2016- Message du Comité International 17 octobre
160610-renct.c.i17oct.a-o.i.f-6021-022-006-31.jpg

COMITÉ INTERNATIONAL 17 OCTOBRE

Message pour la Journée mondiale du refus de la misère -
Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté 2016

«La pire chose quand on vit dans la misère c’est le mépris, c’est qu'ils vous traitent comme si vous ne valez rien, qu'ils vous regardent avec dégoût et avec peur et qu'ils vous traitent même comme un ennemi. Nous et nos enfants en faisons l’expérience tous les jours, et cela nous fait mal, nous humilie et nous fait vivre dans la peur et dans la honte. »

Ces paroles sont celles d'une militante décrivant l'humiliation et l'exclusion qu'elle subit comme tant d'autres personnes vivant dans la misère.

Ses paroles nous rappellent que les expériences d'humiliation et d'exclusion sont omniprésentes parmi les personnes sans-abri et celles vivant dans la pauvreté. Être traité avec mépris ou de façon insultante entraîne une dévalorisation de soi-même, une perte d’estime et même de fierté.

L’humiliation vécue par les personnes vivant dans la pauvreté les désigne injustement comme étant la partie la plus faible ou la moins valable d'une relation de pouvoir. Elles sont humiliées quand elles se sentent obligées de «mendier» de l'aide auprès des fonctionnaires responsables des aides sociales, quand elles doivent supporter un comportement grossier, humiliant, condescendant ou le jugement d'autres personnes.

Souvent, les personnes qui se sentent humiliées ont honte de paraître en public et, par conséquent sont socialement exclues et incapables de participer librement à la vie économique, sociale, culturelle et politique de leur communauté.

Cette année, le thème de la Journée internationale pour l'élimination de la pauvreté est : «De l'humiliation et l'exclusion à la participation : Mettre fin à la pauvreté sous toutes ses formes». Il nous rappelle que la pauvreté persistante est un déni des droits humains et que son élimination exige plus qu'une simple amélioration du bien-être matériel des personnes qui la vivent.

Bien sûr, l'amélioration du bien-être des personnes devrait constituer le fondement de nos efforts pour mettre fin à la pauvreté, et en particulier l'extrême pauvreté, partout dans le monde.

Cependant, nous ne devons pas oublier que la grande pauvreté est toujours étroitement liée à l'humiliation et à l'exclusion. Tant que les personnes vivant dans la pauvreté continueront à souffrir de discrimination, d'humiliation et d'exclusion, leurs droits fondamentaux continueront à être bafoués et leur accès aux besoins vitaux limité.

Nous sommes encouragés par la déclaration de l'Agenda 2030 de l'Organisation des Nations Unies à « mettre fin à la pauvreté sous toutes ses formes partout », car elle reconnaît explicitement que les personnes vivant dans la pauvreté souffrent de plus qu'un simple manque de revenus. Lorsque l'engagement pris par les Nations Unies que « personne ne soit laissé de côté » sera effectivement mis en œuvre, il pourra créer les conditions pour construire des sociétés en paix et inclusives.

Cela exige un changement transformationnel promouvant le respect et l'appréciation de tous dans la société envers les importantes et inestimables contributions sociales, économiques, culturelles et politiques des personnes vivant dans la pauvreté.

Cela signifie que ce changement transformationnel devra assurer la participation pleine et effective des personnes vivant dans la pauvreté, en particulier dans les décisions qui affectent leur vie et leur communauté.

Ensemble, nous pouvons mettre fin à l'humiliation et à l'exclusion.
Ensemble, nous pouvons mettre fin à la pauvreté partout dans le monde.

Donald Lee

Président, Comité International 17 octobre

12, rue Pasteur F‑95480 Pierrelaye, France

comite [dot] international [at] oct17 [dot] org