Pour changer les choses il faut s’adresser à tous
afrika_tikkun.jpg

En Afrique du Sud, Jean E. mène avec Afrika Tikkun un programme d’éducation, de la petite enfance à la formation professionnelle des jeunes, dans les townships* et les quartiers très pauvres du centre de Johannesburg où sont concentrées pauvreté et tensions.

Afrika Tikkun avait constaté que les programmes d’aide scolaire et à la petite enfance ne prévoyaient rien pour les enfants handicapés et qu’aucune école ne voulait les accepter. L’ONG a alors demandé à Jean de créer un programme pour eux.
Elle a commencé par une large étude.« Pour changer les choses il faut s’adresser à tous. Si vous ne contactez qu’un public en situation de handicap, vous ne changerez jamais les préjugés des autres ». Elle s’est rendu compte que, non seulement les enfants handicapés et leur famille (surtout les mères) ne pouvaient pas exercer leur droit à l’éducation, mais qu’en plus ils étaient rejetés par leur communauté.
Dans un township, souvent les pères sont soumis à la pression de leur famille qui leur dit « comment ? Il n'y a pas d’enfant handicapé dans notre famille ; cet enfant n’est pas de toi ; tu dois quitter cette femme! »
Les premiers parents qui ont participé à l’étude avec Jean ont donc adopté une approche communautaire. Ils recherchent les parents d’enfants handicapés, les contactent et les aident à décrire leur situation.

Comment se sentent-ils ?
Quelle est la situation de l’enfant (reste-t-il toujours à la maison, a-t-il un traitement, va-t-il à l’école?).
Que connaissent-ils de ses droits ?
Que font–ils pour gérer la situation ?

Ils peuvent répondre à chacune de ces questions par des dessins : la mère mime les sentiments et Jean les dessine. Ces dessins sont très expressifs. Cela permet de dire « oui, c’est ce que je ressens, c’est ce que je sais, c’est la situation de mon enfant. »
Reconduite tous les ans, cette étude change lentement le regard sur la situation et les comportements. L’ONG propose un groupe de soutien hebdomadaire. Les parents disent y venir chaque fois qu’ils le peuvent, et que cela les aide à relever la tête.
Des mères d’un de ces groupes ont créé une maternelle associant des enfants avec et sans handicap. Elles expliquent que grandir ensemble évitera préjugés et violence. Au début, les enfants sans handicap sont très surpris, puis ils découvrent, apprécient ce cadre très différent et veillent les uns sur les autres.
Avec Jean ces mères ont fait pression auprès du ministère de l’éducation pour obtenir une telle école. Elle vient d’ouvrir aux portes du township avec un énorme succès pour toute la communauté.
Jean E. Afrika Tikkun, Afrique du Sud

* Township= en Afrique du Sud, zones urbaines pauvres et sous-équipées où les non-blancs ont souvent été déplacés de force au temps de l’apartheid.

===============

Vous pouvez cliquer sur la vidéo ( en anglais ) ci-dessous pour en savoir plus sur le travail Afrika Tikkun

See video