Principes Directeurs : Extrême Pauvreté et Droits de l'Homme
onu-ag.jpg

Le 27 septembre 2012, les Principes directeurs «Extrême pauvreté et Droits de l’Homme» ont été adoptés par le Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies. Les États membres affirment que l'éradication de l'extrême pauvreté n'est pas seulement un devoir moral mais aussi une obligation légale, à travers les lois existantes sur les Droits de l'Homme.

Magdalena Sepúlveda a été choisie comme Rapporteure spéciale des Nations Unies sur l’extrême pauvreté et les Droits de l’Homme en 2008 et a décidé de faire de ces Principes une grande priorité de son mandat. Leur objectif est de fournir des orientations sur la manière de respecter les Droits de l'Homme dans la lutte contre la pauvreté. Ils sont mondiaux et affirment que l'extrême pauvreté est un phénomène qui affecte tous les pays.

Quand on lui demande comment des personnes très pauvres ont été impliquées dans le processus, Magdalena Sepúlveda répond: «il est juste de dire que la situation des personnes qui vivent dans la pauvreté a été le principal déclencheur de l'idée qu'il fallait que les Nations Unies créent ces Principes. N'oublions pas que Joseph Wresinski lui-même a poussé les Nations Unies à créer des mécanismes qui protègent les droits des personnes vivant dans l'extrême pauvreté».

De fait, en 1982, ATD Quart Monde a lancé une pétition pour que les Nations Unies reconnaissent la misère comme une violation des Droits de l'Homme, récoltant 300 000 signatures qui ont été remises au Secrétaire général de l'époque.
Elle poursuit : «ATD Quart Monde et d'autres ONG ont été consultés sur différents avant-projets, jouant un rôle clé pour garantir que les voix des pauvres seraient entendues dans ce processus. Je dois dire que, pour moi, les contributions formelles et informelles des personnes vivant dans la pauvreté ont été essentielles. Les personnes vivant dans l'extrême pauvreté sont souvent négligées par les responsables politiques, les fournisseurs de services et les autres. La faiblesse de leur poids politique, de leur capital social et financier et leur situation d'exclusion sociale les maintient dans une partie presque invisible de la population».
Elle conclut : «La prochaine étape est de faire connaître ces Principes directeurs pour qu'ils soient mis en oeuvre au niveau local et international. Nous devons travailler tous ensemble afin de garantir que l'agenda pour l'après-2015 sur les Objectifs du Millénaire pour le Développement tienne vraiment compte de la voix des plus exclus de nos sociétés. »

Le texte complet des Principes Directeurs : Extrême pauvreté et  Droits de l'Homme est disponible dans les langues suivantes :

Français : http://www.ohchr.org/Documents/Issues/Poverty/A-HRC-21-39_fr.pdf

Anglais : http://www.ohchr.org/Documents/Issues/Poverty/A-HRC-21-39_en.pdf

Espagnol : http://www.ohchr.org/Documents/Issues/Poverty/A-HRC-21-39_sp.pdf

Arabe : http://www.ohchr.org/Documents/Issues/Poverty/A-HRC-21-39_ar.pdf

Chinois : http://www.ohchr.org/Documents/Issues/Poverty/A-HRC-21-39_ch.pdf

Russie : http://www.ohchr.org/Documents/Issues/Poverty/A-HRC-21-39_ru.pdf

Italien : http://www.ohchr.org/Documents/Issues/Poverty/UNGuidelines_Italian.pdf