L'eau pour tous au Cameroun
un puits

Le Père Ludwik S. est un correspondant de longue date du Forum. Il vit depuis plusieurs années dans le Nord du Cameroun. Pour lui, l'eau est la première nécessité pour la dignité de l'homme. Il a écrit un témoignage et a demandé à Jean-Paul B., professeur au lycée, d'en écrire un aussi sur l'accès à l'eau.

L'eau pour tous

... L'Etat du Cameroun a complétement oublié ce coin dans le domaine de l'eau. La population, dans presque tous les villages n'avait pas de point d'eau potable; elle se servait de rivières, de marécages ou de sources sur la montages. Pour beaucoup,pour arriver à ces « points d'eau naturels » il fallait faire des kilomètres et la qualité d'eau était déplorable, sauf à la source.

Et vous savez ici en Afrique, quand vous arrivez chez quelqu'un après les salutations, on vous sert de l'eau à boire.

Quand je voyais la couleur de l'eau je pleurais.

Après sept ans d'une bataille forte, souvent on utilisait de la dynamite pour casser les rochers ; je constate par exemple, cette année dans l'internat où il y a 36 garçons, au début de l'année trois garçons ont été malades (vers), un des trois, très sérieusement :il avait la bilharziose avancée, ce sont les garçons de trois villages où la population n'a pas encore de vrai point d'accès à l'eau potable.

Une autre chose, avant, devant ma maison, je voyais toute une procession ( hommes, femmes et enfants) qui venaient du village Liwa chaque samedi, se dirigeant vers la rivière du Faro avec sur la tête les marmites et habits sales, à la recherche de l'eau à deux kilomètres.

Troisième chose, je constate de plus en plus l'eau qu'on me donne pour me laver les mains dans les différents villages est propre. L'année passée, je ne sais pas par qui et par quel moyen, mais dans plusieurs villages les forages ont été creusés. La population préfère beaucoup le puits car il n'y a pas de choses à réparer, par contre, le forage tombe en panne, il faut aller à des centaines de kilomètres chercher des pièces qui coûtent encore très chers...

eaul'accès à l'eau pour tous

... Il y a de cela deux ans, notre établissement souffrait d'une carence en eau, car pour que les élèves puissent boire pendant les heures de pause, il leur fallait parcourir au moins deux kilomètres qui séparent le lycée du village à la recherche de l'eau qui d'ailleurs reste une denrée chère au village.

Certains de ces élèves se cachaient pour aller prendre l'eau de la rivière qui ne cessait de causer la bilharioze car chaque semaine on n' avait pas moins de deux à cinq cas.

Grâce à une âme de bonne volonté, nous avons eu un forage qui ne parvient pas toujours à satisfaire tous nos élèves parce que discuté avec les gens du village.
Il faut dire qu'avec ce forage aujourd'hui le problème de la maladie due à l'eau a considérablement diminué dans notre établissement, nos élèves ne vont plus jusqu'au village à la recherche de l'eau mais ils prennent au forage creusé pour eux.

Mais alors quand ce forage tombe en panne c'est encore la catastrophe qui recommence parce qu'il faut souvent attendre deux à trois semaines pour la réparation. A cet effet, je me dis qu'un puits pourrait remédier énormément à ce problème qui gangrène notre établissement le lycée de Tchamba...