Ils se sont aidés les uns les autres
dessin_courrier.jpg

Après la « tempête » il y a de nombreux témoignages qui permettent d'espérer… Frère C.M

« Il est indéniable que la visite du Pape François en novembre dernier a renversé le cours des événements. Pratiquement du jour au lendemain, à son appel, les différentes parties se sont rencontrées à nouveau et ont dialogué. Toutefois, il faut souligner que, bien avant la visite du Pape, et ce, tout au long des trois ans du conflit, des personnes, aussi bien du côté musulman que chrétien ont toujours refusé la violence. Ils se sont aidés les uns les autres au cœur des atrocités…

Lorsqu’on arrive à Bangui aujourd’hui, on n’a pas l’impression d’une situation de guerre : il n’y a plus de détonations, d’affrontements sanglants et les mouvements de panique qui s’ensuivent, plus de réfugiés dans les sites précédemment cités ( l'aéroport, les bâtiments de l'Eglise)… Les commerces, surtout les petits mais aussi les magasins et les marchés ont repris leur activité...

Les épreuves très lourdes vécues durant ces années n’ont pas entamé l’espérance de ce peuple. Courageusement, il reconstruit ce qui a été détruit à tous les niveaux. Il croit en un avenir meilleur possible et il prend les moyens pour le réaliser. Les chrétiens, toujours aussi nombreux à se rassembler dans les églises, prient et agissent en ce sens. Au-delà de toutes ces épreuves, la joie continue de rayonner sur les visages, en particulier la joie d’accueillir. J’en ai été le bénéficiaire et le témoin. »

J.F. France
Transmis par le Frère C. M.