Un Centre de jeunes pour un avenir meilleur
photo-mati.jpg

MATI est une ONG qui travaille au nord du Bangladesh depuis 1997. Son but est d’unir toutes ses forces humaines, ses énergies et son amour dans le combat universel contre la pauvreté et pour une vie où tous les humains seront reconnus dans leur dignité. Voici des nouvelles de l’ouverture de leur Centre pour les Jeunes.

Le développement commence à notre porte. MATI a le souci depuis longtemps d’intégrer dans son travail les personnes habitant à Sankipara (environ 30 000 habitants). Au milieu des immeubles des riches, habitent beaucoup de pauvres dans des huttes de bambou et de tôle ondulée qui poussent comme de la mauvaise herbe.

Il n’y a pas beaucoup de possibilités de formation pour les jeunes vivant dans la pauvreté car peu d’entre eux ont terminé leurs études. Ceux qui veulent un « apprentissage » travaillent généralement pour le propriétaire d’une boutique où, au début, ils ne sont pas payés. À cause de leur manque d’éducation et des obstacles bureaucratiques associés à une corruption très répandue, les pauvres ont du mal à accéder aux services sociaux et à ceux de l’ État. Ils ont ainsi peu de
chance de surmonter leur pauvreté. Il ne reste aux garçons que le travail de laboureur, de conducteur de pousse-pousse ou de portefaix. Quant aux filles qui ne veulent pas aller travailler dans les grandes usines textiles de la capitale, il leur reste le travail de domestique ou les petits boulots à la maison.

À Sankipara, nombreux sont les jeunes au chômage qui traînent dans les rues sans aucun projet. Dès 2008, MATI leur a fait des offres d’activités et a obtenu leur participation. Dans des groupes de discussions ils ont exprimé leurs idées pour le Centre : avoir une bibliothèque, apprendre à se servir d’un ordinateur, lire des journaux et jouer à des jeux de société, organiser des événements récréatifs car rien ne leur est proposé. Cela intéresse aussi les filles qui pourraient se rendre dans un tel centre sans que les parents s’inquiètent pour leur sécurité.

Ce projet s’est réalisé en avril 2014, avec le soutien d’une organisation de développement basée en Allemagne, spécialisée dans le logement social. Nous voulons qu’il soit un lieu de rencontre et d’apprentissage pour les jeunes de différentes religions qui cherchent un avenir. L’éducation doit répondre à des besoins spécifiques, des « compétences de vie ». Elle doit créer les outils fondamentaux pour affronter la vie : l’aide dans l’apprentissage du travail et dans la recherche d’un emploi. Elle doit aborder des questions importantes telles que : « Que puis-je faire différemment ? Où puis-je mieux faire dans ma vie ? Que veut dire prendre des responsabilités ? Comment gérer la déception ou la frustration ? » D’autres sujets sont importants tels les droits de la femme, les changements climatiques, la protection de l’environnement...

Andrea R., MATI, Bangladesh

Mots clés :