Paroles d’enfants - 17 octobre 2019
enfants_venant_de_5_ecoles_primaires_et_du_college_racine_st-brieuc_france.jpg
Lettre aux Amis du Monde numéro 102

« Je suis chanceux d'avoir une mère qui travaille dur pour moi et mes frères et sœurs. J'ai une mère qui veut arrêter d'utiliser la banque alimentaire. Chaque enfant mérite d'avoir une maison, de la nourriture et un bon lit pour dormir. Certains enfants n'ont pas de famille qui peut les aimer, les prendre dans leurs bras quand ils sont tristes. J'ai tout ça. Prions pour que tous les enfants du monde aient de l'eau, de la nourriture, de l'amour, du bonheur, pour que tous les enfants puissent vivre sans crainte de la guerre et de la tristesse.» Aiden, 12 ans, Glasgow, Écosse

« Je suis placée dans un foyer depuis dix ans. Il faudrait que les parents soient plus soutenus pour réussir à s’occuper des enfants comme ma grand-maman le fait. Il faut des amis qui respectent nos parents, qui les aiment comme ils sont. Moi j’aime ma maman comme elle est. » Cindy, Suisse

« Pour éviter la pauvreté et la misère, j’aide ma maman à vendre au marché quand je rentre de l’école. C’est grâce à ce commerce qu’on paye ma scolarité. » Un jeune, Douala, Cameroun

Ma mère me dit toujours : « tu ne quitteras pas l’école, et tu ne te marieras pas tant que tu n’as ni maison, ni travail. Je suis d’accord. Ma mère a connu beaucoup de pauvreté. Sa vie est dure, alors elle veut que nous on réussisse…Moi je veux être médecin, car le jour où j’ai appris que ma grand-mère avait le diabète, j’ai voulu être médecin, et je pourrai aider tout le monde. » Ouarda, 12 ans, Noisy-le-Grand, France

« Un enfant nous disait que dans son quartier il y a trop d’inondations. Ça attire des moustiques et ces derniers provoquent le paludisme et des décès s’ensuivent. Alors je rêve un jour de déboucher tous les caniveaux de mon quartier et je veux aussi construire un hôpital et une école pour mon quartier. »
« Aujourd’hui, c’est une occasion de dire que nous aussi, nous nous sentons responsables pour le développement de notre pays. Mais pour y arriver, il faut que la société, le gouvernement, nos familles se mettent ensemble pour que demain nous puissions réaliser une vie meilleure pour tous. » Groupe d’enfants, Bangui, Centrafrique