Les communautés peuvent sortir seules de la pauvreté
shed_213.jpg
Lettre aux Amis du Monde numéro 82

Village Care Initiatives (VCI) est une ONG présente au Sierra Leone. Elle travaille avec des groupes locaux et des villages sur les moyens à mettre en place pour sortir par eux-mêmes de la pauvreté. Ces groupes sont constitués de fermiers, de pêcheurs et de commerçants.

Quatre villages ont dorénavant tissé des liens importants entre eux pouvant déboucher sur la création d’associations intergroupes. Ces villages mettent en place des planifications communes, se partagent les dons de denrées alimentaires et les graines. Ils échangent des conseils et tentent de gérer les ressources pour les banques communautaires d’alimentation et les projets de développement. Le nombre d’adhésions a augmenté après la formation car les membres de la communauté ont constaté que le travail en groupe est source de bénéfices.

La production agricole est toujours la principale source de revenus pour les groupes de VCI. Toutefois, le changement suivant a été constaté : la culture de l’arachide a connu un net recul alors que la culture de riz aquatique s’est intensifiée. De même, les revenus de la fabrication de savon ont nettement décliné, du fait d'un coût de fabrication élevé, d'une zone de production élargie et des possibilités limitées de déplacements pour les femmes pour s'approvisionner et trouver des débouchés.

Le râpage du manioc continue d’être rentable. On utilise toujours l'unique machine achetée par un des groupes. Les personnes formées en assurent l'entretien régulier et chaque groupe apporte son essence. D’autres activités comme le maraîchage, la pêche, la chasse, l’artisanat (tapis, corbeilles,
chapeaux) viennent enrichir le marché local. Les communautés aimeraient pouvoir étendre leurs réseaux commerciaux mais souffrent d’un manque de logistique et de contacts.

Ces groupes investissent leurs bénéfices dans des projets très variés, majoritairement consacrés au développement communautaire et subventionnés par VCI. Un groupe a fabriqué des égouttoirs à vaisselle et introduit des tissus de coton dans le village en utilisant des ressources locales ; un autre a été engagé pour réparer un puits et d’autres pour mener à bien des projets de réfection routière. Le puits a permis de réduire la charge de travail incombant aux femmes et aux enfants qui, parfois, font des kilomètres pour aller puiser de l’eau à la saison sèche.

Shed J., Sierra Leone

Mots clés :