Qu'avez-vous à nous dire?
liban-site.jpg
Lettre aux Amis du Monde numéro 82

Les crises financières, environnementales et sociales, qui secouent notre monde ont des conséquences très graves pour les personnes vivant dans les lieux les plus déconsidérés de notre planète. Elles en paient le prix fort chaque jour : leur accès aux droits recule et en même temps la suspicion à leur égard augmente. Leurs efforts pour survivre et rester solidaires leur sont même reprochés. Elles sont aussi souvent accusées de dégrader l’environnement. Les impacts de ces crises dans la vie des populations les plus pauvres sont méconnus et les politiques qui sont décidées pour en corriger les effets ne sont pas réfléchies avec elles.

Ainsi, n’est pas pris en compte ce que nous apprennent sur l’écologie des familles obligées de vivre dans des habitats précaires sous les ponts, aux bords des ravines ou près des décharges, redonnant une utilité à ce que d’autres ne veulent plus. Comme est ignoré ce qu’ont à nous dire sur le développement durable les habitants d'un quartier qui résistent ensemble pied à pied aux inondations permanentes, la pioche à la main.

Qu’ont-ils à nous dire sur l'activité humaine, les petits marchands qui assument tous les risques en vendant dans la rue sans aucune assurance face aux risques de vol, d'intempérie, d'impossibilité de vendre ? Et les chômeurs de longue durée, qui n'apparaissent plus dans les statistiques de certains pays, mais qui continuent de refuser que leurs mains soient inutiles, qu’ont-ils à nous apprendre sur une économie qui permettrait à tous les travailleurs d'être fiers et de pouvoir nourrir leur famille ?

Si pour prendre le cap d’un développement qui n’oublie personne, nos sociétés prenaient comme repère toutes ces familles qui, au cœur de l’urgence de la misère, réclament d’être soutenues dans leurs efforts et dans leurs projets pour
ouvrir un avenir à leurs enfants à travers l’école, la santé, le logement, la culture, elles initieraient des politiques nouvelles. Elles choisiraient enfin d’investir dans la croissance de notre vraie richesse, en permettant à chaque enfant, chaque jeune, chaque adulte de développer toutes ses potentialités pour construire le monde de tous, avec tous. Pour relever ce défi, chers amis correspondants du Forum du refus de la misère, vous avez une connaissance et une vision à partager.

Isabelle Perrin,
Déléguée générale du Mouvement international ATD Quart Monde