«Apprendre à bâtir des espaces de rencontre»
dalle_paris_2012
Lettre aux Amis du Monde numéro 79

La misère est le résultat d'une absence de rencontre entre les personnes en grande pauvreté et celles qui ne connaissent pas cette situation. Il faut donc apprendre à bâtir des espaces de rencontre dans la durée car ignorer et se priver de l'expérience et de l'intelligence de ceux qui vivent dans la misère constitue un gâchis inacceptable. C'est une violence faite à l'humanité qui l'empêche de réaliser ses idéaux d'un vivre ensemble dans la justice et la paix.

Pour respecter l'élaboration de la pensée de chacun on a besoin de temps, d'espaces où on ne termine jamais une phrase à la place d' une personne qui a du mal à le faire ; d'espaces où on ne coupe personne dans sa réflexion ; d'espaces où on ne reformule jamais une idée qui peut paraître confuse ; d'espaces où on ne dépossède personne de sa pensée ; d'espaces où on n'a pas peur des silences nécessaires à la réflexion et à la compréhension. Se découvrir les uns les autres capables de se comprendre est une source de joie profonde et de confiance pour tous ceux et celles qui s'engagent dans cette démarche de croisement des savoirs.

Face à tant de familles qui aujourd'hui comme hier sont déchirées, déplacées, déportées, forcées à l'exil ou qui, dans le plus total dénuement, sont considérées comme étrangères au sein-même de leur propre pays. Face à tant de familles qui disparaissent de cette terre sans que leur intelligence, leurs peines et leurs efforts, leur désarroi et leurs espoirs ne laissent une trace, nous devons lutter pour que nos projets soient des projets de renouement familial et de transmission de génération en génération, pour que les enfants puissent résister à la violence en apprenant les efforts quotidiens de leurs parents.

Comme dans une « grange » où l'on conserve avec beaucoup de soin les semences en prévision de disette, il nous faut préserver les histoires de résistance à la violence de la misère, les histoires de courage pour bâtir la paix. Redoublons d'efforts avec les personnes et les groupes humains les moins entendus, pour que les générations futures y puisent force et inspiration pour semer l’entente et la paix lorsque la vie est trop dure.

Eugen Brand
Délégué Général du Mouvement international ATD Quart Monde

Mots clés :