Maintenir des liens positifs et prendre soin des autres
bangui-centrafrique-low.jpg
Lettre aux Amis du Monde numéro 103

La « formation à la médiation sociale et culturelle » est née à Bangui, en Centrafrique, en 2016, suivant la pensée « Encourageons les jeunes déjà engagés au sein de leur communauté à développer leur attention aux plus faibles, avec des recherches et des méthodes d’apprentissages qui permettent de réussir ce que l’on entreprend. »

Dans le cadre de cette formation mise en place par ATD Quart Monde avec des partenaires, dont l’Agence Centrafricaine pour la Formation professionnelle et l’Emploi (ACFPE), les médiateurs sociaux et culturels développent leur capacité de créer ou de renouer les liens sociaux avec des personnes qui vivent quotidiennement la violence de la misère, afin de leur permettre de participer à la vie sociale (marché, associations, centre de santé, autorités locales, etc …) et culturelle (centres scolaires, maison des jeunes, média, etc …). Ils se sont formés dans un esprit d’ouverture envers ceux qui manquent encore à la vie de la société, afin d’édifier un pays qui ne laisse personne en arrière, et dans une perspective d’un engagement professionnel ou bénévole durable et enraciné dans la connaissance des réalités de la pauvreté et la pratique de terrain.

Aujourd’hui, face à la pandémie du Covid-19 qui touche tour à tour les pays, les jeunes médiateurs ont compris que leur formation sera très utile pour agir avec plus de pertinence. A ce stade de l’épidémie dans la capitale, les voici visitant les quartiers pour partager les informations réelles sur l'épidémie et surtout transmettre les gestes importants qui peuvent ralentir sa propagation. Ils luttent aussi contre les rumeurs, celles qui risquent de désigner des personnes comme coupables, celles qui risquent de semer encore plus la panique, ou au contraire de se croire protégés par de faux remèdes.

Ces jeunes, comme d’autres ailleurs dans le monde, nous encouragent : ils vivent eux-mêmes pour la plupart des situations pas faciles et pourtant ils prennent des initiatives pour maintenir des liens positifs et prendre soin des autres.

ATD Quart Monde, Bangui, République Centrafricaine

Mots clés :