Une bibliothèque aux portes ouvertes sur le monde
usa-bdr.jpg

La bibliothèque du Centre Communautaire Thoreau est la seule bibliothèque publique dans un rayon de 50km de l'Agence de l'Est Navajo. Peu à peu, elle peut devenir un excellent complément au Bibliobus de la Bibliothèque d'État, qui s'arrête dans la zone une fois par mois.

«Une bibliothèque n'est pas un luxe mais une des nécessités de la vie.»
Henry Ward Beecher

Une scène d'un documentaire me vient clairement à l'esprit comme un moment d'humanité fondamental et universel qui vous laisse sans voix. Un journaliste, voyageant à travers les Etats-Unis, traverse la nation Navajo. Il rencontre une jeune mère vivant avec sa famille dans une zone isolée, sans électricité ni eau courante, sans emploi et sans possibilité de changer sa situation. Il demande : «De quoi avez-vous le plus besoin dans votre communauté?»La jeune femme, digne, lasse, qui sait de quoi elle parle, répond dans un soupir : «une bibliothèque.»

C'est exactement ce que le Centre Communautaire offre aujourd'hui. Leur but est de «susciter l'espoir, la joie et le progrès» dans une région marquée par le suicide des jeunes. Il le fait tous les jours grâce à des cours d'informatique, des cours de flûte traditionnelle, l'accès gratuit à Internet, ainsi que par le programme pour les jeunes «après l'école», pour n'en citer que quelques-uns. Et quelle meilleure façon de susciter l'espoir, la joie et le progrès que la libre circulation des connaissances, des idées et de l'expérience que les livres peuvent apporter ? A peine trois mois plus tôt, les jeunes pouvaient parcourir une trentaine de livres; aujourd'hui, ils peuvent choisir entre 3000 titres avec lesquels s'évader, voyager, questionner, sentir, apprendre et être inspirés.

La bibliothèque s'est créée comme une «soupe aux cailloux» moderne. Des collectes de livres ont été organisées dans tout l'État. Des dizaines de personnes, des bibliothèques, des friperies et des institutions ont fait don de livres. Des coussins ont été cousus pour fournir un endroit confortable pour s'asseoir. Des bénévoles ont trié, réparé et étiqueté les livres. Des bibliothécaires de la région ont fourni un soutien précieux. Les résidents ont contribué avec leur véhicule et leur essence au ramassage des dons.

Un tel dévouement, de tels efforts de la part de tant de gens pourraient sembler excessifs si l'on considère qu'une bibliothèque est un «luxe»; mais si vous concevez une bibliothèque comme «l'une des nécessités de la vie», alors cette initiative prend un sens nouveau. Elle est comme un effort collectif  ambitieux pour fournir à une communauté sans beaucoup de ressources - et en particulier à sa jeunesse - une porte ouverte aux multiples formes de connaissance et de
richesse que le monde a à offrir.

Karen S., États-Unis

Extrait de l'article original en anglais : a library opens doors to the world