Lutte contre le changement climatique : pas sans ni contre les pauvres

Tout le monde reconnaît que la lutte contre la grande pauvreté et la lutte contre le changement climatique sont liées.

Les populations les plus pauvres sont celles qui subissent le plus les conséquences des dérèglements climatiques (alors que leur empreinte écologique est la plus faible).

Mais on a moins conscience qu'elles sont parfois aussi les victimes des mesures prises pour lutter contre le réchauffement.

Qu'en pensez-vous?
Faites nous part de vos expériences,

de vos réflexions en laissant votre commentaire...

( ou en nous l'envoyant par courrier électronique ou postal )

15 commentaires pour cette discussion

Merci pour ces exemples et opinions. Je me trouve aujourd'hui (08/12) comme observateur à la COP21 à Paris et je ne manquerai pas de partager cela avec les interlocuteurEs que je croiserai!

Franchement, c'est une catastrophe. Et le drame c'est qu'à chaque fois au cours des conférences écologiques, les dirigeants des pays pauvres ne donnent pas souvent de la voix et se plient aux décisions de ceux qui sont responsables de cette situation. Je pense sincèrement que ces pays qui subissent devraient se lever comme un seul homme afin de dire non à des résolutions qui ne les arrangent plus.

"Une catastrophe naturelle comme l'ouragan Katrina a été l'occasion pour l’État de mettre en oeuvre leur plan machiavélique en poussant davantage les personnes pauvres hors de la Nouvelle-Orléans. Un sénateur a dit : les appartements que nous n'avions pas pu démolir, Dieu l'a fait pour nous."

Maria Victoire, États Unis

"Dans le cas du Pérou, 142 des 215 conflits sociaux reportés par le Défenseur du Peuple en août de cette année, avaient pour origine des problèmes liés à l'environnement (...) Ces conflits se concentrent dans les régions les plus pauvres, lesquelles dépendent d'une agriculture d'auto consommation, qui est la plus affectée par les effets négatifs du changement climatique."

Alberto Ugarte Delgado, Pérou.

"Il y a encore quelques années un paysan camerounais pouvait vous dire avec exactitude que la saison des pluies commençait en août pour s'achever en novembre et la saison sèche allait de la mi-novembre à la mi-mars. De nos jours on attend indéfiniment les pluies."

Blaise Ndeenga, Cameroun