et j’ai pu me trouver un petit terrain, avec beaucoup de privations comme vous ne pouvez pas l’imaginer. Maintenant aujourd’hui je suis parvenu même à m’ériger un abri, tout cela au prix du courage. Mais voyez-vous tous mes enfants me fuient. Ils me disent qu’ils ne peuvent pas aller vivre dans un bidonville. Moi qui pensais faire face à la pauvreté, maintenant j’ai une misère intérieure d’être abandonné par mes propres enfants comme si je n’aurais dû pas me battre pour trouver un abri. Alors pour vous, cette situation ne dépasse-t-elle pas le courage ? »

En prenant le travail comme moyen de lutte contre la pauvreté, nous devons éviter des préjugés sur les autres dans la société. Nos préjuges limitent les autres dans leurs actions.

Pour conclure on a rappelé que la rencontre et le dialogue pour croiser les regards nous permettrons de nous lever en tant qu’une communauté humaine qui se mobilise en faveur des droits

partage d’un pain fraternel et pause

Partie 3 : Dynamique Tapori :

Pièce de théâtre « Le courage de ceux qui luttent »

et présentation de la Campagne International « Agir ensemble »

Les enfants du groupe Tapori-shalom ont présenté une pièce composée à la suite de l’action « Rejoindre les plus exclus dans leur lutte ». Une famille qui n’a presque rien mais avec un courage sans limites dont les enfants sont motivés à aller à l’école et à travailler hardieusement alors qu’ils sont conscients que les parents n’ont rien. Le papa va casser des pierres juste dans le seul but de faire instruire ses enfants. Il espère en l’éducation de ses enfants et fait autant de sacrifices pour cela. La maman essaie le petit commerce mais tout semble n’est pas aller. La joie arrive dans la

famille lorsque les deux enfants sont proclamés meilleurs de leurs classes respectives laissant ainsi couronner la famille. Cette famille et ces enfants ont symbolisé aux yeux des participants le courage de ceux qui refusent malgré leur précarité d’être écrasés par la misère et ceux qui épargnent leurs énergies dans l’éducation de leurs enfants, avenir de demain. Cette pièce a été interprétée par Kone, Francis, Riphine, Chance et Marie.

Les enfants du Groupe Kasindi ont présenté la Campagne Tapori « Agir ensemble » .Ils ont expliqué les étapes de la Campagne et ont présenté leurs réactions, images et fiches des candidats pour la quatrième lettre de la Campagne.

Nous remercions tous les amis du Mouvement qui nous ont accompagné d’ici en République Démocratique du Congo et du monde entier, à toutes les familles qui nous ont accompagné pendant tout ce moment, à toutes les personnes qui nous ont permis de rendre public leurs témoignages et expériences, à toutes les pers onnes morales(Parlement d’Enfants, SKV, Parlements des Jeunes, Pastorale des enfants, Radio Maria,...) qui nous ont accompagné d’une manière ou d’une autre.