«Comment quelqu’un, qui n’a pas toujours à manger, peut-il exprimer une pensée pour le monde ?»
dessin_ciaf.jpg

Des mères de familles vivant dans des bidonvilles, membres du CIAF (Centre Intégré d’Appui Familial), ont fait l’expérience de ce préjugé. En se réunissant pour échanger sur les OMD, elles ont réussi pour la première fois à exprimer leur grande envie de changer les choses au niveau de l’éducation, la santé, la qualité de la vie. Avoir pu le faire leur a donné une image bien plus positive d’elles-mêmes.

Carla affirme que tous les enfants et adolescents devraient fréquenter l’école, suivre des formations à des métiers qui les préparent au monde du travail. Le gouvernement devrait s’engager davantage. Pour la santé des femmes, il faudrait des soins pendant la grossesse et plus d’examens : qu’elles mangent mieux, que le personnel des hôpitaux et des centres de santé soit plus attentif!

Adriana estime qu’on devrait mieux payer les travailleurs pour qu’ils puissent avoir une vie digne. À l’école, les élèves ne devraient pas passer dans la classe supérieure sans savoir lire et écrire. Et quant à la santé, «les centres sont très mauvais. Il n’y a pas assez de médecins pour recevoir les gens, on arrive dans le centre et on est mal reçu par le médecin et par les gens de l’accueil. Les rendez-vous sont trop espacés.»

Rosilaine pense qu’il faut de meilleures écoles, du travail, des maisons, un service de santé qui marche. «J’essaie de changer les choses chez moi : je surveille tout dans ma famille. Je les pousse à travailler, à étudier, à être de bons citoyens solidaires, à donner l’exemple. Ce n’est pas facile, j’essaie!»

Valéria croit qu’il faut commencer par faire vraiment la réforme agraire. Il faut s’occuper des familles très pauvres : il ne faut pas leur donner du poisson, mais plutôt une canne à pêche et leur donner la possibilité de pêcher. Ainsi, les familles pourront se développer ensemble et les parents pourront aider les enfants. Quant à l’égalité des sexes, ce devrait être fait dès l’enfance, entre frères et sœurs.

Solange ajoute que le gouvernement devrait investir dans l’industrie, cela créerait du travail. Pour combattre le sida et autres maladies, il faut des préservatifs, du dépistage, plus de traitements et de médicaments gratuits.

Aline, Eliete et Raiane, comme les autres, ont exprimé leur espoir pour les enfants ainsi que pour l’environnement: «Il faut cultiver et respecter les arbres. Il ne faut pas polluer les rivières. Et puis nous ne devons pas salir les rues, gaspiller l’eau et l’énergie». Pour tout le groupe cela passe par l’investissement dans des infrastructures d’égout, de
recyclage...

WILSON O., CIAF, BRÉSIL