LA PREMIERE ECOLE AU VILLAGE FAIT RENAITRE L’ESPOIR
cadf_kinshasa_1.jpg

Le village d’Isampulu n’est accessible que par pirogues sur deux affluents du fleuve Congo. L’activité principale est la pêche complétée par la riziculture et le maraîchage. En plus des rizicultrices du village, CADF (Compagnons d'Action pour le Développement Familial) encadre d’autres femmes qui viennent de la ville chaque jour ouvrable pour leur activité et qui mettent 2 à 3 heures en pirogue pour atteindre leurs champs, à l’aller tout comme au retour.

La célébration de la journée mondiale du refus de la misère a consisté en un rassemblement entre les membres de CADF et la population du village pour réfléchir ensemble sur la possibilité d’installer une école dans ledit village.

Monsieur Jean, Chef du village, a tout d’abord rappelé qu’une école n’a jamais existé dans son village et que d’autres écoles se trouvent à une longue distance en ville où les enfants ne peuvent accéder parce que cela suppose non seulement l’argent de transport chaque jour mais aussi des dangers encourus en temps de crue où les eaux du fleuve Congo inondent tout le village. C’est ce souci de voir les enfants du village avoir la chance de savoir lire, écrire et calculer qui a fait se réunir tous les membres du village autour de leur Chef et des représentants de CADF.

Ainsi, le Chef du village a offert le terrain sur lequel  l’école sera construite, les parents ont promis de construire l’école bénévolement et de contribuer un montant de 2000 Francs Congolais (1.30 USD) chaque mois par enfant afin de motiver l’enseignant. Les parents ont proposé de se choisir un comité de trois personnes avant le démarrage des activités de l’école pour une gestion quotidienne efficace, avec bien sûr le devoir de rendre compte aux autres parents.
Madame Lydie, Coordonnatrice de CADF a quant à elle rappelé à tous les participants que son organisation s’inspire de la vision du Père Joseph W., celle de se mettre ensemble pour combattre la misère.

Pour mieux accompagner les rizicultrices, Madame Lydie et Madame Nelly ont même pu se construire une maison dans ce village, ce qui fait qu’elles y passent parfois des nuits pour partager la vie des plus pauvres. « C’est le courage de ces enfants et de leurs mamans à se battre pour offrir à manger à leurs familles qui nous  enthousiasme aussi à faire un peu de champs. »

Cette journée s’est clôturée par le mesurage du terrain sur lequel l’école sera implantée ; ce qui a marqué un passage de la parole à l’acte de la part du Chef de village. Les adultes se sont engagés à construire la première salle de classe le plus rapidement possible et les enfants de leur côté étaient très contents de pouvoir visiter le site de leur nouvelle école.

Mots clés :