Inauguration d'une stèle commémorative à Quaregnon

Nous y sommes, c'est pour le samedi 14 octobre 2017 qu'avait été prise la décision d'inaugurer une stèle sur la Grand Place de Quaregnon à 11 heures. Après une année de rencontres, de réflexions, de dialogues, d'interrogations et de détails de dernière minute. Nous y sommes, l'entente entre les représentants des Communautés Chrétiennes de Quaregnon-Wasmuel: Armée du Salut, Eglise Protestante Unie de Belgique, Eglise Catholique et l'Administration Communale de Quaregnon s'est passée dans la sérénité et l'humilité.

Onze heures, la chorale Saint Paul de Mons chante deux chants. Le Bourgmestre Jean-Pierre Lepine, accompagné du Collège communal au complet, prend la parole. Pendant ce moment nous avons eu la surprise de l'arrivée du Bourgmestre de Mons, monsieur Elio Di Rupo. La parole lui sera donnée et il reconnaîtra que les communautés chrétiennes sont très actives dans le domaine des pauvretés et que lui même a connu la pauvreté dans son enfance.

Dans son discours, monsieur le Bourgmestre a insisté sur : On ne peut vaincre la misère qu'avec les premiers concernés. La misère peur être combattue et vaincue comme l'ont été l'esclavage et l'apartheid. La misère est une violation des droits humains fondamentaux.

Le dévoilement de la stèle a été fait par madame Véronique Bonjean, échevine des fêtes et de la solidarité, et par madame Christiane Baton, militante depuis 22 ans d'ATD Quart Monde.
Pendant le dévoilement, deux élèves d'art dramatique de l'Académie de Musique, ont déclamés avec splendeur les strophes proclamées par le père Joseph Wresinski le 17 octobre 1987 à la place des droits de l'homme à Paris.

Voici le témoignage d'une militante, depuis 22 ans, du mouvement ATD Quart Monde

« Cette année, est une année importante dans la lutte contre la misère car le père Joseph Wresinski est né il y a 100 ans, en février 1917 à Angers dans une famille très pauvre.

Il y a 30 ans fut posée la première Dalle à Paris en octobre 1987 à la place des droits de l'homme. Lors de cette inauguration, une femme très pauvre de Pâturage disait à son fils : tu vois fiston, on est chez nous ici, c'est notre famille ici avec le monde entier, on est enfin reconnu. Cette Dalle a été reproduite depuis un peu partout dans le monde et 30 ans plus tard c'est ici à Quaregnon que nous inaugurons cette stèle.

Il y a deux ans, les autorités communales nous ont permis de projeter le film "Joseph l'insoumis" à la salle Allard l'Olivier. A la fin du film, madame Christiane B., ici présente, a dit au Bourgmestre qu'elle connaît bien : "M'biau, tu vas nous mettr één dalle sul plache de Quaregnon". Et le Bourgmestre a répondu sans hésiter: "Pourquoi pas ". Merci monsieur le Bourgmestre, nous pouvons dire aujourd'hui, ici c'est chez nous, nous sommes en famille car ici nous pourrons prendre la parole. C'est ça aussi le 17 octobre, que les pauvres prennent la parole.

Il arrive que souvent dans les médias l'on nous traite comme des assistés et cela nous fait mal. Lorsque l'on nous fait confiance et que l'on est bien entouré, nous pouvons démontrer que nous avons aussi une intelligence et une expérience de la pauvreté qui peut servir à mieux faire reculer la misère.

Changer la société, lutter contre les inégalités et s’ouvrir à des manières de penser différentes, pas simple…
Mais on a une trop bonne idée ! Et si on vous démontrait qu’une société plus juste, ça se construit avec tous, et surtout avec les personnes les plus exclues ? Face aux violences de la pauvreté, les personnes qui la vivent développent des formes de résistance. Que ce soit au sujet des inégalités sociales, de l’éducation ou du climat, leurs voix sont indispensables pour penser le monde de demain. Et vous, c’est quoi vos bonnes idées ? Quoi? Merci. »

Nous avons clôturé cette inauguration en remerciant l'Administration Communale d'avoir autorisé la commémoration du 17 octobre depuis cinq ans, un grand merci à la population car c'est en se rassemblant, pauvres et non pauvres que nous pouvons échanger nos savoirs. Un grand merci au groupe local ATD Quart Monde qui depuis 22 ans réfléchit humblement, dans la simplicité et sans faire de bruit, pour proposer des solutions afin que la misère soit refusée.

Nous y sommes, mais est-ce que le refus de la misère continue ? Oui, il continue avec ses obstacles, ses échecs, ses tristesses, ses impuissances, ses incompréhensions mais aussi avec ses joies, ses espoirs et ses très petites victoires. L'aide individuelle pour soulager les pauvretés est très importante mais si on oublie la lutte collective pour proposer des lois, il manque une dimension qui est prioritaire.

Je termine cet article par la fin du livre du père Joseph Wresinski: "Les pauvres, rencontre du vrai Dieu": "Seul l’homme peut aimer l'homme. C'est cela que les plus pauvres m'ont appris. J'ai eu la chance de les connaître dès mon plus jeune âge. La chance aussi d'avoir subi beaucoup d'échecs, ce qui m'a détourné de la tentation de me croire quelqu'un, de jouer à être quelqu'un. Le Christ n'a pas monté une comédie devant les misérables et nous-mêmes nous ne le pouvons pas. Les familles du Quart Monde ont un flair infaillibles pour la sincérité. Elles ne se font pas connaître à celui qui fait semblant. Par contre, celui qui est devant elles en toute simplicité, avance de douleur en douleur, mais aussi de surprises en émerveillement".

Mr. Antonio Miceli, Octobre 2017