La misère n’est pas une fatalité
test_3.png
Lettre aux Amis du Monde numéro 99

Principes clés pour s’engager aux côtés de personnes vivant la grande pauvreté.
Avant d’intégrer le programme d’alphabétisation, ma vie avait un goût amer. Je ne connaissais pas les chiffres. Pour pouvoir réveiller mes enfants pour l’école, je me basais sur la position du soleil. Je vendais les oeufs au marché et demandais à mon mari de compter ce que j’avais gagné. Ces situations difficiles m’ont poussée à apprendre à compter, à écrire et à lire… L’éducatrice a mis beaucoup d’efforts pour nous faire sortir, moi et les autres personnes du groupe, de l’obscurité liée à l’illettrisme. Je suis devenue une autre femme. Bien qu’ayant déjà 40 ans, j’ai eu l’impression de renaître. Fatima, association CODEV, Maroc

Je crois que l’une des personnes qui, dans ma vie d’adulte, m’a le plus aidé à m’exprimer et à avoir confiance en moi a été Françoise, une volontaire d’ATD Quart Monde. Avant elle, je m’exprimais rarement (...) J’avais toujours mon opinion mais je ne l’exprimais jamais. (...) Les encouragements et le soutien que j’ai reçus d’elle, comme le fait d’avoir été écoutée et respectée par des gens « diplômés », m’ont convaincue que je pouvais prendre ma vie en main. Noleen F., Ireland

Être attentif aux différentes dynamiques et relations au sein du groupe en veillant à ce qui se dit et vit...
Notre conviction est qu’une personne misérable a de l’intelligence, du courage, l’envie de réussir dans la vie. (…) Elle a besoin de chaleur humaine pour se sentir à nouveau une personne à part entière, utile pour le changement de la société. C’est ainsi que le vieux Raoul qui vivait dans une solitude inacceptable, se sent utile depuis qu’il fait partie du groupe de familles solidaires. En disant « Ne laisser personne de côté » nous parlons des personnes très écrasées par la misère, oubliées par la société et pourtant encore en vie. Familles solidaires, République Démocratique du Congo

Evaluer et limiter les riques pour les personnes, les groupes et la communauté...
A plusieurs reprises j’ai pu constater l’effort immense que réalisent les familles les plus pauvres pour renforcer leurs relations avec d’autres, signe d’une recherche d’existence au sein de la communauté. Ce n’était pas facile, car il y avait chaque jour une infinité d’obstacles. Très souvent, un projet ou une aide extérieure ne sont que ponctuels (…). Notre action ne devrait jamais mettre en péril ces liens de solidarité et d’entraide. Elle devrait plutôt les accompagner pour les renforcerElda G., Guatemala

Donner aux personnes en grande pauvreté les moyens d’accéder à leurs droits.
Devenue défenseur des droits, j'ai souvent été maltraitée par l'administration publique. Ce n'était pas mes papiers le problème mais ma situation de pauvreté, une situation dans laquelle se trouvent toutes les femmes qui tentent de réaliser leurs démarches mois après mois (...) Nous avons besoin d'un changement au niveau des personnes et des structures. Les gens doivent assumer leur emploi comme un poste de service et non de pouvoir (...) Je crois qu'il est possible de construire un monde juste. Ana I., Pérou

Mots clés :