Propositions thème 17 octobre 2019

Les deux thèmes suivants sont proposés pour la célébration du 17 octobre 2019. Ces propositions prennent en compte le 30eme anniversaire de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant en 2019:

1 - Assurer le bien-être des enfants en leur garantissant un environnement
sûr et durable

 
2 - Soutenir les enfants pour agir contre la pauvreté

Nous vous invitons à répondre à ces trois questions

Question 1 : Quel thème préférez-vous ?

Question 2 : Quelles sont les deux raisons principales pour lesquelles vous le choisissez ?

Question 3 : En 2019 nous célébrerons aussi le 30° anniversaire de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant. En gardant cela à l’esprit, veuillez nous indiquer une ou deux actions que vous envisagez de poursuivre, mettre en œuvre ou entreprendre pour soutenir ou développer le thème que vous avez choisi en priorité.

-*-*-*-*-*-*

Contexte des thèmes proposés:

L'accent mis sur les enfants dans les thèmes proposés reflète le prochain 30e anniversaire de la Convention relative aux droits de l'enfant (CIDE) https://www.ohchr.org/FR/ProfessionalInterest/Pages/CRC.aspx qui a été adoptée par l'Assemblée générale des Nations Unies en 1989.

La Convention stipule que toutes les personnes de moins de 18 ans (définition de l'enfant), sans distinction de sexe, d'origine, de religion ou de handicaps éventuels, ont besoin d’attention particulière et de protection spécifiques, car les enfants sont souvent les plus vulnérables. Pourtant, dans la plupart des régions du monde, nous continuons d’être témoins d’enfants souffrant de pauvreté, de violence et d’abus, de travaux forcés, de séparations forcées d’avec leurs parents et d’autres graves privations sociales et économiques.

Par conséquent, les thèmes proposés s’efforcent d’aborder la question fondamentale de la protection des enfants, en particulier de ceux qui vivent dans la pauvreté, et de les reconnaître comme agents de changement tout en renforçant leurs capacités. En particulier, les propositions tentent de souligner (a) la nécessité de fournir aux enfants un environnement sûr et durable où ils peuvent atteindre leur plein potentiel ; et b) qu’il est essentiel de soutenir les enfants dans leur capacité d’agir, et de protéger leurs droits fondamentaux, pour mettre un terme à la pauvreté partout dans le monde.

L’accent mis sur les enfants vivant dans la pauvreté offre d’importantes possibilités d’impliquer les enfants et des mouvements dans lesquels ils agissent, tel Tapori, et de mettre en lumière leurs contributions pour mettre fin à l’extrême pauvreté.

Références

Les organismes des Nations Unies suivants examinent ces thèmes en 2019:

• Le Forum politique de haut niveau prendra pour thème en 2019: « autonomiser les gens et assurer l'inclusion et l'égalité »;
• La soixante-troisième session de la Commission de la condition de la femme en 2019 a pour thème prioritaire: « Systèmes de protection sociale, accès aux services publics et infrastructure durable pour l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes et des filles».

72 commentaires pour cette discussion

Association Al Aljwad, Azzedine et Manal

Thème 1  : 

« Assurer le bien-être des enfants en leur garantissant un environnement sûr et durable »

Raison :
L’enlèvement, maltraitance et viol d’enfants sont devenus une réalité inquiétante ces dernières années en Algérie, ces crimes abjects prennent des proportions dangereuses. Des chiffres effarants sont communiqués régulièrement par les différents services de sécurité. 81 cas d'enlèvement enregistrés à l'échelle nationale et plus de 6 000 enfants ont été victimes de violences durant l'année 2017 dont la violence physique vient en premier lieu avec près de 3 661 enfants, plus de 1130 affaires d'abus sexuels. A ces cas, s’ajoutent les mauvais traitements.10 000 enfants violentés, dont 2000 jusqu’à 3000, soit 20% à 30% des cas, ont subi des agressions sexuelles ont été enregistré en 2018.

La Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme estime qu’environ 200 mille enfants travaillent en Algérie et dont la plupart sont âgés de moins de 16 ans qui est l’âge légal pour exercer une activité rémunératrice en Algérie, précisant que ce chiffre est souvent appelé à la hausse atteignant 600 mille enfants à l’occasion de mois de Ramadan, et environ 400 mille pendant les vacances scolaires saison estivale et récolte des cultures agricoles.

La plupart d’entre eux sont souvent utilisés comme main-d’œuvre dans les décharges sauvages, ils sont surtout présents dans les dépotoirs pour récupérer les objets destinés au recyclage, mettant ainsi leur vie en péril pour la modique somme de 400 DA la journée. Et d’autres enfants derrière les tables de vente de fruits et légumes et de pain dans les marchés ou sur les routes pour soutenir leur famille.

Action, activité :

Des journées de sensibilisation contre la violence et l’enlèvement des enfants en collaboration avec des associations activant dans le secteur des droits de l’enfant (nos partenaires) dans le but de renforcer la prise de conscience des obligations de l'état et de la responsabilité individuelle en matière de condamnation et de prévention de la violence et d'assistance aux enfants victimes par le biais de conférences débats grand public, exposition sur le thème, interventions des psychologues au niveau de la maison de jeune de Naciria.

Présentation de la pièce de théâtre « Stop », une pièce sur le travail illégal des enfants qui sera jouée par les enfants Tapori le 17 Octobre 2019. La pièce sera suivie d'un débat.

Par Stéphane H., Association Eau de Coco, France et Madagascar

Thème 2: 
La pauvreté, même si elle se caractérise par de nombreuses situations humaines intolérables, devient révoltante lorsqu’elle touche les enfants.

2ème raison: La vulnérabilité des enfants face à la pauvreté fait que nous nous devons de multiplier nos efforts pour leur permettre de se construire une vraie vie d’adulte.

Action, activité:
Nous allons solliciter certains jeunes de nos différents projets à Madagascar et leur demander de passer un message aux leaders nationaux et internationaux sur leur situation personnelle face à la pauvreté et les propositions qu’ils souhaitent faire.

Par Arsène B., Association MOVULAC "Monde des Vulnérables Actifs", République Démocratique du Congo

Thème 1
1ère raison : les raisons principales sont les éléments comme « l’aspect enfant », « l’aspect protection de l’enfant » doit être un soubassement de toutes les actions de développement et de la réduction de la pauvreté. Partout dans le monde, et particulièrement dans notre pays la RD Congo, la vulnérabilité est beaucoup plus observée chez les enfants et surtout ceux de moins de 5 ans.
Assurer un environnement décent permettant aux enfants de bien grandir dans les bonnes conditions est un préalable d’un développement durable, car les aptitudes, les talents, les différentes facultés héréditaires et celles acquises seront développées et permettront dans l’avenir de faire reculer la pauvreté d’une communauté, voire d’un pays.

2ème raison : Actuellement les enfants sont un instrument d’exploitation illégale dans tous les secteurs de la vie humaine. N’ayant pas accès à des infrastructures éducatives, sanitaires, …, les enfants sont recrutés et surexploités dans les groupes armés, les carrés miniers, les usines, les travaux ménagers et dans les différents trafics sans aucune législation en leur faveur. Cela fait qu’il y a un taux élevé de mortalité infantile.
Garantir un environnement sûr et durable serait une solution durable de la réduction de la pauvreté, car les enfants qui auraient grandi dans un environnement sûr sauraient se constituer un capital humain sûr, capable de développer des meilleurs stratégies de survie pour les générations futures.

Action, activité:
Pour développer le thème en terme d’action, nous comptons promouvoir l’éducation non formelle des enfants dans notre province. Vu le taux élevé d’illettrisme et d’analphabétisme et le nombre élevé d’enfants n’ayant pas accès à l’éducation formelle, la création des centres de rattrapage scolaire, d’apprentissage professionnelle serait une bonne orientation stratégiques afin de capitaliser ce capital humain au Sud-Kivu, et en RDCongo en général.

ATD Quart Monde Rouyn-Noranda, Canada

Proposition de thème:
Soutenir les enfants pour agir contre la pauvreté en leur garantissant un environnement sûr et durable.

1ère raison : importance de parler de la pauvreté.
2ème raison : importance de ne pas oublier les familles, car il n’y a pas d’enfants pauvres dans des familles riches, la famille doit faire partie de l’environnement sur et durable des enfants.

Action, activité:
Faire des contacts avec le personnel de l’école Notre-Dame de la protection, école primaire située dans un quartier de la ville de Rouyn-Noranda où est la dalle du refus de la misère, afin de voir comment les enfants pourraient participer aux activités du 17 octobre.

ATD Quart Monde, Montréal, Québec, Canada

A l’initiative de France F., membre du Comité international 17 octobre, nous nous sommes retrouvés durant deux bonnes heures, à la maison quart monde de Montréal, à 11 personnes, certaines ayant l'expérience de la pauvreté, d'autres non.

Nous vous transmettons des points forts de nos échanges :

Les enfants
- Écoutons les enfants quand ils parlent, on a beaucoup à apprendre d’eux.
- Quand on fait Tapori on fait en sorte que les enfants communiquent entre eux.
Ça ouvre l’enfant au souci des autres enfants plus en difficultés et ça invite à la solidarité.

- Peur que le premier thème amène vers une idée de retirer des enfants de leur famille en parlant « d’environnement sûr ».
- L
es deux titres me font peur: « garantissant » et « sûr », « agir contre la pauvreté », parce qu’on a déjà essayé de se faire entendre et on n’a pas su encore.

On ne peut pas parler des enfants sans parler de leurs parents et de leurs familles.
- Accompagner les parents c’est participer à l’éducation des enfants. C’est important d’accompagner les parents.
- Comment protéger les droits des enfants sans protéger les droits de parents.
-
Ça part des parents, c’est le repère, c’est comme un arbre, la base c’est les parents et les branches les enfants. Il faut s’occuper des enfants mais aussi des parents pour que la base soit solide.

- Mais dans un moment de crise il faut faire quelque chose, il en faut des organismes, des relais aux familles.
- Le système répond toujours avec la massue au lieu de soutenir.
- On enlève les enfants avant même de voir si autre chose est possible.
A
l’époque, au moindre pas de travers on se retrouvait placé dans un asile.

Écouter c’est offrir à l’enfant l’occasion de s’exprimer, puis interpréter cela. Mais on ne peux pas donner un choix total à l’enfant comme par exemple celui de choisir entre deux familles d’accueil, pour qu’il n’ait pas à porter le poids du choix plus tard.
On ne donne pas un environnement s
ûr quand l’enfant passe d’une famille d’accueil à une autre de nombreuses fois.

- Dans une conférence sur le placement très élevé des enfants dans une communauté autochtone au Québec, il a été présenté comment la loi avait été adaptée pour expérimenter le maintien des enfants dans leur familles en créant un soutien à partir de la communauté toute entière. Est-ce qu’on ne pourrait pas penser aussi de comment faire communauté autour des plus pauvres pour permettre la vie en famille?
- Il y a un p
roverbe africain : il faut un village pour élever un enfant.

- L’art, la culture, le sport, etc sont très important. Mais si tu peux pas te payer tout ça? Il faut trouver le moyen que tout soit accessible à tout le monde.
- Les enfants ont besoin d’endroits pour passer du temps ensemble (exemple : tamtam,
bibliothèques de rues…).
- Un environnement s
ûr c’est ajouter un plus dans le quartier pour l’assurer mais pas exclure en plaçant les enfants.

Au final, nous n’avons pas choisi un thème.
Le thème 2 n’est pas pas assez clair,
trop vague.

La majorité du groupe penchait plus pour le premier thème mais certains trouvaient que c’était trop académique. Les mots « garantissant », « environnement sûr et durable » ne sont pas si évidents à comprendre ou peuvent être mal interprétés. On peut extraire un enfant d’une violence mais lui faire vivre une autre violence en l’éloignant de sa famille par exemple, ou en lui faisant vivre des violences dans un lieu de placement.

Nous pensons qu’il est très important d’ajouter le mot « parents » ou « famille » au premier thème.

« Assurer le bien-être des enfants et leur famille/leurs parents en leur garantissant un environnement sûr et durable ».

Une personne du groupe propose une autre formulation du thème : « accompagner les parents et l’enfant afin de se développer et favoriser l’épanouissement de chacun ».

Par ATD Quart Monde Genève, Suisse

Nous étions une dizaine de personnes du Mouvement, avec l’expérience de la pauvreté ou non, pour parler de la consultation sur les thèmes du 17 octobre.

Le premier thème est plus complet. Le mot bien-être était important pour une femme qui connait la pauvreté, c'est un mot un peu large qui peut porter au dialogue. Ce thème est plus percutant, il fait le lien avec l'environnement, thème très important pour les jeunes d'aujourd'hui. On pourrait même rajouter "que l’environnement soit durable et ne laisse personne de côté" afin de tenir compte de tous les groupes d’enfants vulnérables dont les droits risquent de se retrouver bafoués.

Le deuxième thème est tout aussi important. Il rend les enfants sujets. On peut comprendre ce thème de différentes manières : comment soutenir les enfants pour sortir de la pauvreté, par l'éducation, la culture etc., ou comment les enfants peuvent être acteurs eux mêmes?

Quelqu’un a dit aussi "ils ont aussi le souci si leurs parents ont souffert de la misère". D’autres personnes ont dit: ne pas mettre "agir contre la pauvreté" mais "l'abolir".

Du coup, il y eu une proposition un peu mixte des deux :
"Soutenir les enfants pour qu'ils s'assurent un bien être dans un environnement sûr et durable". Mais quelqu'un a fait remarquer qu'il fallait soutenir les familles.

Par Isabelle P., ATD Quart Monde international, Comité international 17 octobre

Dans le thème 1, garantir un environnement sûr et durable ne suffit pas pour assurer le bien-être des enfants. Dans les quartiers défavorisés et les bidonvilles du monde entier, les enfants nous répètent encore et encore que leur famille est très importante. Quelle que soit la structure familiale, leur famille est très importante pour grandir.
Au travers d'années et d'années d'action auprès des enfants de la rue, nous avons appris que lorsqu'il n'est pas possible que les enfants retournent vivre chez leurs parents ou chez l'un d'eux, il est très important de permettre leur reconnexion et d'établir des relations avec leur famille élargie. C'est crucial pour leur avenir.
C'est pourquoi je propose de reformuler la première proposition " assurer le bien-être des enfants en soutenant leur famille et en garantissant un environnement sûr et durable ".

La deuxième proposition souligne que les enfants sont des acteurs clés dans la lutte contre la pauvreté et en particulier l'exclusion sociale. Ils sont des acteurs clés lorsqu'ils refusent d'abandonner d'autres enfants dans leur école et dans leur communauté. Ils sont des acteurs clés lorsqu'ils essaient de vivre les valeurs de leur famille ou de leur communauté et parfois ils leur rappellent leurs valeurs, ils inspirent les adultes et ils ont besoin de leur soutien dans leur action contre l'exclusion sociale.
Lorsque nous aidons les enfants à prêter attention à d'autres enfants qui sont isolés pour une raison quelconque ou victimes de discrimination, lorsque nous leur donnons l'occasion d'en apprendre davantage sur la vie difficile des enfants du monde entier et d'agir, nous leur donnons les moyens de mettre fin à la pauvreté. Nous les préparons à devenir des adultes capables et désireux "S'unir avec les plus exclus pour construire un monde où les droits de l'homme et la dignité seront universellement respectés" (thème du 17 octobre 2018).

En ce qui concerne cette deuxième proposition, je suis soucieuse de la traduction en français de "soutenir les enfants pour agir contre la pauvreté". Le verbe "soutenir" peut signifier "autonomiser" ou "donner une aide sociale" aux enfants. Je suggère de reformuler : "Soutenir l'engagement des enfants pour agir contre la pauvreté".

Par Benoit et Véronique R.S., ATD Quart Monde, Europe de l'Est, Comité international 17 octobre

Thème 2
Le thème 2 propose un engagement à tout le monde, en commençant par croire que les enfants sont des acteurs de la lutte contre la grande pauvreté. Les enfants ne sont plus vus seulement comme des bénéficiaires ou des êtres humains à protéger, mais comme des personnes capables d’action et qui doivent être soutenus.

Bien sûr qu’il faut garantir le bien-être des enfants en leur garantissant un environnement sûr et durable. C’est cela aussi « soutenir les enfants... », mais cela ne peut se faire sans eux, sans leur participation, sans penser avec eux.

Agir dans la rue, au coeur du bidonville où ils habitent, nous montrent leurs talents et leurs capacités. Cela contribue à leur bien-être.
Nous voudrions parler de ce garçon, turbulent et rejeté de beaucoup de monde, dans la zone de baraques où il habite. Pourtant il a tellement de talent pour prendre soin de sa grand-mère handicapée ou de son petit voisin de 4 ans. Il a aussi tellement de talent créatif quand il vient aux ateliers chaque semaine. Cependant, ce garçon ne va toujours pas à l’école, une école distante de 500 mètres, qui n’est pas prête à l’accueillir non plus.
Les différents acteurs de l’éducation ont peu le savoir-faire et les outils pour se mettre ensemble, enseignants, parents, enfants.

Action, activité:
On aimerait créer une ou deux propositions d’animations à proposer à différents groupes des pays où nous sommes engagés.

Par des groupes Tapori (13 animateurs et 50 enfants), ATD Quart Monde Madagascar

Le choix s'est fait à partir de ce qu’on a partagé pendant deux semaines. On a résumé avec eux tout ce qu’ils ont dit. Après, chaque enfant a exprimé par un dessin le thème qui lui convient et qui correspond à son droit et ses besoins.

Les enfants ont fait en tout 108 dessins, qui représentent:

-Des écoles ou tout ce qui est autour de l’éducation : 30
-Maisons dignes ou leur maison de rêve : 37
-Environnement : 18
-Travail décent : 3
-Religion ou spiritualité : 7
-Droit à l’identité : 3

Le thème choisi est le thème 2

Théâtre sur le logement digne pour tous 

Une famille n’a plus de logement parce que leur maison a été détruite par une inondation. Alors, cette famille est allée chercher de l’aide chez ses proches, mais ces derniers ne l’ont pas accueillie parce que leur maison est déjà plein de monde.

Par la suite, la famille est allée demander aux voisins s’ils peuvent l’héberger, mais ils habitent dans le même quartier et ont les mêmes difficultés.

Cette famille ne sait plus quoi faire, alors elle s’est laissée aller sans direction. Au cours de la route, le père de famille a rencontré des amis de longue date. Ils se sont demandé des nouvelles et c’est alors que le père de famille a raconté leur problème. Ses amis lui ont conseillé d’aller voir auprès d’associations qui peuvent les aider. L’un lui a dit d’aller chez Enda OI Habitat ou à la Croix rouge.

Et c’est ainsi que ces associations les ont pris en charge et ont reconstruit leur maison après les différentes étapes d’enquête.

Les facteurs : destruction de la maison, ne pas être accueilli par sa famille proche ni son voisin
Conséquence : être sans abri
Solutions : rencontrer d’autres partenaires pour reconstruire la maison

Théâtre sur l’éducation

La scène se passe dans la classe de CM2 où il y a des enfants venant de familles aisées et de familles pauvres. Pendant le cours, un enfant a emprunté un stylo à un enfant pauvre. Ce dernier a alors donné son stylo en marmonnant que l’autre est riche mais n’a pas de stylo. C’est alors que la bagarre a explosé. Ils se sont insultés l’un l’autre. Les enfants riches ont humilié les pauvres et ces derniers ont remis les riches à leur place. La maîtresse est alors intervenue en disant aux élèves qu’il ne faut pas dire de méchancetés entre eux et qu’ils sont tous égaux dans la classe. Mais comme la discipline est primordiale à l’école, la maîtresse a emmené les enfants bagarreurs chez le directeur pour leur donner une leçon de morale.

Les facteurs : discrimination à l’école, non-respect, manque de matériel, …
Conséquence : La division en groupes, l’exclusion des classes sociales, perte de matériel
Solutions : Le respect - Chaque enfant doit avoir ses fournitures scolaires

Théâtre sur le travail décent

Les métiers de rêve des enfants : institutrice, docteur, policier, magistrat, responsable d’entreprise, commerçant, femme de ménage, nettoyeur de canaux.

  • Dans une famille moyenne, qui a deux filles, une très sage et une autre un peu têtue. Les parents suivent les caprices des enfants. La petite fille qui est un peu têtue refuse d’aller à l’école.

Les facteurs : trop gâtée, dépendance
Conséquence : elle se trouvera dans la misère, dégradation de vie, elle n’arrivera pas à finir ses études

  • Situation à l’école : beaucoup croient que la vie dépend de la réussite à l’école, le professeur a préparé les élèves à avoir des objectifs dans la vie. Ce que veulent être les enfants quand ils seront grand : travailleur dans une entreprise, grand patron, policier, professeur, docteur, magistrat …

Les facteurs : si on n’a pas d’argent pour aller à l’école, abandon scolaire, retard sur la compréhension des leçons, on n’arrive pas à suivre en classe, exclusion …
Conséquence : pas de diplôme, pas de travail qui fait vivre, on est exclu de la société, on deviendra pickpocket.
Solutions : 
- Faire tous en sorte que tous les enfants soient scolarisés
- Les enfants ont le droit d’être protégés
- Les enfants ont le droit d’aller à l’école
- Les enfants ont le droit d’être aimés convenablement
- Les parents ont trouvé un travail décent

Par les enfants Tapori (Grace, Toussaint, David, Kevin, Député, Christine, Pierre, Mika, Nadège, Rehema, Hilaire) République Démocratique du Congo:

Thème 2

Que signifie bien être ?
-C'est tout ce qui donne une vie sans difficulté, sans beaucoup de peines, ce qui contribue à une vie de paix. Vivre bien avec les amis, aller à l’école être respecté et respecter nos droits.
-C’est quand on a une bonne santé ;
-C’est quand on passe nuit dans une maison et non dehors, dans une bâche, dans une marché.
-C’est quand nous les enfants nous vivons avec nos parents, nos grand frères et nos grandes sœurs, nos voisins.
-C’est quand nous jouons avec nos amis.

L'Environnement sûr et durable :
-C’est quand l’on ne coupe pas les arbres parce qu’ils nous apportent une fraîcheur.
-C’est celui n’a pas des déchets jetés partout. Comme par exemple les sachets plastiques.
-C’est celui où l’on fait le travail manuel en coupant les herbes.
-C'est celui qui ouvre les caniveaux pour éviter les eaux stagnantes et les moustiques.

La pauvreté et ses formes :
-Sans ami on devient pauvre parce qu’on sera toujours triste;
-Quand l’on manque du logement, l’on va vivre dans la rue et être rejeté par les autres;
-La pauvreté c’est lorsque on manque les nécessaires pour mener une vie heureuse. Lorsqu’on n’a pas payé les frais scolaires.

Action, activité:
Est-ce qu’il y a des gestes, des initiatives que les enfants peuvent faire pour lutter contre les différentes formes de pauvreté ? Comment, quelles personnes, quel espace, quelles conditions les enfants ont-ils besoin pour cela ?

Oui nous avons des initiatives pour lutter contre la pauvreté, Comme par exemple lors de notre émission à la radio nous dénonçons les violences faites aux enfants, et appelons les adultes à respecter nos droits.

En 2014, les enfants Tapori sont allés rendre visite-amis aux enfants en conflit avec la loi placés dans leur quartier à la prison centrale de Bukavu. Nous avons joué, chanté, fait des poèmes, lu les message d’amitié, etc. Ces gestes que les enfants font au quotidien, ont accueilli le soutien des adultes et de toute leur communauté.

Seuls les enfants ne peuvent y arriver si les adultes ne les accompagnent pour atteindre leur but de soutenir leurs amis qui vivent dans la pauvreté.

Leurs amis Tapori victimes de l’incendie qui a consumé leurs maisons, les enfants Tapori ont fait le geste de solidarité, chaque enfant avait apporté qui, un habit, un soulier, le sel, le savon, la cuillère, l’argent, un stick d’arbre, etc. Les adultes ont accompagnés les enfants. Nous sommes contents qu’aujourd’hui ces amis ont une maison où passer la nuit et ils ont commencé l’école grâce à ces gestes de solidarité venant d’ici et là.

Les rencontres Tapori et de la bibliothèque que nous faisons chaque semaine nous permettent de partager nos idées et exprimer nos rêves. Nous prenons des initiatives de visites, de soutien, d’aller faire un chantier, etc.

Le temps de rencontre et le soutien de nos animateurs qui se mobilisent pour nous accompagner dans nos gestes de solidarité est l’une de ces initiatives.

Vu toutes ces initiatives les enfants ont choisi le thème « soutenir les enfants pour agir contre la pauvreté » car ayant beaucoup d’expériences et de gestes de solidarité qui contribuent à un monde plus juste, ce thème peut amener les adultes à emboîter les pas des enfants et à les soutenir dans leurs initiatives.

Notre ami Irenge a trouvé aujourd’hui beaucoup d’amis parce que nous l’avons soutenu et accueilli dans notre groupe Tapori.

Quelques points de repère :
-les personnes sur qui les enfants peuvent s’appuyer lorsqu’ils ont une difficulté ;
-les gestes de solidarité qui leur ont permis de voir un changement réel chez un enfant de leur communauté, de leur groupe ou de leur voisinage ;
-les temps de rencontre comme Tapori ou autre ;
-le soutien des adultes : les animateurs sont les premiers à soutenir les enfants, et sur qui les enfants s’appuient souvent pour réaliser leurs rêves. Les parents des enfants donnent leur soutien par exemple quand il s’agit de faire de visite de solidarité soit à l’hôpital, à la prison, à un centre ils accompagner les enfants du point de vue matériel et même moral. Mais le soutien des autorités politiques est encore loin d’être arrivé.