Un grand trésor
photo_livret.jpg

Au mois d’août 2021, le Centre International du Mouvement ATD Quart-Monde près de Paris a accueilli un couple d’Allemands, Manuela et Charly Wendt, qui apportait un grand trésor. Voilà son histoire :
Le 30 mai 1992 à Berlin, à l‘occasion de l‘inauguration de la réplique de la Dalle commémorative, les familles du Quart-Monde de Munich et Dachau avaient confectionné un livre d’or. L’initiative doit beaucoup à Madame Wendt, illustratrice et l’une des participantes à la confection de ce livre, qui a été très motivée :  « Où que tu sois, que tu sois riche ou pauvre, fais ce qu’il y a à faire avec toute ta force
« Nous voulions que ce livre soit une invitation, pour tous ceux qui adhèrent au texte de la Dalle commémorative, à témoigner de leur solidarité avec les plus pauvres et les plus défavorisés. Nous avons acheté ce livre dans une imprimerie locale. Le responsable de l’imprimerie m’a donné le matériel pour mettre le logo d’ATD sur la couverture.[…] Beaucoup de pages sont écrites à l’encre et à la plume. […]  Moi, j’ai écrit à la main entre autres, le texte de la dalle ». « Nous avions pris l’habitude de nous retrouver en groupe pour chercher ce qu’on devait y mettre et comment on devait le réaliser. Chaque année, une délégation était constituée pour porter ce livre d’Or à chaque cérémonie, afin d’inviter chacun à écrire et à témoigner de sa solidarité avec les plus pauvres. »
« Nous n’avons pas pérennisé seulement des 17 Octobre à Berlin dans ce livre, mais aussi d’autres événements du Mouvement, comme la rencontre avec le secrétaire général à l’ONU de l’époque, Monsieur Boutros Boutros Ghali, à laquelle Charly Wendt et d’autres militants du Mouvement à Munich ont participé. » (en juin 1996 à Genève)

Beaucoup de personnes ont signé ce livre d’Or et y ont mis des messages importants, mais aussi de beaux dessins. Comme cette image et ce message réalisé lors de l’inauguration, le 30 mai 1992 : « Image ineffaçable. Journée inébranlable. Je porte ma pensée aux familles de Munich qui se sont investies dans cette grande action. Christian Veit, objecteur-volontaire à Munich. » 

Dessin avec message

On a souvent fait de la linogravure. Ce fut le cas lors d’un témoignage à l’occasion de l’Université Quart-Monde Munich, en 1993, « Avec cette linogravure, nous voulons exprimer que nous voulons partager le pain avec tous sans différence de race. Chacun doit avoir l’occasion de donner et de prendre en confiance ». Mme Miler a dit : « nous nous engageons dans le Quart-Monde pour que tout le monde ait une vie digne que ça soit noir, blanc ou Asiatique. Nous nous sentons liés à tous les pauvres du monde.  ». Mme Wendt a dit : « Nous ne voulons pas que chacun tire ou essaye de tirer, d’avoir le plus grand morceau, mais chacun partage de manière juste pour que chacun reçoive un morceau égal ». C’est à partir de là que l’idée de cette image est venue.

Un pain entouré de mains et de visages de personnes du monde entier

Ensuite, pendant l’Université Populaire, nous avons montré cette linogravure aux autres pour qu’ils puissent dire ce que cette image signifie pour eux. « Le 17 octobre 1996 nous la délégation de Munich avions posé sur la Dalle une couronne que nous avons confectionnée nous-mêmes. La couronne était un symbole de nos liens amicaux. Les herbes, les feuilles et les fruits ont été rassemblés par nous tous. »

La coronne

Chaque année, nous choisissions une délégation pour aller à Berlin pour le 17 octobre et chaque année, le livre était enrichi de nouvelles contributions. Le dernier message date de 2001. « Après 2001 ce livre est resté 20 ans dans mon salon. Il y a un an et demi, Mme Annette est venue nous voir pour retrouver des témoignages sur le 17 octobre en Allemagne. C'est à ce moment-là, que je me suis rappelée de ce grand trésor. Nous discutions et je me suis rendu compte que la meilleure place pour ce livre ce n'est pas dans mon salon mais au Centre International Joseph Wresinski à Baillet » partage Madame Wendt. Aujourd’hui ce livre y est déposé. « Je voulais partager ce livre au public pour qu'il soit lu et qu'on travaille avec et pour que viennent des meilleurs temps. » conclut-elle.

Mme. Annette, Allemagne