Les Tapori défendent les droits de l’enfant à l’ONU (2009)
Les enfants Tapori

Mme Kyung-wha Kang, Haut commissaire adjointe aux droits de l’homme, a reçu le 8 décembre une délégation d’enfants Tapori et d’adultes du Mouvement ATD Quart Monde.

Il y a 10 ans, les enfants Tapori rencontraient Mme Robinson, Haut commissaire aux droits de l’homme.A l’occasion du 20ème anniversaire de la convention relative aux Droits de l’enfant et pour la Journée mondiale des Droits de l’homme, une délégation de 23 enfants et 16 adultes venus de tous les continents a rencontré Mme Kyung-wha Kang, Haut commissaire adjointe aux droits de l’homme, et ses collaborateurs pour un échange entre acteurs des Nations Unies. Cette rencontre s’est préparée depuis plus d’un an au sein des Universités populaires et Forums Quart Monde et par la campagne Tapori.

Suisse 2009
Suisse 2009

Mme Kang a accueilli la délégation par ces mots : « C’est un voyage important pour vous comme pour nous parce que c’est l’occasion de nous parler à égalité, de partager nos idées et nos expériences et pour nous d’entendre ce qui vous affecte et vos espoirs pour un monde meilleur et plus juste. Nous sommes là pour apprendre de vous. »

L’école et la solidarité sont revenues avec insistance dans les contributions : « Un enfant n’apprend pas bien parce qu’il se sent rejeté, incompris dans sa douleur » (Europe), « une mère, soutenue par le voisinage, a accueilli des centaines d’enfants devant sa maison pour leur permettre d’accéder aux apprentissages de base de la pré-école. »(Caraîbes, Amérique latine) « Les personnes qui vivent dans l’extrême pauvreté ont besoin de considération, de reconnaissance et qu’on respecte leur dignité. Nous avons découvert que cela comptait aussi pour les délégués d’Europe et nous n’imaginions pas qu’en Europe tant d’enfants étaient séparés de leurs parents à cause de la misère. » (Afrique).

Au cours de ce dialogue, des fonctionnaires ont pris la parole : « Vos apports nous donnent des outils pour savoir ce qui ne va toujours pas et ce qu’il nous faut dire aux gouvernements. » « Aucun enfant ne devrait être séparé de ses parents pour cause de pauvreté. » « Continuez à élevez la voix pour vous-même mais aussi pour les autres ».

En conclusion, Eugen Brand a demandé que soit sollicitée l’expertise des personnes très pauvres à égalité avec celles des experts dans le travail d’évaluation des objectifs du Millénaire et l’élaboration de leurs suites.

Après la rencontre un délégué du Burkina Faso disait : « Nous avons donné des outils au Haut-Commissariat pour avancer. Nous leur avons fait des propositions concrètes. »

Mme Kang a conclu : « le courage vient de la jeunesse. Nous avons besoin que vous nous rappeliez jour après jour qu’il faut que nous ayons ce courage pour oser briser le silence qui entoure les violations des droits de l’homme. »

Télécharger le document:

http://www.atd-quartmonde.org/ecrire/IMG/pdf/Convention_droit_enfant_72-...