Personne ne choisit de vivre dans la misère
2018-oct17-cameroun-koumenke-garouna2.png

J’habite au Cameroun, et avec des amis je me suis rendu dans le village de Koumenke, que je connais bien, pour commémorer le 17 octobre, Journée mondiale du refus de la misère.

Nous avons fait le tour du village et rencontré des jeunes et des parents. Pour cette première cérémonie, l’objectif était de se rendre compte de la situation dans laquelle vit la population.

Nous avons appris que peu d’enfants ont franchi le cycle primaire. Différents échanges ont relevé qu’une des raisons était le manque d’argent. La seule activité, qui est l’agriculture, ne permet que de se nourrir et survivre.
Par ailleurs l’eau potable manque puisque le village n’est pas alimenté; la population se débrouille avec quelques anciens puits de quartier et la même eau sert dans toutes les tâches du ménage.

Avec ce constat nous avons discuté quelques idées avec les groupes de femmes :
• Se constituer en ‘Groupement d’Initiative Commune’ pour une agriculture qui permette de produire plus, en privilégiant des systèmes visant au développement durable.
• Organiser périodiquement des séminaires de  conservation et traitement des eaux.
• Sensibiliser sur l’importance de l’école pour les enfants.
• Soutenir le centre médical du village.

Gbetnkom A, Koumenke, Cameroun

Mots clés :