Le 17 octobre sur l’île Rodrigues.

Vinolia a été conseillère pédagogique pour les écoles maternelles de l’île Rodrigues. Elle fait partie d’un comité qui a fait le choix de prendre en charge 19 enfants issus de familles à faible revenu, depuis 2008.
Aujourd’hui, ces enfants commencent leur scolarité dans les collèges de l’île ; ce comité continue à soutenir les enfants et leurs familles.

Ce 17 octobre, Vinolia a proposé aux enfants et leurs mamans de se réunir à Mont Lubin pour un temps de dialogue à l’occasion de la journée mondiale du refus de la misère.

L’échange a eu lieu à partir de l’exposition « Les couleurs de la Lettre. Des personnes s’engagent à travers le monde pour refuser la misère.  ».
Après avoir présenté le Mouvement ATD Quart Monde, puis le sens de la Journée du 17 octobre, nous avons lu le témoignage de deux mamans : Sybille et Angela de Maurice qui soulignaient l’importance de l’éducation ; puis quelques textes de différents pays issus de l’exposition : Guatemala, Inde, Mayotte, Madagascar, Haïti et Colombie. Les témoignages d’Anita en Inde : « De l’art à partir des déchets » et de St Jean de Haïti « La Combite » ont fait écho à des expériences communautaires de plusieurs mamans :

« Parfois, on manque de soutien pour réussir ce qu’on entreprend. On s’est regroupé pour faire de l’élevage. C’était pour faire vivre notre famille avec les bénéfices. Mais l’argent gagné n’est pas arrivé à nous, la personne responsable a mangé l’argent. Cela me décourage pour recommencer ».

« Nous nous sommes regroupées en association à St Gabriel pour produire du café ensemble. Cela marche bien. Pour que cela aille bien, cela demande de la confiance entre nous. »

L’accompagnatrice qui prépare les enfants aux examens s’est exprimée également : «Beaucoup d’enfants viennent le ventre vide à l’école car il n’y a pas d’argent à la maison. Ils ne peuvent pas bien apprendre. Nous avons créé un petit groupe afin que ces enfants puissent avoir un repas à l’école. »

Les enfants, quant à eux ont parlé de leur vie dans l’école.

Nous avons senti combien ces enfants sont soudés depuis qu’ils ont commencé ensemble à l’école ainsi que les mamans entre elles. Vinolia a une très grande proximité avec ces familles au delà de l’école. A travers Vinolia, nous avons compris que ce soutien aux enfants crée un lien avec l’ensemble de la famille dans toutes les dimensions : logement, travail, éducation, formation, culture, amitié… mais aussi crée des liens entre les familles qui se soutiennent et où personne ne reste seul.

Marie Louise et Nathalie