Le courage d’une communauté
amazonie_b_1.png
Lettre aux Amis du Monde numéro 98

L’équipe itinérante parcourt en pirogue la région amazonienne pour rejoindre les plus marginalisés et les peuples indigènes.

Après 18 heures de remontée en pirogue du fleuve Tauhamanu, nous avons aperçu le village de Nova Oceania. L’adjoint au chef du village est venu nous accueillir et nous aider à transporter nos affaires. Oubliant la fatigue grâce à cet accueil, nous sommes allés visiter l’école et tout le monde s’est mis à nous raconter la vie et l’histoire du village. Ils vivaient auparavant à Oceania d’où ils étaient partis, chassés par de riches propriétaires terriens.

Quelque chose nous a brisé le cœur. Ils nous ont dit : « En 2014, profitant d’un jour où nous étions tous allés à une fête, le patron d’une exploitation de bois a fait brûler nos maisons. Quand nous sommes revenus, il n’en restait aucune. »

Ils ont reconstruit leurs habitations, recommencé à cultiver la terre et réussi à se faire reconnaître en tant que paysans.

Ils se battent maintenant pour être reconnus comme communauté indigène. Ayant déjà une école primaire, ils veulent l’agrandir et permettre au professeur d’aller finir sa formation d’enseignant. Ils veulent aussi construire une église et ont déjà dressé une croix sur le terrain qui lui est destiné.

Notre visite a été pour eux un signe d’encouragement à se battre.

Nous nous sommes engagés à les soutenir et à les aider dans un processus qu’ils ont entamé pour demander une protection officielle des régions où habitent leurs « frères non contactés » (appelés ainsi car ils n’ont jamais eu de contacts avec la ’civilisation’). Bien qu’ils aient déjà été blessés par leurs flèches et qu’ils les craignent, les habitants de Nova Oceania essaient de lutter contre les exploitants de bois qui veulent prendre leurs terres et les faire disparaître.

Nous témoignons du courage de cette communauté qui essaie de vaincre tant de difficultés : ces gens sont toujours debout et ils trouvent encore la force d’essayer d’aider les « non contactés »!

Ils nous ont parlé de sept autres communautés d’une région très isolée pour que nous les visitions. Ils sont prêts à nous mettre en contact avec quelqu’un qui pourrait nous mener jusqu’à eux.

Encore des itinérances en perspective !

ÉQUIPE ITINÉRANTE,
ALTO RIO TAUHAMANU, BRÉSIL.

Mots clés :