Propositions thème 17 octobre 2019

Les deux thèmes suivants sont proposés pour la célébration du 17 octobre 2019. Ces propositions prennent en compte le 30eme anniversaire de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant en 2019:

1 - Assurer le bien-être des enfants en leur garantissant un environnement
sûr et durable

 
2 - Soutenir les enfants pour agir contre la pauvreté

Nous vous invitons à répondre à ces trois questions

Question 1 : Quel thème préférez-vous ?

Question 2 : Quelles sont les deux raisons principales pour lesquelles vous le choisissez ?

Question 3 : En 2019 nous célébrerons aussi le 30° anniversaire de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant. En gardant cela à l’esprit, veuillez nous indiquer une ou deux actions que vous envisagez de poursuivre, mettre en œuvre ou entreprendre pour soutenir ou développer le thème que vous avez choisi en priorité.

-*-*-*-*-*-*

Contexte des thèmes proposés:

L'accent mis sur les enfants dans les thèmes proposés reflète le prochain 30e anniversaire de la Convention relative aux droits de l'enfant (CIDE) https://www.ohchr.org/FR/ProfessionalInterest/Pages/CRC.aspx qui a été adoptée par l'Assemblée générale des Nations Unies en 1989.

La Convention stipule que toutes les personnes de moins de 18 ans (définition de l'enfant), sans distinction de sexe, d'origine, de religion ou de handicaps éventuels, ont besoin d’attention particulière et de protection spécifiques, car les enfants sont souvent les plus vulnérables. Pourtant, dans la plupart des régions du monde, nous continuons d’être témoins d’enfants souffrant de pauvreté, de violence et d’abus, de travaux forcés, de séparations forcées d’avec leurs parents et d’autres graves privations sociales et économiques.

Par conséquent, les thèmes proposés s’efforcent d’aborder la question fondamentale de la protection des enfants, en particulier de ceux qui vivent dans la pauvreté, et de les reconnaître comme agents de changement tout en renforçant leurs capacités. En particulier, les propositions tentent de souligner (a) la nécessité de fournir aux enfants un environnement sûr et durable où ils peuvent atteindre leur plein potentiel ; et b) qu’il est essentiel de soutenir les enfants dans leur capacité d’agir, et de protéger leurs droits fondamentaux, pour mettre un terme à la pauvreté partout dans le monde.

L’accent mis sur les enfants vivant dans la pauvreté offre d’importantes possibilités d’impliquer les enfants et des mouvements dans lesquels ils agissent, tel Tapori, et de mettre en lumière leurs contributions pour mettre fin à l’extrême pauvreté.

Références

Les organismes des Nations Unies suivants examinent ces thèmes en 2019:

• Le Forum politique de haut niveau prendra pour thème en 2019: « autonomiser les gens et assurer l'inclusion et l'égalité »;
• La soixante-troisième session de la Commission de la condition de la femme en 2019 a pour thème prioritaire: « Systèmes de protection sociale, accès aux services publics et infrastructure durable pour l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes et des filles».

71 commentaires pour cette discussion

Mario S., Délégué pastoral social des Jésuites pour l'Amérique latine et les Caraïbes, Pérou

Thème 1
1ère Raison : C'est la responsabilité des adultes seuls d'assurer le bien-être des enfants.

2ème raison : Bien qu'il soit nécessaire d'assurer la participation du secteur de l'enfance qui a déjà une certaine capacité d'action, ce n'est pas aux enfants d'agir contre la pauvreté et aux adultes de soutenir. Cette responsabilité incombe en premier lieu aux adultes.

Actions ou activités :
Je n'ai encore rien prévu. Mais maintenant qu'il me revient d'animer le travail social des Jésuites pour l'Amérique latine et les Caraïbes, j'encouragerai la prise en compte de ce thème dans les actions de cette année et de l'année suivante.
 

Elvira C. Bogota, Colombie

Thème 2:
1ere raison : Au cours des dernières décennies, nous avons constaté que si nous n'avons pas conscience de nos droits, nous ne les utilisons pas à notre avantage, mais pour renforcer les cercles vicieux de la société qui excluent les autres pour atteindre des objectifs destructeurs.
Je pense que le proverbe bien connu est très sage : NE ME DONNEZ PAS UN POISSON, ENSEIGNEz MOI À LE PÊCHER.

2ème raison : Parce que ce que nous avons appris dans l'enfance est enregistré pour nous pour la vie et nous n'oublions jamais les expériences des premières années, qui nous accompagnent toujours et marquent nos réflexions dans la vie adulte.

Actions ou activités
Je contacte des organisations et des groupes qui travaillent avec la petite enfance et pour le moment j'ai été accueillie dans une fondation appelée OASIS www.socialoasis.org, qui est située dans l'une des localités pauvres de Bogota; ils travaillent avec les personnes âgées (grands-parents) et les enfants de différents âges aussi promouvoir les jardins urbains.

Sem C., Commission Nationale contre la pauvreté, Philippines

Thème 2
Raison 1 : Il fait directement référence ou écho au thème du 17 octobre, soit l'élimination de la pauvreté.

Raison 2 : C'est la formulation la plus riche parce qu'elle englobe les éléments thématiques véhiculés dans le premier thème proposé : assurer le bien-être des enfants et des environnements sûrs et durables, qui font nécessairement et thématiquement partie de la responsabilisation et du soutien aux enfants.

Action, activité
Atelier d'art et concours d'art sur le thème choisi ; et dialogues politiques multipartites sur les questions qui touchent les enfants.

ATD Quart Monde Haiti
Plusieurs contributions et opinions. Le thème 1 a plus d’approbation.

Louisamène :
Thème 1 : Lorsqu’on parle d’assumer le bien être d’un enfant d’une façon durable, il faut commencer depuis que l’enfant est tout petit. C’est ensemble avec les parents. Il faut encadrer l’enfant et les parents. Je fais le lien avec le parent et la société qui fait partie de l’environnement.

Joëlle :
Thème 1 : A travers ce thème, je vois une réflexion avec les parents sur ce que cela veut dire d’assurer le bien-être de leurs enfants et de quelle manière ils souhaitent être soutenus.
Thème 2 : le deuxième thème comme un espace pour soutenir l’engagement des enfants : comment on soutient les enfants dans leur volonté de ne laisser aucun autre enfant de côté. Et je vois aussi la possibilité de se mettre en lien avec d’autres mouvements d’enfant. Je suis convaincue qu’on ne fait pas suffisamment confiance aux enfants, on les regarde beaucoup plus comme des personnes à éduquer que comme des acteurs capable de changer le monde !

Carl :
Thème 1 : Je vois un certain engagement de la part des parents pour qu’ils puissent garantir un avenir meilleur pour leurs enfants. Lorsqu’on parle d’une environnement sur et durable, je vois qu’on parle de sécurité pour les enfants vis à vis de l’environnement. Assurer le bien être des enfants garantira la sécurité de toute la société.
Là il y a tout un engagement aussi. Il faut motiver l’enfant parce que l'environnement de chaque enfant doit assurer l’avenir de chacun pour qu’il puisse avoir une profession, soit capable de penser, de s’engager.

Mogène :
Le thème 1 pose un problème de base. Comment construire cet environnement propice pour accueillir ces enfants ? Est-ce que l’environnement sur et durable existe vraiment ? C’est toute une démarche pour arriver à construire cet avenir. Cela demande beaucoup d’engagement. Comment toute organisation, toute personne dans la société peut être sensibilisée sur cette question ? Je vois en particulier l’Etat. "La destruction demande la participation de tout citoyen, mais il faut aussi l’Etat." Ce thème fait appel à tout citoyen.
Thème 2 : Nous sommes devant un constat : les enfants sont là, comment pouvons-nous les soutenir, s’engager avec eux pour que nous puissions agir contre la pauvreté ?

Jacques :
Thème 1 : Il y a des éléments du bien être qui ne dépendent pas seulement des parents mais de la société. Lorsqu’on parle de projets pour la vie des enfants, les projets doivent être faits ensemble avec les enfants.
Thème 2 : Nous manquons de faire confiance aux enfants, il faut qu’ils participent suivant leur niveau de compréhension, c’est comme cela que l’on construit une autre mentalité pour qu’ils contribuent à la construction du bien être.

Yanick :
Thème 1 : ce thème évoque le fait que tout le monde doit veiller sur les enfants, la société a un devoir vis-à-vis d’eux. Il n’y a pas d’enfant supérieur à un autre : ils n’ont pas tous les mêmes conditions de vie mais fondamentalement ils ont les mêmes droits. Le premier thème parle à toute la société.
Thème 2 : Avec le second thème, on peut soutenir les enfants pour prendre la parole.

Roseline :
Thème 1 : pour un thème qui s’adresse à la société, il me parle plus. Il a un caractère universel et fondamental, il est plus pertinent pour les enfants plus vulnérables.
Thème 2 : Le second thème me semble limitatif pour un 17 octobre. Et puis on peut comprendre qu’il dédouane les adultes de leurs responsabilités : il met en évidence le fait de soutenir les enfants dans la lutte contre la pauvreté et il ne met pas assez en évidence la responsabilité directe des adultes. Finalement, il met beaucoup sur les épaules des enfants.

Actions, activités
Dans les actions du mouvement, on pense à l'action Bébés Bienvenus. Nous tenons compte de la stimulation des enfants, et en plus nous conseillons les parents dans la formation que nous faisons avec eux. Nous portons aussi un encadrement dans une partie santé. Si je prends l’avenir durable, nous permettons aux gens de vivre ensemble (tous ceux qui participent) et c’est ainsi qu’on parle d’action communautaire. Et ces conseils que les parents apportent à leur voisinage.
D’une façon concrète, nous rejoignons les gens dans un ensemble plus large au niveau de la société. Ce n’est pas seulement un petit côté où tu fais une action.

Il y a aussi les bibliothèques de rues, et la pré-école. Ces activités permettent aux enfants d’être ensemble, de savoir qu’ils sont égaux et qu’ils ont leur place dans la société. Ils sont appelés à être des hommes de demain. Avec les actions concrètes que nous faisons avec eux, cela peut susciter l’engagement d’autres acteurs de la société.

Pilar J., ATD Quart Monde, Lima, Pérou

Thème 2
Il me semble qu'il s'agit d'une phrase plus concrète sur l'objectif que l'on veut atteindre, à savoir soutenir pour agir ensemble.

Actions ou activités :
Par les bibliothèques de rue que nous avons à Lima les jeudis et vendredis. Grâce à cette action, je pense que nous pouvons développer l'objectif.

Nous voulons aussi nous coordonner avec les différentes écoles où les enfants étudient afin de commémorer le 17 octobre.
 

Beatriz M., ATD Quart Monde, Mexique

Thème 2 :
-Cela place tout le monde en tant qu'acteurs : les enfants en tant qu'acteurs d'un monde meilleur et les adultes en tant qu'acteurs pour soutenir les enfants.
Cela mobilise d'une manière un peu nouvelle : que dois-je faire pour soutenir les enfants autour de moi afin qu'ils puissent aussi agir ?

Cependant, je serais enclin à créer un slogan positif, plutôt que "contre", en faveur de quelque chose comme : soutenir les enfants pour agir en faveur d'un monde sans pauvreté.

Ce serait ma contribution à la réflexion.

Merci beaucoup et beaucoup d'encouragements !

ATD Quart Monde Nouvelle-Orléans, Etats-Unis
Plusieurs réponses, d'adultes et d'un enfant

Thème 1         
Raison : "Eh bien, la première chose qui me vient à l'esprit est la discipline ; discipliner un enfant. Mme D. connaît le cas d'une femme dont la sœur a emmené la fille de la femme à une fête sans sa permission. Quelqu'un à la fête a pointé une arme sur la tête de la petite fille et lui a tiré dessus. Il y a trop de dangers. Mardi Gras et d'autres choses du genre, elle n'a jamais rien fait de tout cela parce qu'elle voulait assurer la sécurité de ses enfants.

Thème 1
Raison : "Chacun doit faire sa part. La société devrait avoir la responsabilité d'aider les enfants par opposition à les soutenir à le faire." Parce que tout le monde doit faire quelque chose pour assurer la sécurité des enfants.

Thème 1
- J'aimerais que nous mettions l'accent dans cet effort et dans les efforts futurs sur l'inclusion du plus grand nombre possible de personnes afin de participer à la réussite du mouvement. Cela inclurait les enfants et les parents de ceux qui vivent dans l'extrême pauvreté, les enfants et les parents qui s'efforcent d'en apprendre davantage sur le mouvement et qui cherchent à écouter et à apprendre comment ils peuvent participer aux efforts d'ATD.

 - Le thème semble s'orienter vers des objectifs concrets et viables découlant de la célébration du congrès et de la célébration du 17 octobre. De plus, cela semble nous relier à un thème mondial qui peut être en cours dans de nombreux pays.

Thème 2 (enfant de 13 ans)
L'enfant a dit qu'il serait bon de réunir les enfants dans une place publique pour réfléchir ensemble à la façon de surmonter la pauvreté.  Puis il a partagé une rime qu'il n'a pas inventée, je crois : L'équipe ensemble fait le rêve ensemble.

Action, activité:
Une personne a dit avoir l'intention de faire connaître le plus largement possible les événements entourant le 17 octobre.

ATD Quart Monde, Ile de la Réunion
Chaque personne a donné sa préférence et les raisons pour ce choix. 

Thème 1
Le thème 1 : Les familles sont très soucieuses du bien-être de l’enfant. Pour moi un enfant qui est à la rue, où il n’est pas stable, ne peut pas apprendre.
Le thème 2 : Il faut aller dans les lycées, les collèges pour en parler.

Thème 2
On vit dans un département où il y a un grand pourcentage d’enfants. « Agir sur la pauvreté » : il faut qu’on reste là-dessus. Il nous faut Agir, Soutenir, Guider, faire de la Prévention, pour casser le maillon de la chaîne de la pauvreté et changer le regard de la société.

Thème 2
Le mot « bien-être » me gêne : certains mots sont passés dans un langage et une réalité. Bien-être peut rimer avec sauna et jacuzzi.
« Soutenir », c’est plus direct. Il y a des mots très forts dans le thème 2 : soutenir, agir, contre la pauvreté.
Que les enfants arrivent à dire par leur pensée. Avoir le souci d’inviter. Les enfants hésitent, mais en les soutenant, on amène les enfants à dire leur vie. Soutenir et agir donnent le sens du 17 octobre. Les enfants nous amènent toujours aux adultes. Ils nous amènent à d’autres cercles d’épanouissement.

«En leur garantissant un environnement sûr et durable. »
Cette phrase peut aller à l’encontre des enfants car retirer les enfants de leur famille n’est pas la solution. On pense aux enfants mais il faut toujours que ce soit dans le respect des parents.

Pour moi, le mot 'pauvreté' est trop large, ne devrait-on pas parler « de grande pauvreté » ? Dans la lignée des droits de l’homme de l’année dernière, je dirais : « soutenir les enfants tout en respectant les droits et la dignité de leurs parents. » 
Si on soutient les enfants, tout en manquant de respect à leurs parents, ça ne peut pas marcher. Ça peut être au niveau de l’école, du logement ou autre. Si on ne respecte pas les parents, on ne soutient pas l’enfant. Il faut que le thème soit clair pour tout inconnu qui passe et lit la banderole.

Thème 2
On ne peut pas attendre que tous soient dans une situation de « bien être » optimale. Chaque enfant vivant la grande pauvreté, là où il vit, quelque soit son combat de chaque jour peut être un acteur dans la lutte collective, avec d’autres, de part sa vie. Nous, nous arrivons comme tuteur pour soutenir, aider à la parole.
« Assurer le bien-être » me semble plus être tout leur donner et je ne ressens pas la dimension « active » de leur part. C’est aussi par eux qu’on peut changer les regards.

Pas de choix
Thème 1- Il faut leur assurer un logement décent, leur garantir la santé. Il faut garantir cela aux parents, sinon les enfants vont en pâtir. A la Réunion, on voit ça, mais ailleurs dans le monde aussi.
Thème 2- « Soutenir » : le mot me gêne, je ne sais pas comment aller là-dedans. Soutenir peut-être dangereux : ce qui est bon pour nous, n’est pas forcément bon pour eux.

Le fait qu’on parle des enfants sans famille me gêne beaucoup.
Cela peut sous-entendre un désengagement des adultes, et qu’on laisse agir les enfants. Alors qu’on sait que les enfants là où ils vivent combattent la pauvreté. Il n’y a pas cette dimension d’agir de notre part.

Pfarrerin Annette R, f.i.t Projekt „Sichtbar, aber auch nicht stumm, Allemagne:

Thème 2
1ère raison : C’est plus court.
2ème raison : J’ai travaillé dans le secrétariat Tapori pendant 3 ans (1996-1999), et j’ai d’expérience de proposer Tapori aux enfants en Allemagne.

La traduction allemande du thème 2 (ainsi que la version anglaise) va au-delà de ce qu’on peut s’attendre des enfants. « en finir avec la pauvreté » / « to end poverty » / « Armut beenden » serait peut-être une mission pour au moins toute une génération avec laquelle elle pourrait commencer dans l’enfance, mais son accomplissement demanderait toute une vie.
« Soutenir les enfants pour agir contre la pauvreté » est davantage à la hauteur des enfants. Je traduirai : "Kinder befähigen, etwas gegen Armut zu tun".

Activités, actions
-Le 17 octobre 19 (un jeudi), une commémoration comme dans les dernières années aura probablement lieu. Pour la préparation, on est lien avec une école spécialisée.
Peut-être on pourrait déjà coopérer avec cette école dans la préparation d’un culte à l’église protestante de notre ville au mois de juillet.

Aminatou.S, Mauritanie.

Thème 2 :

Améliorer les conditions de vie des enfants en assurant :

  • Un enseignement de qualité pour un meilleur épanouissement ,
  • Une formation de qualité pour les enfants en rupture scolaire,
  • Un accès aux soins,
  • Un environnement sain et prospère pour mieux les protéger.

Actions ou activités :

  • Organiser d'une semaine de sensibilisation au profit des familles et des autorités pour une meilleure prise de considération aux enfants vulnérables,
  • Créer un foyer des enfants pour mieux les entendre
  • Plaidoyer au niveau des autorités pour l'allègement des procédures d’État civil et prise en charge des enfants nés hors mariage.