Après le Séminaire méditerranée de 2005
2015-02-04.jpg

Je vous remercie de continuer à penser à nous. J’ai gardé une grande estime de votre Mouvement ATD Quart Monde après le Séminaire Méditerranée en 2005. Ce Séminaire m’a permis de sentir qu’on n’est pas isolé. C’est ça qui fait que je tiens…Je porte les gens qui sont repliés sur eux-mêmes. Je suis content quand les gens me disent bonjour, quand ils sont reconnectés, qu’ils vivent, qu’ils ont des contacts.”

J'aimerais vous partager quelques avancés dans notre Douar (Village) depuis 2005 : Il y a par exemple ce jeune  qui a réussi à avoir sa licence, sorti de rien, vu comme nul…c’est pour eux que je reste, il faut rester, il y a tellement de choses à faire. Je viens de rencontrer un enfant intelligent, avec beaucoup d’humanité, qui fait partie d’un grand nombre d’enfants qui ne vont rien avoir au niveau éducation s’ils n’ont pas d’encadrement.

Je lutte contre le mariage entre cousin(e)s, ce n’est pas bon car ça entraîne que les gens ont des maladies mentales, il y en a eu beaucoup au village. Maintenant, on voit les 1ers mariages avec des gens de l’extérieur . Les gens apprennent à se connaître. Je me suis bataillé pour ça, les gens ne me comprenaient pas au début.

Hassan et moi, on n’arrête pas, on continue, Hassan voit l’avantage pour la population, c’est une avancée, c’est permettre aux personnes d’être plus stabilisées. Pas qu’elles aient toutes le BAC, non, mais qu’elles aient la possibilité d’analyse. C’est de là que viendra demain la réussite des jeunes.

Il faut réfléchir à l’avenir des jeunes. Les vieux, eux, se contentent de ce qu’ils ont mais les jeunes doivent avoir un meilleur avenir. Aujourd’hui, il y a davantage de jeunes qui veulent rester et travailler dans le douar. La création d'un gîte rural dans le Douar, a donné du travail aux gens, il y a des personnes qui viennent d’Italie, d’Allemagne…cela donne une diversité . Je leur dis : vous faites partie du monde où il y a beaucoup de différences ! Je veux leur faire comprendre que l’Humanité, c’est quelque chose d’ouvert, qu’il  ne faut pas être ratatiné dans une religion mais avoir une ouverture. Toutes ces activités, c’est une manière d’aborder les jeunes, qui ont tellement de problèmes. Il y a beaucoup d’écarts, beaucoup d’entre eux me disent : je ne suis pas bien. Je les écoute, c’est important qu’ils parlent.

Abdelhamid D. et Hassan . T; Maroc