Atelier de rencontres à Plovdiv : une éducation inclusive pour tous
maria-dacheva42-2.jpg

Photo ci-dessus © Maria Dacheva

  • « Nous devons partager nos idées, au lieu de les garder, pour avancer ensemble. »

Pendant trois jours, des participants de Belgique, Bulgarie, France, Hongrie, Roumanie et Serbie ont travaillé ensemble sur le thème : une éducation inclusive pour tous. La rencontre s’est tenue en cinq langues.

Cet atelier international de rencontres, qui s’est tenu à Plovdiv1, en Bulgarie, a été préparé à partir des conclusions des ateliers de rencontres précédents organisés par ATD Quart Monde. Il s’appuyait également sur l’expérience de l’École mobile Stolipinovo, qui organise des ateliers d’art et d’architecture dans la rue et dans deux écoles du quartier. Cette initiative a débuté il y a dix-huit mois, avec la collaboration de trois groupes : atelier d’architecture pour les enfants, Discovered Spaces et ATD Quart Monde.

Des ateliers interactifs ont permis aux participants de partager leurs expériences de vie et de travail de façon très concrète. Ils ont réfléchi aux principes d’action pour une éducation inclusive pour eux et appris de leurs bonnes pratiques. L’atelier a aussi été l’occasion de renforcer l’engagement de chacun dans la lutte contre la pauvreté avec les personnes confrontées elles-mêmes à de telles situations.

« J’ai été inspiré par des activités très précises comme la fabrication de chaises en bois, les Petits mots du mardi, la machine à changer notre regard sur les autres… et la construction de modèles comme le pont Léonard de Vinci… »2

« J’ai été impressionné par la cruauté des conditions de vie des enfants en situation de rue. »

« Notre point de vue sur une éducation inclusive pour tous a changé. L’intervention d’un groupe extérieur pour faire le pont entre les parents et les enseignants est indispensable lorsqu’il y a une situation figée. »

« Nous avons appris que l’action pour une éducation inclusive ne peut se limiter aux liens entre enseignants et parents, mais doit prendre en compte d’autres facteurs comme l’environnement de vie, leur situation de travail… ».

« Je veux travailler avec les parents étape par étape jusqu’à ce qu’on puisse les inviter à animer des ateliers. »

« Je veux communiquer l’expérience et les idées discutées ici à ma communauté… et aux autres ONG de mon pays. »

Au cours d’une réunion publique, le groupe a accueilli des enseignants, des parents du quartier ségrégué de Stolipinovo à Plovdiv, et des personnes d’autres horizons.

Le dernier jour, huit questions ont été identifiées par les participants pour les travailler plus en profondeur. Ils ont énuméré les outils qu’ils connaissent, et en ont imaginé de nouveaux pour aborder certains défis. Ils ont cherché à identifier les principes d’action qui sous-tendent ces outils. Parmi ces questions :

  • Comment créer une communauté éducative qui rassemble parents, enseignants et enfants ?
  • Comment rejoindre celles et ceux qui sont les plus cachés, et qui ont le plus besoin que nous agissions ensemble ?

L’atelier international de rencontres a abordé de nombreux autres sujets et un résumé plus détaillé sera disponible. Les participants à l’atelier sont rentrés chez eux impatients de mettre en œuvre ce qu’ils ont appris et discuté. Ils ont découvert qu’ils ne sont pas seuls dans leur lutte, qu’ils soient des parents, des enseignants ou d’autres intervenants dans le domaine de l’éducation.

Une personne a conclu : « Je ne savais pas qu’il y avait des gens partout qui essayent d’aider ».

 Pour en savoir plus, téléchargez le compte-rendu complet  de l’Atelier de rencontres 2019 à Plovdiv (format pdf)

article publié en premier sur le site ATD Quart Monde International

à cette adresse