Nous, un groupe de jeunes solidaires
madagascar.jpg

Joel est un jeune qui habite dans la ville de Majunga, sur la côte ouest de Madagascar. Avec sa famille il a connu une vie difficile. Il parle de son engagement avec les autres.

Beaucoup de jeunes sont tombés dans l’alcool et dans la drogue. Je suis dans le mouvement scout et on apprend à vivre dans la fraternité «aimez les autres comme vous- même». J’ai toujours dit aux jeunes de mon quartier d’arrêter de boire et de fumer... Mais un jeune a réussi à arrêter et je suis très content.

Dans mon quartier, il y a une cotisation à payer à chaque fois que quelqu’un décède. Il y a 6 mois passés, il y avait un décès dans une famille. Le bureau du quartier, les gens du quartier ne sont pas venus. La famille était seule face à leur deuil. Avec quelques jeunes, nous avons décidé d’aider la famille en préparant le cercueil, en restant pour la veillée mortuaire, en allant chercher du bois pour la cuisine, en creusant la tombe...

Nous avons compris que cette famille est une des familles les plus pauvres du quartier et au moment de la cotisation, ce qui arrive assez souvent dans la vie d’un quartier, la famille n’a rien à la maison pour payer. Avec quelques jeunes, nous nous mettons ensemble pour venir en aide, non seulement pour l’enterrement, mais aussi nous nous mettons ensemble pour nettoyer le quartier, nous sommes 25 jeunes. Pour le curage des canaux et pour désherber, nous participons à fond. Nous ne sommes pas une association aux yeux de l’État mais seulement nous sommes un groupe de jeunes solidaires.

C’est le 17 Octobre qui m’a convaincu de venir dans le Mouvement ATD Quart Monde, parce que j’aime aider les autres, même si je suis pauvre comme Naoufal. J’aime les enfants et j’aime bien leur apprendre des choses. Maintenant, je cherche un moyen pour emmener mes camarades du quartier dans le Mouvement car nous avons besoin de jeunes dans le Mouvement. J’aime mes amis. Quand ils arrivent chez moi et que je suis en train de manger, je partage mon plat avec eux, même si je ne mange jamais chez eux.

Il y a un mois, ma grand-mère est décédée et les gens du quartier sont venus nombreux parce que je participe beaucoup avec mes amis quand quelqu’un est mort dans le quartier.
 

Mots clés :