Les Nations Unies accueillent le lancement de la mobilisation mondiale #StopPauvreté
cristina-onu-900x530.jpg

« Si vous n’allez pas vers les autres, personne ne saura que vous êtes là. Il faut faire cet effort, et après un temps, les gens s’attendent à vous retrouver. Vous ne saurez jamais qui est le plus isolé, le plus dans le besoin, si vous ne partez pas à sa recherche. » –  Emma Speaks, militante Quart Monde, New York City

La campagne mondiale de mobilisation Stop Pauvreté d’ATD Quart Monde a débuté le 8 février avec un événement aux Nations Unies intitulé : « Ne laisser personne de côté : 60 ans d’expérience avec l’approche Wresinski.»

L’idée de ne laisser personne derrière est au centre des Objectifs de Développement Durable définis par les Nations Unies dans l’Agenda 2030, qui visent à « éradiquer la pauvreté  sous toutes ses formes ». Mais alors, comment une organisation peut-elle s’assurer que ses projets atteindront ceux qui sont les plus difficiles à rejoindre, ceux que les programmes échouent souvent à trouver ? Depuis 60 ans, la vie de Joseph Wresinski et l’expérience d’ATD Quart Monde aux côtés des familles les plus marginalisées offrent un exemple précieux.

« Pour changer le monde, explique Geneviève Tardieu, Directrice du plaidoyer international d’ATD Quart Monde, nous devons accepter un changement de perspective drastique et, dès le début de tout projet, inclure la participation des personnes qui vivent dans la pauvreté. »

C’est ce qui a paru si frappant à Emma Speaks, au cours de ses décennies d’implication avec ATD Quart Monde, d’abord dans une bibliothèque de rue et aujourd’hui en tant que membre du conseil d’administration d’ATD Quart Monde...

lire la suite de l'article sur le site :