Communiqué de presse: nomination de Madame Carolina Escobar Sarti
carolina_escobar_sarti3.preview.jpg

Comité international 17 octobre :
nomination de Madame Carolina Escobar Sarti

17 octobre 2017, Pierrelaye, France—Nous sommes heureux d’annoncer la nomination de Madame Carolina Escobar Sarti au Comité international 17 octobre. Ce Comité a été créé en 2008 pour promouvoir et soutenir le respect de la Journée mondiale du refus de la misère, qui a lieu le 17 octobre de chaque année et a été reconnue Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté par les Nations unies.

Annonçant cette nomination, Donald Lee, président du Comité international, a précisé : « Je suis ravi d’accueillir Madame Carolina Escobar Sarti au sein du Comité international. Par ses nombreuses années d’engagement en faveur de la justice sociale au Guatemala, elle a contribué à accroître la mobilisation visant à faire reconnaître que là où des hommes et des femmes sont condamnés à vivre dans la misère, les droits de l’homme sont violés. En outre, le partage de ses réflexions et de son expérience viendra enrichir et consolider le travail entrepris par le Comité pour promouvoir et soutenir l’esprit et les objectifs du 17 octobre. »

Madame Escobar Sarti, née au Guatemala, est actuellement directrice nationale de « La Alianza Guatemala », une association intervenant auprès de fillettes et d’adolescentes en danger, victimes de violences sexuelles et de trafic d’êtres humains. Elle a publié plusieurs recueils de poésie, des nouvelles, des travaux de recherche en sciences sociales ainsi que des centaines d’articles dans la presse, où elle écrit régulièrement sur des questions liées aux droits de l’homme.

-fin-

Pour de plus amples informations, veuillez contacter :

Anne-Sylvie Laurent
Hugues de Courtivron,
international [dot] committee [at] oct17 [dot] org
++ 33780577819 http://refuserlamisere.org/

POUR EN SAVOIR PLUS

Le Comité international 17 octobre a été créé en 2008 avec les objectifs suivants : promouvoir le 17 octobre en tant que Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté, telle que l’ont reconnue les Nations unies, unissant tous ceux qui luttent ensemble pour mettre un terme à la pauvreté ; promouvoir le respect de l’esprit original du 17 octobre ; et promouvoir les occasions où des personnes de tous milieux, y compris celles dont les vies sont difficiles, peuvent œuvrer ensemble à la lutte contre l’extrême pauvreté, violation des droits de l’homme. (http://refuserlamisere.org/article/comite-international-17-octobre)

La Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté a été célébrée pour la première fois le 17 octobre 1987 à Paris. Cette Journée mondiale du refus de la misère avait alors pris la forme d’un immense rassemblement public, cent mille personnes de tous milieux ayant répondu à l’appel du Père Joseph Wresinski, fondateur d’ATD Quart Monde, à se réunir sur le Parvis des droits de l’homme et des libertés. Ce jour-là, une déclaration a été gravée sur une dalle commémorative, proclamant que l’extrême pauvreté est une violation des droits de l’homme et affirmant la nécessité que tous les hommes s’unissent pour garantir le respect de ces droits
(http://refuserlamisere.org/article/histoire-de-la-journee)

En 1992, les Nations unies ont proclamé le 17 octobre Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté. Depuis lors, des gouvernements, des institutions locales, des membres de la société civile et du secteur privé ont reconnu l’importance de cette journée, devenue un point de ralliement phare pour un nombre croissant de citoyens et d’organisations de tous milieux, dans la lutte contre l’extrême pauvreté.
(http://undocs.org/fr/A/RES/47/196)

« La Alianza Guatemala » offre des soins aux jeunes filles victimes d’exploitation sexuelle et de trafic d’êtres humains. Elle s’efforce de dénoncer le trafic d’êtres humains et a lancé en 2009 le Programme de prévention et de sensibilisation contre la traite humaine. Elle apporte un soutien juridique aux jeunes filles victimes de traite humaine et d’autres violations de leurs droits
(http://www.la-alianza.org.gt et
https://www.covenanthouse.org/casa-alianza/la-alianza-guatemala)