Il est important que nous défendions nos droits, que nous exprimions nos besoins
temoignage_usa2.jpg

"Pour moi, la pauvreté est liée à des quartiers dont on ne s’occupe pas, où il n’y a pas de ressources pour les familles telles des bibliothèques, des bonnes écoles, ou même des bons magasins. Dans les magasins, la plupart des produits d’épicerie sont périmés.

Les commerçants pensent que nous nous contentons de vivre ainsi, ils pensent que nous n’avons pas de voix, mais ce n’est pas le cas. Les gens qui vivent dans la pauvreté craignent que s’ils ouvrent la bouche, des mesures soient prises contre eux, ainsi personne ne dit rien. Nous allons donc continuer d’avoir des magasins de ce genre, à moins que les gens vivant dans la pauvreté ne fassent entendre leurs voix.

Dans ces lieux où les trottoirs sont abîmés et les  infrastructures détériorées, il est important que nous défendions nos droits et que nous exprimions nos besoins. Nous devons faire du bruit. Je ne veux pas dire par là être bruyant, violent, maudire, rabaisser les gens. Je veux dire aller rencontrer les gens. Parce que réclamer par écrit ne va tout simplement pas fonctionner. Vous devez aller vers les gens et leur faire face.

Chacun devrait avoir le droit de parler, de dire ce qu’il éprouve à propos de ce qui se passe dans sa vie. C’est un droit humain d’être entendu et d’écouter quelqu’un - de communiquer les uns avec les autres."

Stacy W., au siège des Nations Unies à New York, USA

Mots clés :