2016-2017 : Mobilisation exceptionnelle

2016 et 2017 seront deux années particulières pour celles et ceux qui rejoignent résolument les efforts des plus abandonnés pour se libérer de l'emprise et de la violence de la misère. 

L'année 2016 préparera la mobilisation mondiale qui marquera l'année 2017, une année jalonnée par deux dates significatives : le 30ième anniversaire de la Journée mondiale du refus de la misère et de l'Appel gravé, le 17 octobre 1987, sur la Dalle en hommage aux victimes de la misère ; et le centenaire de la naissance, 12 février 1917, de l'homme qui en est le fondateur, le père  Joseph Wresinski.

Cette mobilisation mondiale vous concerne, vous, correspondants et amis du Forum du refus de la misère qui célébrez avec intensité et créativité le 17 octobre puisque son ambition est que les engagements quotidiens des uns et des autres s'ancrent dans les racines et la signification du 17 octobre, pour que le "devoir sacré" de s'unir se répande toujours plus dans notre monde, jusqu'aux coins les plus reculés.

Dans le cadre de cette mobilisation, les thèmes pour la célébration du 17 octobre sont exceptionnellement envisagés sur deux années. Les consultations menées ont recueilli un avis favorable pour les thèmes présentés ci-dessous, dont la formulation pourrait encore légèrement évoluer   :

2016 :

De l'humiliation et de l'exclusion à la participation :
Réaliser les Droits de l'Homme pour tous

 - et pour  2017 :

Répondre à l'Appel du 17 octobre 1987 :
Rompre le silence sur la violence de la misère

A la lumière de vos expériences, accepteriez-vous de partager
votre compréhension de ces thèmes, de les commenter ?
Quelles réflexions vous inspirent-ils ?
Font-ils écho à  ce que vous vivez, à  ce que vivent
les personnes et communautés avec lesquelles vous êtes engagées ?

 

Vos apports contribueront à  enrichir la note explicative qui, chaque année, accompagne et développe le thème retenu.

D'avance merci.

L'Equipe du Forum du refus de la misère

5 commentaires pour cette discussion

Merci pour l'occasion qui m'est offerte pour apporter une contribution à la journée du 17 octobre 2017.
Quand on dit : Refus de la misère, il faut par là comprendre que la personne concernée doit en première avoir la foi et la confiance en soi.  Nous, personnes handicapées vivant en milieu rural dans le village de Sepp en République du Cameroun sont un exemple.
Pour lutter contre la misère que nous vivons en milieu rural, nous avons pensé qu'il fallait tout d'abord former un groupe.
Notre groupe a pour nom: Handicapés Producteurs d'Huile de Palme "HANDIPROPALM". Ce groupe a pour mission, de promouvoir les emplois pour personnes handicapées vivant en milieu rural.
Notre choix: la production des plants palmiers en pépinière, la création des petites palmeraies, la production d'huile de palme, la fabrication du savon artisanal et la promotion de l'épargne et crédit.

A ce jour, notre groupe encadre 19 personnes handicapées du village, parraine les enfants des parents handicapées en payant les frais scolaires et fournitures, collecte l"épargne et accorde des petits prêts aux habitants du village de Sepp, fabrique le savon de ménage en morceau, poudre et liquide.

Nous allons sensibiliser nos frères handicapés des villages voisins pour suivre notre exemple. Nous lançons un appel à toutes les personnes handicapées vivant en milieu rural en Afrique de se regrouper pour combattre la misère la main dans la main. LA FOI ET LA CONFIANCE SONT LES ARMES QU'UTILISE CELUI QUI VEUT COMBATTRE LA MISERE.

Nous sommes prêts à partager notre expérience en matière d'emploi des personnes handicapées vivant en milieu rural.

Contact: likabasobesepp [at] gmail [dot] com Dieudonné Mengela Handipropalm Cameroun

le theme: Rompre le silence sur la violence de la misère
Les 95% des Africains vivent dans des conditions de grande pauvreté et d’insécurité. D’autres sont des citoyens qui sont engagés dans une démarche de solidarité à leurs côtés.
Nous disons que les personnes très pauvres comme celles qui commettent elles-mêmes des violences, contre lesquelles la société doit se protéger, oubliant qu’elles sont les premières victimes de violences quotidiennes.
Quand le continent africain prône la politique politicienne au détriment de la politique de développement, la violence  nait et provoque la pérennité de la  misère. Quand on parle de la misère ; on fait allusion à la discrimination ; à la marginalisation des couches issues de la paupérisation juste à cause de leur origine sociale ; ses derniers subissent des violations de leurs droits répétées, culpabilisées de ne pas réussir quand les projets qui leur sont destinés ne correspondent pas à leur situation.
Et les conséquences directe c’est l’indépendance des enfants de 5 voire 6 ans qui sont laissés pour compte par leurs parents. Ses enfants deviennent des enfants sans éducation ; se familiarisent avec la rue ; les vidéos club ; les bars dancing et peu à peu se dopent des germes de la délinquance ; du vol d’où l’insécurité sociale avec les générations présent et futur.
l' Association MJDF-TOGO
le President Sename KPELLY- GODZO

Vraiment je tiens à remercier tous les animateurs de ce forum et profite de cette occasion pour nous demander, de ne pas laisser dormir ce Forum de discussions.
J'ai un projet de construction des salles de cinéma dans les villages les plus démunis et reculés afin de leur faire vivre et surtout leurs mettre au même niveau d'information de ce qui se passe dans le pays et dans le reste du monde.
Si possible, je leur ferai vivre en direct respectivement le cinquantenaire d'anniversaire du père fondateur et le 30ième anniversaire de la Journée mondiale du refus de la misère et de l'Appel gravé, le 12 février et le 17 octobre prochain. Agissons tous pour la dignité, et refuser la misère.
Je vous remercie.
Gnimavo Mawugnon

Chers amis,
Merci beaucoup pour cette importante information qui nous est donnée. Ceci va nous permettre de mieux nous préparer pour célébrer le 17 octobre prochain. Par ailleurs, je ne manquerai pas de faire les commentaires nécessaires...
Dieudy Makano
Compagnon D'action Pour Le Developpement Familial
CADF-ONGD

CONTRIBUTION DE CADF-ONG

THEME I: 

« De l’humiliation et de l’exclusion à la participation : Réaliser les droits de l’homme pour tous »

Les termes humiliation et exclusion font toujours penser à la domination, à la honte, à l’esclavagisme, à la sous-estimation, à l’écrasement d’un groupe social par l’autre, au manque de dignité et de valeur dans la société. Ils s’appliquent à une frange donnée de la population, marginalisée ou déconsidérée pour telle ou telle autre raison.

L’humiliation et l’exclusion retracent la situation dans laquelle se trouvent des hommes et des femmes qui n’ont aucun droit ni à la parole ni à une représentation quelconque ni à jouir d’un quelconque avantage qui pourrait leur revenir et ou qui ne leur est pas reconnu...

Pour lire la suite de la contribution

Nous disons un grand merci pour la mobilisation exceptionnelle de 2016 et 2017. Dans notre pays la pauvreté prend plusieurs formes dans la vie quotidienne.
L'humiliation et l'exclusion désignent la souffrance humaine dans le sens que l'humiliation donne le tableau d'une situation de manque d'argent, de logement, d'habillement, de l'essentiel pour répondre aux besoins de la vie courante.
Dans cette situation de l'humiliation la dignité de l'homme est au rabais car la société humaine n'envisage pas l'amélioration des conditions socio-économiques. Ici, l'homme politique ne parle jamais du pouvoir d'achat des fonctionnaires et de l'ensemble de la population. Nous avons toujours de grands projets en faveur des riches.
Ainsi, l'humiliation entraine automatiquement l'exclusion dans une communauté, dans un groupe des personnes humaines. L'exclusion ne permet pas aux pauvres de prendre la parole publiquement pour revendiquer leurs droits.
L'exclusion est vraiment un clivage entre les riches et les pauvres, entre les gouvernants et les gouvernés.
La prise de conscience est une étape pour passer de l'humiliation et l'exclusion à la participation. Réaliser les droits de l'homme pour tous veut dire que tout homme a le devoir de contribuer aux respects des droits fondamentaux. Les droits de l'homme ne sont pas l'affaire seulement des politiciens mais un problème qui concerne  l'ensemble de la société.
La mobilisation exceptionnelle est une occasion pour chacun de nous de s'interroger pour savoir comment réaliser les droits de l'homme dans la vie de tous les jours.

Musoko Mbuyi Patrice
Président
Association des consommateurs des produits vivriers. (RDC)