Des porteurs de paix dans le monde entier
ruwon_nepal
Lettre aux Amis du Monde numéro 77

Sur tous les continents, des hommes et des femmes refusent la violence de la misère et s'engagent pour bâtir des points de rencontre où il devient possible de se reconnaître d'une même humanité. Dans tous nos quartiers, des habitants résistent à la violence. Ne sont-ils pas les premiers acteurs de la paix ? Nous devons trouver le courage de rompre le silence pour faire connaître leurs gestes de paix.

Quand les enfants grandissent en situation d'extrême pauvreté, dans les lieux les plus abandonnés et les plus oubliés, au Nord comme au Sud, ils se trouvent dans un monde avec « des injustices et de la violence dans tous les sens », comme disent leurs parents. Parmi les formes de violence les plus visibles, il y a celles qui sont liées aux conflits armés et à la violence des gangs. Mais lorsque l'on parle avec des enfants et leurs familles qui vivent ces situations, ils citent d'abord des formes plus insidieuses de violence. Je pense à Arsène, un garçon vivant sur le terrain d'une décharge. En marchant pieds nus, il se fait des coupures qui s'infectent, au point qu'il a dû apprendre à marcher sur l'extérieur de ses plantes de pied pour que les plaies purulentes ne touchent pas le sol pollué.

Je pense aussi à cette mère qui vit dans un quartier qui va être « déguerpi ». Celle-ci nous dit : « Nous vivons avec
l'angoisse de l'expulsion au-dessus de nos têtes. C'est très dur pour mon plus jeune fils qui dit : “ Quand je serai grand j'aurai un bulldozer et j'irai détruire la maison du maire ”. Je ne veux pas que mon fils grandisse avec la haine. Je veux que lui et ses amis grandissent avec autre chose dans la tête et le coeur, c'est pourquoi même si nous sommes inquiets, je soutiens la bibliothèque de rue pour qu'elle continue chez nous ».

Au plus profond d'eux-mêmes, les très pauvres portent un sens de la paix que le monde ignore encore. Ensemble, faisons que les porteurs de paix du monde entier, ne restent pas dans l'ombre. Rendez-vous est pris pour le 17 octobre, Journée mondiale du refus de la misère.

Eugen Brand,

Délégué général du Mouvement international ATD Quart Monde