Camp Muramvya pour personnes déplacées
burundi_image_1000.jpg

Azione per un Mondo Unito (Action pour un Monde Uni-AMU) est une ONG italienne qui réalise des projets de développement, de formation et d’éducation en Italie et dans les pays en voie de développement. Fondée en 1986, elle favorise une coopération durable avec les populations impliquées en respectant les réalités sociales, culturelles et économiques locales.

Un nouveau projet pour un Monde Uni a été lancé pour 350 familles déplacées au Burundi. Pour ces personnes, l’obtention de documents légaux est la première étape pour sortir de l’ombre et devenir des citoyens à part entière. Stefano C., Responsable Projets au sein d’AMU, a récemment visité quelques-unes des principales localités du Burundi où des projets sont déployés.

Il raconte : « Dans les zones rurales de Bujumbura, sur la commune de Mutimbuzi, il y a un camp pour les personnes déplacées appelé « Muramvya », où l’un de nos projets en cours fournit une assistance aux familles. Celles-ci ont été forcées de déménager à deux reprises au cours d’un mois, d’abord dans une zone marécageuse à la périphérie de Bujumbura ensuite, sur un terrain à proximité de l’aéroport, sur la commune de Butirere. Toutefois, ce nouvel emplacement est plus loin de la ville et plus difficile d’accès.

Au moment de mon arrivée, une réunion se tenait sous une grande tente : une jeune femme collectait les données personnelles des familles et enfants afin qu’ils soient enregistrés dans la commune et aient accès aux services de santé et d’éducation.

Le processus d’enregistrement est plutôt compliqué car les personnes sont déjà passées sous l’autorité de deux communes différentes. De ce fait, chaque individu doit être à nouveau contrôlé afin de vérifier s’il a été ou non enregistré auparavant et si d’éventuelles modifications ont été apportées à leurs papiers. Tout se fait manuellement, ce qui rend de l’enregistrement long et fastidieux.

Pour accéder à l’eau, il n’y a qu’un point de distribution publique, avec une seule fontaine à environ 500m du campement. Les files d’attente commencent très tôt le matin, dès trois heures, et durent plusieurs heures. En parlant avec le maire nous avons appris qu’un projet concernant toute la région Nord de la ville est à l’étude : installer un tuyau au diamètre et au débit adéquats ainsi qu’une citerne pour collecter l’eau juste à côté du champ. En attendant la réalisation de ce projet, d’autres solutions à court-terme sont à l’étude pour alléger, au moins en partie, les difficultés de la population locale à se procurer de l’eau.»

Stefano C., Burundi

(source : Action pour un Monde Uni Online )

Mots clés :