Propositions thème 17 octobre 2019

Les deux thèmes suivants sont proposés pour la célébration du 17 octobre 2019. Ces propositions prennent en compte le 30eme anniversaire de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant en 2019:

1 - Assurer le bien-être des enfants en leur garantissant un environnement
sûr et durable

 
2 - Soutenir les enfants pour agir contre la pauvreté

Nous vous invitons à répondre à ces trois questions

Question 1 : Quel thème préférez-vous ?

Question 2 : Quelles sont les deux raisons principales pour lesquelles vous le choisissez ?

Question 3 : En 2019 nous célébrerons aussi le 30° anniversaire de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant. En gardant cela à l’esprit, veuillez nous indiquer une ou deux actions que vous envisagez de poursuivre, mettre en œuvre ou entreprendre pour soutenir ou développer le thème que vous avez choisi en priorité.

-*-*-*-*-*-*

Contexte des thèmes proposés:

L'accent mis sur les enfants dans les thèmes proposés reflète le prochain 30e anniversaire de la Convention relative aux droits de l'enfant (CIDE) https://www.ohchr.org/FR/ProfessionalInterest/Pages/CRC.aspx qui a été adoptée par l'Assemblée générale des Nations Unies en 1989.

La Convention stipule que toutes les personnes de moins de 18 ans (définition de l'enfant), sans distinction de sexe, d'origine, de religion ou de handicaps éventuels, ont besoin d’attention particulière et de protection spécifiques, car les enfants sont souvent les plus vulnérables. Pourtant, dans la plupart des régions du monde, nous continuons d’être témoins d’enfants souffrant de pauvreté, de violence et d’abus, de travaux forcés, de séparations forcées d’avec leurs parents et d’autres graves privations sociales et économiques.

Par conséquent, les thèmes proposés s’efforcent d’aborder la question fondamentale de la protection des enfants, en particulier de ceux qui vivent dans la pauvreté, et de les reconnaître comme agents de changement tout en renforçant leurs capacités. En particulier, les propositions tentent de souligner (a) la nécessité de fournir aux enfants un environnement sûr et durable où ils peuvent atteindre leur plein potentiel ; et b) qu’il est essentiel de soutenir les enfants dans leur capacité d’agir, et de protéger leurs droits fondamentaux, pour mettre un terme à la pauvreté partout dans le monde.

L’accent mis sur les enfants vivant dans la pauvreté offre d’importantes possibilités d’impliquer les enfants et des mouvements dans lesquels ils agissent, tel Tapori, et de mettre en lumière leurs contributions pour mettre fin à l’extrême pauvreté.

Références

Les organismes des Nations Unies suivants examinent ces thèmes en 2019:

• Le Forum politique de haut niveau prendra pour thème en 2019: « autonomiser les gens et assurer l'inclusion et l'égalité »;
• La soixante-troisième session de la Commission de la condition de la femme en 2019 a pour thème prioritaire: « Systèmes de protection sociale, accès aux services publics et infrastructure durable pour l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes et des filles».

71 commentaires pour cette discussion

Josh Cezar S., Secteur de l'enfance, Commission nationale anti pauvreté, Philippines

Thème 2
Raison 1 : Avec l'intégration des technologies de l'information dans notre société, nous devons admettre que l'information peut maintenant être obtenue n'importe quand et n'importe où dans la paume de nos mains. Les enfants sont exposés à ce genre de technologie à un si jeune âge que pour que nous puissions créer une génération qui ne soit pas seulement technophile, nous devons aussi leur donner les moyens d'être socialement conscients et conscients de ce qui se passe réellement autour d'eux. Nos enfants sont notre avenir, c'est pourquoi le rôle paternel de l'État pour les élever et en faire des citoyens dignes de ce nom doit être étendu au secteur le plus vulnérable de tous : les enfants.

Raison 2 : Le thème 1 a un ton sous-jacent selon lequel les enfants sont réduits à recevoir les actions ou les politiques entreprises pour leur bien-être. Encore une fois, nous devons reconnaître le fait que les enfants peuvent aussi s'exprimer et parler de leurs problèmes et préoccupations concernant leur situation, etc. Le message du thème 1 selon lequel nous, les adultes, devons être tenus responsables de la croissance et de ce qui nourrit les enfants est louable, mais il laisse aux  enfants eux-mêmes la possibilité de prendre ou de proposer les mesures qui leur semblent les plus appropriées dans leur intérêt.

NOTE : Personnellement, je préférerais voir la fusion des messages des deux thèmes.

Action, activité :
-Stages d'initiation aux médias et à la maîtrise de l'information (y compris, mais sans s'y limiter, l'utilisation responsable des médias sociaux, les jeux, etc.) pour les enfants de 8 à 17 ans, le niveau et la profondeur des discussions sur le sujet étant limités à l'âge.
-Pour les adultes/gouvernement/ONG, évaluation nationale et suivi de l'efficacité et de la mise en œuvre des politiques de protection de l'enfance (en particulier, la conformité des unités administratives locales à la promulgation du Code de l'enfance dans leurs domaines de responsabilité, mécanismes et structures respectifs (fonctionnalité des conseils locaux pour la protection des enfants, etc.).

Carlo John A., Commission nationale anti pauvreté, Philippines :  

Thème 2
Raison 1 : Cette déclaration est plus une déclaration active qui implique la participation active des enfants pour mettre fin à l'extrême pauvreté. Plutôt que le premier qui est plus sur un ton passif. Nous devons garder à l'esprit que même si les enfants sont encore jeunes, ils doivent faire partie de la solution pour mettre fin à l'extrême pauvreté et ne pas être considérés uniquement comme les bénéficiaires des personnes qui les entourent. Les enfants peuvent faire un grand changement dans une société s'ils disposent d'une plateforme qui amplifiera leur voix.

Raison 2 : Le mot " Empowering " a fait de ce thème une affirmation forte. Le renforcement des capacités des jeunes pourrait éventuellement conduire à un avenir meilleur non seulement pour eux, mais aussi pour l'avenir de la société.

Action, activité
Offrir des ateliers et des formations intéressants aux enfants pourrait les inciter à faire de leur mieux dans le domaine qu'ils ont choisi. Pendant deux années consécutives, la Commission nationale anti-pauvreté en partenariat avec ATD Quart Monde et la Commission nationale pour la culture et les arts, a organisé un atelier artistique pour les enfants des communautés partenaires d'ATD Quart Monde. Nous visons à poursuivre cet effort afin d'affiner leurs compétences en termes d'expression de leurs sentiments à travers l'art. Les œuvres d'art peuvent être une plate-forme où les enfants peuvent s'exprimer sur leurs luttes quotidiennes pour faire face à la pauvreté et à l'exclusion.

Annelies N., Coalition contre la pauvreté d'Utrecht, Pays-Bas

Nous avons parlé de votre lettre et de votre question avec 30 personnes de la coalition locale sur la pauvreté à Utrecht.

Thème 2
La plupart des gens aiment le deuxième thème, soutenir les enfants. Premièrement, parce que l'estime de soi est un sujet important pour les enfants en situation de pauvreté et que tout le monde devrait mieux comprendre l'impact du jugement et de l'exclusion sociale liés à la pauvreté.
Une mère a dit que nous devrions cesser de donner des choses gratuitement tout le temps, mais renforcer les gens pour travailler sur de meilleures solutions structurelles. Deuxièmement, parce qu'il s'agit d'un thème court et clair qui ne nécessite pas trop d'explications et qui donne de l'énergie.

Le premier thème est également important, car les adultes sont responsables de l'environnement et des structures qu'ils créent, les enfants ne peuvent être tenus responsables de la pauvreté et de la pollution ou de la prévalence de l'argent au lieu de l'homme et de la nature.

Action, activité
A Utrecht, la coalition aura 10 ans en octobre. Nous travaillons sur un petit livre sur l'expérience de la pauvreté, non pas les chiffres mais les conséquences sur le plan de la vie psychique. Nous prévoyons d'avoir un festival à nouveau le 17.

C'était intéressant d'en parler avec la coalition !

Par Crispin N., Association ORUD = Organisations Rurales Unies pour le Développement, RDC

Thème 1
Les raisons de porter notre choix sur ce thème s’explique par le fait que nous voyons la situation des enfants dans certains milieux.
La sensibilisation de tous les acteurs impliqués dans la protection de l’enfance serait nécessaire. Nous avons les parents, le corps enseignant et les autorités éducatives qui arrivent au premier plan de l’éducation des enfants sans discrimination, peu importe leurs statuts sociaux.
Deuxièmement, dans notre pays en RDC, les parents ont perdu espoir car ils sont massacrés sous une autre forme avec le problème de la prime, avoir les enfants de la rue, enfants domestiques dans les ménages, enfants en placement familial, enfants soldats recrutés dans les forces et groupes armés, vraiment inadmissible, inacceptable.

Nous devons vraiment relever le défi, parce que la vie des enfants africains est pleinement menacé, leur place devrait être dans la famille et à l’école où ils doivent se sentir beaucoup mieux qu’ailleurs.

C’est pourquoi, le bien-être des enfants passe toujours par une alimentation de base, la satisfaction des besoins vestimentaires, les soins de santé appropriés et la scolarisation avec un appui considérable aux familles et ménages les plus pauvres. La pauvreté n’est pas une fatalité, elle peut être changée si ces derniers sont accompagnés par quelques initiatives pouvant leurs permettre de vivre mieux encore avec leurs enfants. Ce qui permettrait aux enfants de vivre un environnement sûr et durable tout au long de leur parcours. Malheureusement, nombreuses familles sont devenues plus pauvres dans les territoires, particulièrement à Kabare et Walungu ne sachant pas comment prendre leurs enfants en charge,  la gratuite des études primaires n’a pas de place chez nous en RDC.

Action, activité:
A notre niveau, ORUD en tant qu’organisation humanitaire et de développement, comptons organiser des visites dans les ménages les plus pauvres et établissements scolaires pour s’enquérir une fois de plus de la situation des enfants vivant dans des familles les plus pauvres.

Nous terminons en recommandant à toutes les parties prenantes de développer des stratégies beaucoup plus efficace et durable à mettre en œuvre pour l’intérêt des orphelins et enfants vulnérables. La consolidation de la paix dans le monde passe tout d’abord par l’éducation. Également, accompagner les ONGs locales qui maîtrisent bien la situation des enfants et qui vivent avec eux, pour la matérialisation des projets en leur faveur, comme la scolarisation, le rattrapage scolaire, l’appui familial par les activités génératrices de revenu afin de les rendre utiles à la société dans les jours-avenirs et de se sentir mieux comme tout autre enfant.

Jean M. et Astrid M., Confédération Démocratique du Travail, RDC

Vu les réalités que traversent les enfants, surtout les plus pauvres dans les familles paysannes, dans le but d'instauration du respect et de l'assurance de la promotion de la protection des droits fondamentaux de l'enfant, voici l'objectif global que nous proposons : << Instaurer le respect et l'assurance de la promotion de la protection des droits fondamentaux des enfants   >>;

Action, activité :
1. Créer et renforcer les mécanismes de protections des enfants dans la société de base (famille, village, etc.);
2. Organiser des tribunes d'expression d'intercommunalité entre les parents et leurs enfants, tuteurs;
3. Identifier les avancées et les faiblesses culturelles dans les enfants, les us et coutumes, les ressources économiques, etc.
4. Élaborer un programme d'urgence de sensibilisation communautaire visant le respect et l'assurance de la promotion de la protection des droits fondamentaux des enfants ;
5. Identifier les enfants victimes de la pauvreté aux sein des mécanismes créés, renforcés et appuyés pour la promotion de la protection des droits fondamentaux des enfants, etc.

Par Gaudefroi T., ATD Quart Monde Madagascar

Thème 2
1ère raison : Ce thème présente un but concret « pour agir contre la pauvreté ». Le fait de soutenir requiert des sujets impliqués : les enfants eux-mêmes, les parents, l’individu ayant conscience de l’injustice, les ONGs, les Eglises, l’Etat, etc.

2ème raison : L’enfant est considéré comme une population négligeable et ne jouit pratiquement d’aucun droit. A Madagascar, aux yeux de la loi, l’enfant a des droits mais il reste slogan écrit noir sur blanc dans la constitution. L’enfant n’a pas de valeur en tant qu’enfant. Il est aussi oublié que l’adolescent.
Il est toujours victime de harcèlement sexuel, travaux ménagers, etc La violence faite aux enfants est une occasion de s’enrichir pour d'autres.

ATD Quart Monde est membre du Réseau pour la Protection de l’Enfant, et entre autres, on entend des représentants des services publics qui osent dire qu’il vaut mieux qu’on ferme les yeux.

Le soutien est primordial en se basant sur les droits des enfants et le vivre ensemble dans le cœur sans réserve pour le bien-être de l’enfant « avenir du monde de demain ».

Les services publics demandent des moyens humains,
matériels, financiers pour les résoudre; les lois sont signées mais elles ne sont pas appliquées.

Action, activité:
-Plaidoyer sur les plans enseignement et santé en tenant compte de la convention internationale sur les droits des enfants du 20 novembre 1989 et la vérité des lois adoptées
-Aller rencontrer les plus pauvres
-Favoriser la bibliothèque de rue et TAPORI: « droit d’être membre d’une association suivant l’article 15 de la convention internationale » tout en impliquant les enfants de moins de 18 ans comme co-animateurs

Par Martinien M. et Association des Jeunes Entreprenants de Bonassama, Cameroun

Thème 1

1ère raison : Assurer le "bien être des enfants aujourd'hui", c'est assurer également leur "bien devenir". C'est pourquoi, toute action qui tend à sécuriser les enfants doit être pensée dans une perspective durable, devrait être appréciée   maintenant mais aussi dans le temps. C'est le cas par exemple de la lutte contre le travail forcé qui nuit au bien être des enfants non seulement aujourd'hui mais aussi plus tard lorsque ceux ci deviennent adultes. Il est donc évident que ce qui est favorable à l'épanouissement d'un enfant aujourd'hui l'est également dans l'avenir, d'où l'extrême importance d'axer sur les politiques de garantie d'un environnement sûr et durable.

Dans les pays du tiers monde en particulier où l'espérance de vie est devenue relativement réduite, les individus passent plus d'un tiers de leur vie dans l'enfance et l'adolescence, si l'on veut s'en tenir à la définition des nations unies qui considère comme enfant toute personne âgée moins de 18 ans. C'est donc un cycle de vie à ne pas négliger, nous dirions même le plus important.
Il serait alors important de co-construire avec les enfants un environnement favorable, propice et approprié à leur engagement face à la pauvreté. Assurer le bien-être des enfants en leur garantissant un environnement sûr et durable n’a pas pour objectifs de plonger les enfants dans un état de dépendance mais plutôt d’impulser et favoriser une dynamique citoyenne durable.

2ème raison: La lutte contre la misère des enfants implique nécessairement qu’on interroge l’environnement dans lequel ces enfants construisent leur résilience face à ce phénomène. C’est à cet effet que bâtir un environnement sûr et durable constitue une des solutions favorables à l’épanouissement des enfants en situation de pauvreté. De façon plus concrète ce bien-être englobe tous les secteurs de la vie sociale (l’éducation, la santé, la culture, l’environnement, la famille, les interactions avec les hommes, etc….). Le bien-être peut donc être considéré comme un fait social total de part son ancrage multisectoriel dans le développement et l’épanouissement des enfants.
Ainsi donc, assurer le bien-être des enfants en leur garantissant un environnement sûr et durable, c’est s’attaquer même au cancer social de la pauvreté en y impliquant les acteurs locaux dans une logique inclusive et participative favorisant la dynamique citoyenne et collective dans l’amélioration de l’environnement des enfants.

Action, activité :
* Dénoncer toutes sortes d'abus faits aux enfants auprès des pouvoirs publics et inciter tous les acteurs locaux à travers des plaidoyers, à une implication directe et effective dans la lutte contre la pauvreté et la misère, un véritable handicap au bien être des enfants.
* contribuer à l'épanouissement des enfants en leur redonnant confiance, en leur offrant un espace d'expression sur les fléaux qui nuisent à leur bien être, en encadrant les méthodes de résilience qu'ils développent eux mêmes face à  l'extrême pauvreté dans leur environnement (rencontre d'échanges, partage d'expérience, ateliers etc)
* co-construire avec les enfants un environnement sain autour des valeurs et des principes partagés (le vivre ensemble et le faire ensemble) qui permettraient leur bien être d'aujourd'hui et de demain (mobilisation citoyenne dans les institutions scolaires, les quartiers précaires, etc)
* susciter davantage une implication effective de la famille dans le rôle important qu'est de contribuer au bien être des enfants en valorisant le savoir faire familial.

Par Régis D.M., ATD Quart Monde, Haïti

Thème 1

1ère raison : Ce thème semble mieux convenir parce que plus en cohérence avec le 30e anniversaire de la CIDE. Il s’agit d’abord et avant tout de faire en sorte que les droits de l’enfant deviennent une réalité pour tous, donc aussi et d’abord pour les enfants les plus défavorisés, dans un contexte social et environnemental particulièrement difficile.

2ème raison : La seconde raison est négative : choix du premier vient également du fait que je rejette le second. Celui-ci est ambigu. Les enfants de milieux pauvres sont victimes de cette situation. On peut bien sûr tenir un discours visant à souligner que chacun peut – et doit – agir contre la pauvreté. Mais il peut aussi s’inscrire dans la logique de la pensée dominante actuelle, basée sur le mérite : l’enfant qui apprendra à avoir un « bon comportement » s’en sortira. C’est extrêmement dangereux et ambigu. En 1979, pour l’Année Internationale de l’Enfant, le mouvement ATD Quart Monde avait choisi comme thème ou slogan « Le monde me doit l’avenir ». La société est responsable de l’avenir qu’elle offre à ses enfants. Et nous avons à nous battre pour que la société change.

Asociation du refus de la misère d'entraide Tolkaram de Palestine, NourAdine Shehadeh

Thème 1:

« Assurer le bien-être des enfants en leur garantissant un environnement sûr et durable »

Association Al Aljwad, Azzedine et Manal

Thème 1  : 

« Assurer le bien-être des enfants en leur garantissant un environnement sûr et durable »

Raison :
L’enlèvement, maltraitance et viol d’enfants sont devenus une réalité inquiétante ces dernières années en Algérie, ces crimes abjects prennent des proportions dangereuses. Des chiffres effarants sont communiqués régulièrement par les différents services de sécurité. 81 cas d'enlèvement enregistrés à l'échelle nationale et plus de 6 000 enfants ont été victimes de violences durant l'année 2017 dont la violence physique vient en premier lieu avec près de 3 661 enfants, plus de 1130 affaires d'abus sexuels. A ces cas, s’ajoutent les mauvais traitements.10 000 enfants violentés, dont 2000 jusqu’à 3000, soit 20% à 30% des cas, ont subi des agressions sexuelles ont été enregistré en 2018.

La Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme estime qu’environ 200 mille enfants travaillent en Algérie et dont la plupart sont âgés de moins de 16 ans qui est l’âge légal pour exercer une activité rémunératrice en Algérie, précisant que ce chiffre est souvent appelé à la hausse atteignant 600 mille enfants à l’occasion de mois de Ramadan, et environ 400 mille pendant les vacances scolaires saison estivale et récolte des cultures agricoles.

La plupart d’entre eux sont souvent utilisés comme main-d’œuvre dans les décharges sauvages, ils sont surtout présents dans les dépotoirs pour récupérer les objets destinés au recyclage, mettant ainsi leur vie en péril pour la modique somme de 400 DA la journée. Et d’autres enfants derrière les tables de vente de fruits et légumes et de pain dans les marchés ou sur les routes pour soutenir leur famille.

Action, activité :

Des journées de sensibilisation contre la violence et l’enlèvement des enfants en collaboration avec des associations activant dans le secteur des droits de l’enfant (nos partenaires) dans le but de renforcer la prise de conscience des obligations de l'état et de la responsabilité individuelle en matière de condamnation et de prévention de la violence et d'assistance aux enfants victimes par le biais de conférences débats grand public, exposition sur le thème, interventions des psychologues au niveau de la maison de jeune de Naciria.

Présentation de la pièce de théâtre « Stop », une pièce sur le travail illégal des enfants qui sera jouée par les enfants Tapori le 17 Octobre 2019. La pièce sera suivie d'un débat.