Le GICAECAM au Cameroun
moto_small.jpg

Le GICAECAM, Groupe d'Initiatives Communes d'Assistance et d'Échanges Culturels du Cameroun, est né en 2002.

Son objectif sur le plan social est de promouvoir le bien-être de la jeunesse camerounaise, par la création de petits métiers, d'activités génératrices de revenus, par la formation professionnelle permettant aux jeunes, vivant dans des conditions difficiles, d'accéder à une certaine autonomie.

C'est ainsi que divers projets ont vu le jour :

  • La création d'une pâtisserie locale assurant la fabrication et la vente de beignets.

  • Une formation aux Nouvelles Technologies de l'information et de la communication ( NTIC ) a donné à des jeunes les aptitudes nécessaires pour leur ouvrir les portes du marché de l'emploi.

  • Dans le domaine de l'encadrement et du développement social, des jeunes filles en situation précaire, réduites à la mendicité ou à la prostitution, ont reçu une formation en couture ou ont bénéficié de sessions de quatre mois de formation en coiffure, qui leur ont assuré épanouissement et amélioration de leur statut et des conditions de vie de leur famille.

La sensibilisation des jeunes aux MST/SIDA n'a pas été oubliée.

Des activités de culture ont été mises en route comme l'exploitation de champs d'ananas.

Tout récemment le GICAECAM vient de lancer «Motos-Taxi », « projet d'intégration socio-économique des jeunes déshérités » destiné à ceux qui sont touchés par la pauvreté, le manque de soutien familial, le chômage et ses conséquences comme pour certains le départ pour la rue. Mis sur pied, Mototaxi créera des occupations fixes pour ces jeunes, leur autonomie et ainsi l'amélioration de leur condition de vie et celle de leur famille et réduira les risques d'une vie à la rue.

Les objectifs visés sont d'ordre économique, social, moral.

TEMOIGNAGES

Je m'appelle Lucienne, j'avais pris connaissance du projet coiffure à la paroisse quand on lisait les annonces après la messe, par la suite, je m'étais rendue au lieu du centre pour la découverte et aussi me renseigner sur les modalités. Je ne croyais pas  au coût de la formation tel qu'annoncé de 10.000Fcfa/4 mois. Arrivée au lieu, c'était réel et j"étais la 10ème fille à se faire inscrire. C'est vrai la formation a été effective.  Maintenant j'ai eu des moyens financiers et je me suis déjà implantée. Je forme aussi à mon tour mes sœurs en partenariat avec le GICAECAM. Ce projet est apprécié et m'a permis de retrouver le sourire "ma famille compte sur moi maintenant".

Je suis étudiante, mes parents sont pauvres et vivent en campagne. J'avais pris connaissance du projet coiffure par une amie qui avait suivi une émission à la radio locale où le promoteur parlait du projet. Puisqu'elle sait que je lui parlais que j'aimerais faire une formation afin que par la suite je me débrouille pour survivre et poursuivre mes études ici en ville. Je me suis rapidement mise et je suis la coiffeuse de ma cité, et j'exerce aussi à domicile. Je remercie grandement monsieur "Marcel" comme nous avions toujours l'habitude de l'appeler (Sylvie B.).

Je suis veuve depuis une dizaine d'année avec 4 enfants en charge. Je me débrouillais jusqu'ici à faire un petit commerce pourtant couturière de formation, par la suite j'avais été victime d'un vol qui m'a rendu à zéro! J'étais toute désespérée mais une femme m'a dit : " N'es-tu pas au courant du projet couture qui est même implanté dans ce quartier? Nous avons reçu les tracts, n'as-tu pas eu cela? Pourtant les enfants passaient de maison en maison, vas-y!" Je suis arrivée là-bas, c'était vrai et les modalités m'avaient intéressées, tout de suite, je ressentis une joie au cœur. Aujourd’hui, c'est moi qui dirige ce projet au quotidien parmi tant de femmes. Nous disons GICAECAM de l'avant!!!  (Madame B. Monique)

GIC d’Assistance et d’Echanges Culturels du Cameroun
(GICAECAM)

E-mail : gicaecam [at] yahoo [dot] fr